Partagez | 
 

 ▬ Carambolages et cambriolages.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ikebukuro, c'est chez moi !
Ikebukuro, c'est chez moi !


avatar

Messages : 110
Age : 25
Emploi : Détective privée
Localisation : Sur mes deux pieds.



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: ▬ Carambolages et cambriolages.   Lun 6 Juin - 19:38



    ♪ « A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
    Et regarder les gens tant qu'y en a
    Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra
    En serrant dans ma main ton joli petit couteau » ♪


• Carambolages et cambriolages •


    Tic tac.
    Une seconde.
    Deux secondes. Trois secondes.

    Et il pleuvait encore. Encore et encore et encore et encore ! Les gouttes venaient s’écraser sur le sol. Et Abby regardait, assise au beau milieu d'un parc la pluie tomber. Peu de gens passait par là, à cette heure, avec ces cordes. C’était assourdissant. Sur le dessus, surtout. L'anglaise avait tout le loisir d’observer les nuages, la grisaille du paysage, les filets d’eau. Tout son malheur. De vulgaires éclairages illuminaient sa face maussade. Elle voulait rentrer chez elle ; elle était clouée ici. Mais elle ne pouvait pas.
    Raté. Elle n’avait pas de parapluie. Oh, elle était malheureuse, pensait à la chaleur de sa couette, au chocolat chaud qui l’attendait, à son porno préféré. Oui, son porno préféré. Elle aimait bien. Pas forcément pour l’excitation, mais plus souvent pour le mauvais jeu des acteurs qui se rencontraient, et qui sans se connaître, n’avait pas besoin de grand-chose pour se foutre à poil. C’était drôle, parce que c’était mauvais. Sinon, pourquoi regarderait-elle ces films, emmitouflée dans ses draps avec un chocolat ? D’autant plus que son favori, Le Harem du plaisir, devait être le pire de tous, qu’importe le point de vue. Il fallait être diablement sensible pour avoir une montée de chaleur en regardant ce machin-là.
    Elle en avait des tellement mieux. Toute une rangée de DVDs. Une rangée loin d’elle. Si loin d’elle, à cet instant. Elle ne connaissait pas la distance exacte, elle était venu dans ce parc en bus. Chaque matin. Et repartait chaque soir de la même façon. Mais elle l’avait loupé, son bus. Mais non, elle devait rester sous la flotte. Elle avait une mission.

    Abby commençait à avoir froid aux fesses. Sa jupe rouge était assez légère, et sa culotte, comme celles des petites filles, jadis, ne réchauffait rien. Et pourtant, le haut de son crâne transpirait sous une chevelure brune épaisse qui contrastait avec sa peau basanée.Et aujourd’hui, la pluie frappait. Jamais, jamais elle ne laisserait une seule goutte d’eau déborder sur sa jupe. Même s’il lui fallait se battre, déchiqueter, tuer. Elle rentrerait chez elle propre et aussi parfaite qu’à son arrivée. Pour cela, la pluie devait cesser. Si le sol pouvait être plus chaud, aussi, ce serait bien. L’atmosphère un peu plus vivable. Il était désagréable d’avoir son pauvre cul, ses membres et ses joues gelés, alors que son crâne est si bien protégé.

    Oui. Fichue chevelure. Un peu de solidarité, bon dieu. Elle marchait, maudissait la pluie lorsqu’elle passait devant une flaque d'eau énorme. Elle maudissait aussi le long silence qui régnait, loin des ouvertures.

    - Aaaa-Aa-A-ATCHA !

