Partagez | 
 

 Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Lun 30 Aoû - 15:23

Lundi, 15h45.

    Le monde est bien étrange lorsque l'on voit que d'un œil. Il paraît bancal et si petit. On en aurait presque l'impression qu'il manque une pièce aux scènes que l'on voit. Une chose qui nous aurait été arraché. Heureusement, ma partie manquante n'a pas été arrachée, au contraire de certains, elle a juste été mise au repos bien qu'elle veuille à tout prix retrouver les couleurs. Je viens tout juste de me réveiller, aujourd'hui, c'est mon premier jour de congé de l'année mais aussi le premier jour où je me lève avec un bandeau sur l'œil. Je ne vais pas vous faire un conte, vous savez tous comme moi que c'est un verre qui m'a explosé dans la main et qui a blessé mon œil. Premier jour de congé, premier jour où je m'étire en me disant que j'ai dormis 10 heures à la suite sans interruption. Un sourire s'étira sur mes lèvres... j'ai rêvé cette nuit... Mon hurlement de joie brisa le silence pesant qu'il y a chaque matin quand on ouvre les yeux. Me levant un bond, je repoussais violemment mes couvertures, allant d'un pas décidé vers la pendule qui régnait en impératrice dans la cuisine. Hein ? 15H45 ? Toute joie disparue et je poussais un profond soupire. Pour mon premier jour de congé, je n'avais pas été foutue de me levée tôt pour pouvoir aller dans les rues d'Ikebukuro alors que la ville était encore endormie.

    La porte de mon immeuble claqua et d'un coup d'œil vers le ciel, j'observais le haut de la boîte de conserve dans laquelle j'habitais. Je levais un bras, pointa mes doigts vers ce bleu immense. On aurait presque pu le toucher... Je tournais les talons, pour m'aventurer dans les rues d'Ikebukuro. Cela faisait assez longtemps que je les avais quittés pour les couloirs d'un hôpital où je ne me plaisais guère. Ca me fit bizarre de voir tout ses magasins, ce parc tout près. Beaucoup de panneaux aussi. Je ne les avait pas vus depuis longtemps mais aussi, j'en avais gardé un souvenir où j'avais les deux yeux ouverts. Ne voir qu'une moitié était embarrassant et, techniquement, insolent envers celui qui regardait. Les rues d'une ville était presque le contraire des couloirs d'un hôpital. Dans ce dernier, c'est blanc ; il n'y a aucun bruit ; il n'y a aucun choc ; c'est blanc ; c'est blanc ; c'est blanc. Les rues, elles, étaient pleines de vies ; colorées avec des feux de signalisation, les vitrines des magasins ; les gens vous bousculaient quand vous vous trouviez sur leur chemin et vous les bousculiez lorsqu'ils étaient sur le vôtre. Il y a ici un peu la même rage qui ressort de moi-même lorsque je me mets en colère. Une rage de vie, une rage de mouvement. Pas si déplaisant en fin de compte, de se retrouver face à la même force qui nous pousse à bout par moment. Pas si déplaisant, un vraie horreur oui ! Je me rendit compte je ne n'aimais pas vraiment me trouver là, au milieu de personnes qui vous hurlent dans les oreilles pour s'adresser à leurs amis qui sont de l'autre côté de la rue. Je n'aimais pas que l'on me bouscule sans arrêt, avec des regards noirs. Alors mes pause café-cigarette sur la terrasse tranquille d'un Bar avaient tout leurs sens. Un sens que j'avais pour le moins oublié. Je détestais les foules. Vite, il fallait que je trouve un endroit calme, où je me sentirais bien. Agrippant avec force mon sac en bandoulière, de peur qu'il ne s'envole, j'observais les multiples magasins qui s'offraient à moi. Je tombais alors sur une petite boutique vide qui vendait de vieilles peluches. Un espoir traversa mon œil valide, maintenant il fallait que je réussisse à me frayer un passage dans la foule.
    Ce fut presque morte de fatigue que je rentrais dans la boutique, la vie à la ville, c'était du sport continu. Encore baissée sur mes genoux pour reprendre mon souffle, j'étais en train de me dire que je m'étais énervée. Énervée pour quoi ? Parce que les gens ne comprennent rien. Je me redressais et fit un petit tour rapide des étalages, avant de m'arrêter devant une peluche.
    Dans la rue, je levais devant moi le gros lapin bourré de coton que j'avais acheté il y avait à peine quelques minutes. Il avait les yeux rouges. Quelque chose dans ce lapin en tissus me faisait peur, c'était d'ailleurs pour ça que je l'avais acheté. Parce qu'il m'avais intéressé. Je m'arrêtais, le coinça sous mon bras. Alors je tirai une cigarette de ma poche, l'alluma et repris ma marche tranquille dans les rues. Malheureusement, j'étais tout, sauf tranquille. J'étais dans un suspend continu, boule de nerf se déplaçant avec agitation. J'étais sur mes gardes, regardant devant moi, à côté de moi, mais aussi derrière. Je jetais ma cigarette. A propos de derrière, il m'avait bien semblé sentir une présence assez proche. Tout près et de... Ma main valide se resserra sur la lanière de mon sac. A 3, je lui enverrais mon sac dans la gueule à celui là. Rien que pour me détendre les nerfs ! Il avait pas qu'à être aussi près, aussi longtemps ! 1...2... Je poussais un cri, sentant de plus en plus la chaleur d'une main s'approcher de mon épaule. Dans le mouvement, je lâchais ma peluche, saisis mon sac à deux main et dans l'élan, pivota en force pour l'envoyer dans la tête du cloporte. Ce qui m'amusa, sur l'instant, ce fut le bruit que j'émis. Les yeux fermés à fond, j'avais lancé un « Yiiaaaaaaaaaaaaaahh » puissant, pendant que mon sac s'écrasait avait force dans la tête de mon soit-disant agresseur. Celui-ci fit beaucoup de pas dans la direction inverse, titubant quelque peu.