    Avec toute l’élégance d’un vieil homme, elle se dispensa de couvrir son éternuement. Elle préférait le Japon lorsqu’il y faisait bien chaud. Mais c’est le printemps, les températures ne sont pas stables, c’est normal. Mais pas autant. Cet été avait été si caniculaire. Le changement était bien trop brutal. A qui la faute ? Le réchauffement climatique dont tout le monde parle ? Elle s’en fichait, pourvu que les températures ne restent pas aussi basses. Elle allait attraper un rhume, à ce rythme. La cata.Et puis. Sa mission. Foutue mission. Mais qu'elle idée d'etre détective privée...Prendre des risques pour les autres, mais quelle idée! Pas pour Abby voyons. Bon sang. C'est temps-ci, on ne l'engageait que pour des fichus histoires de "est-ce que mon mari me trompe ?". Qu'est-ce que j'en ai à foutre moi ? Mais bon. Y payent bien les clients. Et pour ca, elle avait décidé de regarder à l'intérieur de la voiture de monsieur Qui trompe sa femme. D'après les propos de madame, elle était toujours garée au meme endroit le jeudi. Bizarre. Très bizarre. Mais moi, j'y connais rien pour ouvrir une portière. Alors quoi de mieux que le matériel?

    Arrivant devant la voiture couleur crème de monsieur, Abby fouilla dans le sac qu'elle avait apporter et en sortit un cutter. Elle essaya de faire rentrer la lame dans la serure et...éternua au meme moment. Sa main glissa et lui coupa la main. MERDE! T'fais chier sérieux. Maintenant elle avait la crève et était trempée. Fuck. Au moins, elle avait réussi à ouvrir la portière. C'est déjà ca. Et là. Elle vit ce qu'elle n'aurait jamais voulu voir en cet instant précis.

    - Vade retro Izaya.

    Abby avait légèrement oublié qu'il habitait dans le coin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Love You And Everybody (Except Shizuo)
Love You And Everybody (Except Shizuo)


avatar

Messages : 252
Emploi : Informateur... hé hé.
Localisation : Jamais très loin de toi, je peux te l'assurer.



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: ▬ Carambolages et cambriolages.   Mer 8 Juin - 2:18




    Les informateurs en général étaient beaucoup comparés à des chats. Des êtres agiles qui voyaient tout, terrés dans l'ombre. Ils tiraient un bon nombre de ficelles si ce n'étaient toutes. On ne les voyaient pas et pourtant, ils étaient là. Ce n'était pas totalement de la lâcheté, parce qu'ils suivaient leurs proies de très près et quand une confrontation avait lieu, ils ne fuyaient pas. Au contraire. Ils étaient aussi d'excellents attaquants qu'il ne fallait jamais caresser à rebrousse poil. Cependant, il y avait une légère différence entre Orihara Izaya et les chats. Car si ces derniers n'aimaient pas la pluie, le jeune homme lui n'avait rien contre. Il aimait bien se balader en dessous, même si à présent il ne sautait plus dans les flaques. Il regrettait un peu cela d'ailleurs, mais il fallait tout de même qu'il reste présentable. Surtout que présentement, son long manteau aux rebords de fourrure n'aurait pas apprécié le geste.

    C'est pour cela qu'il marchait tranquillement dans les rues de Shinjuku, vers chez lui, un parapluie transparent déplié au dessus de sa tête. Il revenait d'un rendez-vous avec un client et s'amusait assez à regarder les personnes qui n'étaient pas équipées pour ce genre de météo courir pour aller chercher un abri. C'était sûr qu'un attaché-case, ça allait les protéger ~
    Cependant il commençait à faire froid et Izaya referma un peu plus son manteau au niveau du col. Il aimait bien la pluie, mais moins le vent froid qui soufflait dans son cou.
    Il n'avait pas envie de rentrer chez lui. La journée s'était bien passée – du moins elle avait été intéressante, ça l'était toujours lorsque l'on discutait avec Shiki – et il n'avait nullement l'intention que sa soirée ne se passe devant la télé, sur un tchat avec un thé, ou encore épiant les autres sur divers sites internet. C'était divertissant, mais pas assez aujourd'hui selon lui. Il n'était pas d'humeur, sans raison particulière.

    Alors il se mit à chercher. Chercher quoi, il ne savait pas vraiment. Un merveilleux humain à observer peut-être ? Mais par ce temps ils n'étaient pas trop de sortie. Quel dommage... Il fallait bien se résigner.

    Mais juste au moment où l'informateur allait tourner les talons, un mouvement inhabituel attira son regard carmin. Enfin non, un bruit. En fait, il ne savait pas lequel des deux avait le plus attiré son attention – l'ouïe ou la vue ? Both.
    En tout cas, cela avait été un éternuement particulièrement sonore. On avait vu plus délicat, surtout quand celui-ci avait été produit par un individu féminin. Ce que ses chers humains pouvaient être disgracieux parfois...
    Mais bon. Ce n'était pas vraiment reprochable. Il avait déjà éternué lui aussi, l'Izaya. Eh ouais.
    Cependant, le brun serait sûrement passé sans y accorder plus d'attention s'il n'avait pas repéré la silhouette de la bruyante jeune femme. Il lui disait quelque chose, il la connaissait..

    L'informateur s'immobilisa sous la pluie et observa sans bouger comme il le faisait toujours pour commencer. Elle marchait vers une voiture, et elle était trempée. Pas de chance pensa très fort le jeune courtier en informations. Et puis, comme si c'était aussi courant que de commander un café dans un Starbucks, elle se mis à crocheter la serrure. Vraiment, parce temps, elle avait du mérite. Bravo Abby.
    Ce fut le moment où l'aîné Orihara décida d'intervenir. Il traversa précautionneusement la route et marcha tranquillement vers la jeune anglaise. Entre temps, cette dernière avait réussi à s'entailler la main. Aïe. Pas malin.

    « Vade retro Izaya ». Il sourit, puis laissa échapper un petit rire tout en glissant sa main dans sa poche. Promis, ce n'était que pour rechercher un peu de sa chaleur.

    « Bonsoir à toi aussi, Abby ! » lança-t-il d'une voix joyeuse, les yeux plissés sous l'effet de son sourire.

    Il s'approcha un peu plus. Son parapluie n'était que partiellement au dessus d'elle, histoire de l'agacer, pour voir. Il avait trouvé son petit divertissement.

    « Blessée, trempée et frigorifiée. Tu fais assez peine à voir, tu sais ? En même temps, essayer d'ouvrir une portière avec un cutter, ce n'était peut-être pas une bonne idée par ce temps. Tu voulais fouiller cette voiture, non ? Essaie de ne pas laisser de traces de sang ~ »

    Baissant les yeux, il suivit la trainée d'hémoglobine qui avait commencé à se former, la pluie n'aidant pas. Objectivement, ce n'était pas désagréable à regarder.

    « Par le plus grand des hasards, aurais-tu besoin d'un peu d'aide ? »

    Après, quant à savoir si c'était gratuit...
    Puis sans attendre de réponse pour le moment, il la contourna pour passer de l'autre côté et se pencher vers sa main pour regarder la blessure de plus près. Pas qu'il ne s'y intéressait particulièrement, pourtant.

    « Tu ne t'es pas loupée dis-moi. Je suis sûr que d'ici quelques minutes, tu te sera vidée de ton sang. » Il leva des yeux rieurs vers elle « Quelles fleurs voudras-tu sur ta tombe ? »

    [C'est... creux .___. Ça viendra après, je suis assez nase pour les RPs d'intro.]




    Spoiler:
     
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://s-0-s.forumactif.org/


    Ikebukuro, c'est chez moi !
    Ikebukuro, c'est chez moi !


    avatar

    Messages : 110
    Age : 25
    Emploi : Détective privée
    Localisation : Sur mes deux pieds.



    Feuille de personnage
    RP en cours :
    Relations:

    MessageSujet: Re: ▬ Carambolages et cambriolages.   Mer 8 Juin - 14:48


    L'orage gronda, ses basses vibrantes traversant les murs en frisson, comme pour offrir un avertissement. Ce lieu était dangereux, ou du moins, l'avait été. Un petit geste pour se dépoussiérer, et elle pu voir sa manche tâchée de rouge, de sang. Il était vrai que sa main saignait. Ah. Allait-elle pleurée pour une pauvre égratignure? Izaya. Abby se contrôla. Elle, faire peine à voir? Elle l’aurait bien giflé, il le méritait. Mais non. Elle n’était pas de ces gens violents. Elle avait sincèrement envie de lui donner un coup. Tellement envie. Ne pas laisser de trace de sang? De son sang? De son sang pur ? Allons, ne me donne pas une raison de t'égorger Izaya d'amour. Elle, besoin d'aide ? Abby est un etre humain comme tant d'autres; avec l'avantage d'avoir un sale caractère; elle pouvait avoir besoin des autres. Mais jamais, elle ne demanderait à Izaya. Pas à l'associé du Diable. Non, il était possédé par le Diable. Merde, Abby n'a pas pris sa croix.

    - Je pourrais me passer de tes contrats foireux Izaza-kun.

    Elle étala le surnom de son horrible voix doucereuse et lente, juste audible pour qui s'y intéresse. Leva la tête, chercha son regard, un peu hautaine. Elle n’aimait pas les types dans son genre. Pourtant, Abby l'aimait. Bien. Ou pas. C'était difficile à dire.
    Elle le toisa, le décrit dans son esprit quelques secondes, s’attarda sur son parapluie. Pas étonnant qu’il ne tremblait pas, comme elle. Il se pencha sur sa blessure béante. Qu'est-ce qu'elle avait de le noyer dans son sang! De le lui faire avaler son sang! De l'étrangler, violer, tuer...Et ses yeux rieurs! J'vais te les crever avec mon cutter sale con. Tes blagues de merde, garde-les pour toi. Je ne vais pas mourir. Et pis d'abord, j'aurais pas une tombe, j'aurais un monument. POV CON DE JAPONAIS! J'vais te massacrer au cutter.

    - C'est les meilleurs qui parte d'abord. Et je ne fais pas partie d'eux. Tu capiches?

    Ha, il faut que je vous précise. Elle parle des meilleurs des abrutis, peureux, flemmards etc. Et bien sur, Izaya et Abby ne faisait pas partie de ces gens là. Pas Abby en tout cas, pour l'autre bouffon, c'était à voir. Bref revenons à la voiture. Une horrible voiture d'une horrible couleur crème. Elle ouvrit la portière et chercha quelque chose du regard. Un chiffon propre, un torchon propre, meme un slip, du moment que c'est propre! Elle trouve. Au lieu d'essayer le sang qui coule à flot de sa blessure, elle le frotte contre le visage d'Izaya. Insolente? Vous savez, Izaya, c'est un mec comme les autres. Un pov type qui emmerde les autres quoi. Après avoir bien sali le visage d'Izaya- si on peut dire comme ca- Abby porta le torchon à sa main. Bon, pourquoi elle était là...Ha oui. Mais là, elle avait plus envie de bosser. Elle n'avait envie que d'une chose: le parapluie à Izaya.

    - Prêtes moi ton parapluie. En compensation : j'oublie tes paroles.

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur


    Love You And Everybody (Except Shizuo)
    Love You And Everybody (Except Shizuo)


    avatar

    Messages : 252
    Emploi : Informateur... hé hé.
    Localisation : Jamais très loin de toi, je peux te l'assurer.



    Feuille de personnage
    RP en cours :
    Relations:

    MessageSujet: Re: ▬ Carambolages et cambriolages.   Ven 10 Juin - 14:36




      Izaza-kun.

      Izaza.

      Alors celle là, franchement.

      Presque immédiatement, sans temps de réaction – car Orihara Izaya n'avait que très peu de temps de réaction – l'informateur éclata de rire. Rire qui trancha avec la pluie, qui trancha avec le grondement qui fit vibrer le sol. Il ne fit pas attention au tonnerre. Vraiment, on ne la lui avait jamais faite celle là. Et que devait-il répondre ? Abbyby ? Oh oui.
      Ce surnom l'amusa tellement qu'il en éluda les mots qu'elle avait dit un peu avant – et qu'il aurait oublié de toute manière, même s'ils avaient été dénués de sobriquet. Il n'était pas de ces gens qui s'énervaient à la moindre déformation de son prénom. Au contraire, il aimait presque ça. Les surnoms étaient un gage d'attention et... d'affection ? Non, pas d'affection. N'oublions pas ce cher et tendre Shizu-chan.
      Et puis, Izaya ? Faire des plans foireux ? A peine...

      Abby avait ensuite lorgné jalousement sur son parapluie. Le « tzing ! » de la victoire raisonna dans la tête de l'informateur. Certes, ce n'était pas grand chose, mais que serait la vie sans les petites satisfactions quotidiennes ? Sans se défaire de son rictus qui faisait de lui une très bonne tête à claques, il ne bougea cependant pas. Il suffisait de demander. Ou d'aller le chercher. Lui n'allait pas se bouger. Était-ce la raison de son regard noir ? Sûrement, entre autres. Mais c'était peut-être aussi à cause du fait qu'il avait quasiment le nez dans la blessure qu'il avait à la main.

      « Les meilleurs qui partent en premier, huh... » répéta-t-il sans répondre à sa question. Il le trouvait bizarre ce dicton, et ne semblait pouvoir être appliqué qu'à une seule moitié de la population terrestre.

      « Bof, si c'était le cas, ça aurait du faire un moment que j'aurais du-mmuh ? »

      Là, en toute logique, Izaya aurait du perdre la raison, se jeter sur elle pour l'étriper en bonne et due forme et ce pour deux raisons. D'une, elle lui avait coupé la parole et l'avait ignoré. Que l'on le fasse taire passait encore – a moité - mais que l'on l'oublie, ça, il le supportait assez mal.
      De deux, elle l'avait touché sans son autorisation. Le brun était très pointilleux à propos des contacts humains. Il aimait les humains. Il les aimait de tout son cœur et était profondément amoureux de l'humanité toute entière. Mais c'était lui qui touchait. Surtout le visage.
      Mais pour le coup, il se dit qu'il l'avait tellement cherché qu'il ne pouvait pas lui en vouloir. D'autant plus qu'il ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer la tête qu'il devait faire présentement, la main de la jeune fille collée à sa joue comme si elle lui avait donné une claque au ralenti. Il avait la peau ramenée vers l'avant et cela devait lui donner un aspect assez comique malgré tout ce sang.
      Quand elle retira enfin sa paume, Izaya était littéralement tartiné de sang. C'était somme son œil gauche avait été percé et que la couleur carmine avait coulé vers le bas. Il fut assez tenté de sortir la tête de sous le parapluie pour laver toute cette hémoglobine mais il n'avait pas envie. Pas envie de se mouiller, comprenons-nous bien.
      Entre temps, elle avait fouillé la voiture. Brave petite Abby.

      Alors comme ça elle voulait son parapluie ?

      «  Alors que tu viens de m'ensanglanter la joue ? Tu le sais, je suis quelqu'un de généreux mais là, je ne sais pas, il y a comme quelque chose qui me dérange dans ta demande... Pas toi ? »

      Il fit alors quelques pas en arrière et regarda à droite, puis à gauche, comme s'il cherchait quelque chose. Non, rien.

      « Tu n'as pas autre chose à me proposer, Abbyby-chan ? Tu m'invites ?  »



      Spoiler:
       
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://s-0-s.forumactif.org/


      Ikebukuro, c'est chez moi !
      Ikebukuro, c'est chez moi !


      avatar

      Messages : 110
      Age : 25
      Emploi : Détective privée
      Localisation : Sur mes deux pieds.



      Feuille de personnage
      RP en cours :
      Relations:

      MessageSujet: Re: ▬ Carambolages et cambriolages.   Mer 22 Juin - 14:55


      P’têt bien qu’elle était choquée. Ou peut-être plutôt désespérée. En tout cas, y’avait de la surprise, c’était sûr. De la surprise, et un peu d’étourderie. Comme si elle n’avait pas vraiment compris la suite des évènements. Plantée devant cet abruti d'Izaza, elle restait bouche bée. Comme une statue, pétrifiée. Qu’est-ce qu’elle allait faire, maintenant ? Elle allait mourir, dans la rue, sans toit ni sucreries pour se nourrir. Sans vodka ? Quelle torture. Le monde des vivants actifs était dur. Vraiment dur. Elle pigeait plus rien, là. Un vivant actif ? Et bien, n’est-ce pas évident ? C’est quelqu’un qui entre dans la vie active. Donc quelqu’un qui bouge, qui bouge, ses bras et ses jambes, et gagne de l’argent comme ça.Pourquoi n’avait-elle donc pas compris cela plus tôt ? Ah. Quelle idiote ! Elle avait oubliée qu'elle avait affaire à Izaza ! Mais ils étaient tout les deux sur le meme terrain. Mais elle ne comprenait pas pourquoi il ne réagissait pas. Et puis surtout. Lui, le meilleur? Abby ne chercha pas insister. Elle avait suffisamment de problèmes, pas la peine d'entrer dans un débat en plus.

      « Alors que tu viens de m'ensanglanter la joue ? Tu le sais, je suis quelqu'un de généreux mais là, je ne sais pas, il y a comme quelque chose qui me dérange dans ta demande... Pas toi ? »

      - Je sais que t'es un radin. C'est pour ca que je te demande. J'ai tort de croire que tu peut-etre généreux. Et ma demande est comme moi, claire et simple.

      On aura compris, et j’espère bien pour vous parce que c’est quand même deux putains de paragraphes, que j’viens de me manger pour vous donner le topo, que notre petite Abby rame avec un japonais, et qu’elle devait le supporter jusqu'à ce qu'un policier l'embarque. Cela irait sans doute mieux lorsqu’elle ira avec le flic. Voilà pourquoi elle voulait se débarrasser d'Izaya et de cette voiture. Mine de rien elle était occupée. Abby se demandait meme si elle ne devait pas l'emmener dans un ravin. Mais bien, il n'y a pas de ravin à Tokyo.

      « Tu n'as pas autre chose à me proposer, Abbyby-chan ? Tu m'invites ? »

      Abbyby-chan? Elle ne réagit pas. Quelle importance. Ce n'était qu'un stupide surnom. L'inviter? Cette voiture n'était pas sa maison voyons. Elle se voyait mal habiter dedans. Parce que c'est tout serré. Tout moche. Quel triste sort pour Abby. Devoir inviter MOSSIEUR ZAZA dans une voiture laide comme un cul qui n'était meme pas la sienne. Elle se contenta de le regarder d'un air crétin. Histoire de lui faire comprendre qu'elle disait non. Il faudra tout de même qu’un beau jour, elle aille l’enquiquiner directement chez lui. C’était bien beau, de toujours voir Izaya apparaitre dans la rue la coller, mais il fallait un peu d’innovation. Après tout, elle détestait la monotonie, et s’afficher dans un schéma répétitif commençait à l’ennuyer un peu, bien que l’expression faciale de ce cher mossieur soit toujours aussi amusante. Alors, Abby changea d'avis. Elle esquissa un sourire.

      T'inviter où ? Dans cette ordure? Si ca te fait plaisir. Tant qu'on y est, garde-là.


      Et son client? Enfin, sa cliente. Et bien, elle lui mentirait. Elle lui dirait gentiment, d'un ton doux et mielleux que son mari la trompait. Parce que bien sur, cette femme voulait entendre ca. Tant pis pour sa gueule. Abby avait un compte bien rempli. Argent qu'elle ne mérite pas bien entendu.



      Excuse-moi du temps x_x
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur


      Love You And Everybody (Except Shizuo)
      Love You And Everybody (Except Shizuo)


      avatar

      Messages : 252
      Emploi : Informateur... hé hé.
      Localisation : Jamais très loin de toi, je peux te l'assurer.



      Feuille de personnage
      RP en cours :
      Relations:

      MessageSujet: Re: ▬ Carambolages et cambriolages.   Mer 13 Juil - 15:11




        « - Je sais que t'es un radin. C'est pour ça que je te demande. J'ai tort de croire que tu peut-être généreux. Et ma demande est comme moi, claire et simple
        - Aïïïïe ! » s'exclama l'informateur en posant sa main libre sur son cœur et se reculant un peu, mimant quelqu'un de blessé. C'était faux, bien entendu. Naturellement. « Abby, ça me fait mal ce que tu me dis ! Moi, radin ? Mais où va le monde ! Et puis toi, claire et simple ? Mais noooon voyons ! Personne n'est clair ou simple ! Pourquoi crois-tu que je m'intéresse aux humains ~ Pourquoi crois-tu que je te parles ? »

        Après tout, c'était vrai. Certes, Izaya avait beaucoup de raisons d'aimer les humains, mais le fait qu'ils n'étaient pas aussi simples que ça, justement, était l'une d'elles. C'était vrai ! Ils étaient tellement surprenants, il et il y avait encore tellement de choses qu'il ignorait sur eux... cette pensée le remplit de joie, joie qu'il ne cacha pas en se mettant à rire.
        Il riait aussi à cause de la tête d'Abby. Elle le regardait avec des yeux de merlan frit . Ah... Son sourire mourut dans sa gorge et il regarda la voiture, à moitié dégoûté. Un merlan frit... avec ses yeux... quelle horreur. Cette expression était abominable, en fait.
        Non, il ne pouvait pas associer la jeune fille à un poisson. Mort qui plus est. Même si elle lui avait saigné dessus, il ne pouvait pas être aussi méchant.

        Cependant, il haussa un sourcil à sa réponse tout en jouant avec le parapluie. La pluie, à se moment là se mit à tomber encore plus fort. Elle martelais à présent le sol comme si elle était possédée par le diable. Le japonais fut un peu pris de pitié pour la jeune femme en face de lui. C'était à se demander si les gouttes d'eau ne faisaient pas mal, en tombant directement sur sa peau. Puis il regarda d'un air critique la fourrure de sa manche. Celle-ci était trempée. Ah... c'était dommage.
        Sans changer de regard, il leva les yeux vers son interlocutrice avant de hausser un sourcil. Qu'est-ce qu'elle racontait ? Lui, dans une voiture ? A vrai dire, il y mettait très peu souvent les pieds. La dernière fois qu'il y avait été, ce fut pour régler quelques affaires avec Shiki, pour discuter. Mais lui même ne conduisait pas. Il préférait le métro, c'était pratique et il pouvait regarder les passagers. Peut-être aurait-il fait un bon conducteur, mais il n'en ressentait pas le besoin. Pourtant, il savait comment conduire. Il avait le permis, aussi. Étonnant, non ? Après, quant à savoir si c'était légal...
        Bref.

        «  Mais qu'est-ce que tu me chantes, Byby-chan ? Je me fiches de ta voiture, merci. La pluie aurait-elle des effets négatifs sur ton cerveau ? Ce serait dommage, ça. »

        De toute façon, il se fichait bien des affaires d'Abby. Lui aussi commençait à avoir marre de rester sous la pluie. Ce n'était plus vraiment, et si même l'anglaise commençait à ne plus voir clair, c'était le début de la fin.

        « Pas dans cette voiture, non. Elle n'est même pas à toi. Déjà que tu n'es pas très discrète. Donc ! Tu m'invites quelque part ? Je prendrais bien une boisson chaude, pas toi ? »

        Ton joueur, comme d'habitude. Cela dit, c'était vrai, il s'imaginait très bien en train de boire un thé bien chaud ou quelque chose comme ça.

        « A moins que tu veuille attendre que la pluie ne passe dans cette carcasse ? Ah ha, c'est aussi une bonne idée ! »

        Et en riant aux éclats, il passa sa main dans le dos de la jeune fille pour la pousser en avant, directement dans la voiture, de façon à ce qu'elle tombe sur les sièges arrière.

        « Eh bien ! On ne tient plus debout ? »




        C'est moi qui crains en postant cette... chose avec autant de retard =_=.


        Spoiler:
         
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur http://s-0-s.forumactif.org/










        MessageSujet: Re: ▬ Carambolages et cambriolages.   

        Revenir en haut Aller en bas
         

        ▬ Carambolages et cambriolages.

        Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
        Page 1 sur 1

        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
        Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
        En dehors d'Ikebukuro
        -