    -Non, mais pour qui vous vous prenez ! C'est dans vos habitudes de faire ça aux gens ! Je vais vous apprendre, moi, à...

    Mes cris cessèrent, lorsque mes yeux se posèrent sur ma victime. Cette victime, c'était Anju Fuji... Fuji... wara ? Non, c'était pas vraiment ça. Dans mon état un peu, 'irrité', j'essayais de me rappeler les émissions que je regardais le soir, avant de partir au travail. Des émissions de cuisine ? Non, elle avait pas la tête de l'emploi... Ah ! Émission culturelle, musique. Anju Fujiyama. Devant ma découverte, je fus un peu surprise. Au lieu de vouloir frapper une personne que j'avais pris pour un sérial-killer très collant, j'avais frappé une ... célébrité ? Je me penchais en avant, pour mieux voir son visage. Et si ! C'était bien elle.

    -Et m*rde ! Ca va, rien de cassé ? Non ? OK. Je sais pas ce qui vous a pris, mais faites gaffe !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Lun 30 Aoû - 17:46

C'était un bel après-midi d'Août, un de ces jours où le soleil rayonnent, éclairant chaque recoin du quartier. Les bâtiments semblaient alors plus imposants, leurs vitres renvoyant la lumière éclatante. Anju marchait tranquillement dans les rues, son casque audio sur la tête, unique déguisement qui pouvait, un tant soit peu, la faire passer pour une personne ordinaire. Car Anju Fujiyama était plutôt connue dans le quartier, ce qu'elle réalisait quand elle se retrouvait suivie dans les magasins ou les rues par des groupes d'adolescents curieux. Or, suite à une certaine mésaventure, la jeune femme avait presque développé la phobie d'être suivie. Ce que les gens ne semblaient pas remarquer, vu que la situation s'était répétée jusqu'à ce qu'une personne lui demande un autographe, chose qu'elle avait acceptée de lui donner, avec un sentiment de soulagement. Alors ce n'était que ça ? Mais bon, depuis, elle veillait à être reconnue par le moins de monde possible.
Ce jour là donc, Anju était sortie de chez elle et avait profité de la foule pour passer incognito. Car on aurait presque dit que toute la population du quartier était sortie cet après-midi là, ce qui lui facilitait grandement la tâche. Aussi, en raison du bruit incessant de la foule, se permit-elle de chanter les paroles de la chanson qu'elle écoutait. Ici, elle ne dérangerait pas ses voisins et au moins, personne ne l'entendrait.

"Every inch of me is like
Whoa !
Whoa !
Got me feelin' like,
Whoa !
Whoa !"

Anju ne put s'empêcher tendre son bras pour pointer un public imaginaire, juste au dessus de l'épaule de la personne qui marchait devant elle, au moment où elle prononçait les "Whoa !". Une demi-seconde plus tard, la jeune femme sentit un poids s'abattre sur contre sa joue au même moment qu'un « Yiiaaaaaaaaaaaaaahh !» retentit à ses oreilles. Ce fut alors le noir total, accompagné d'une légère douleur au niveau de la mâchoire. Aïe, venait-elle de recevoir un de ces distributeurs volants qu'elle avait pu apercevoir quelquefois dans le quartier ? Hum, non, le projectile semblait bien plus mou qu'un distributeur et il ne venait pas du ciel puisqu'il l'avait heurtée de plein fouet. Titubant sous l'effet du choc, la jeune femme tenta tant bien que mal de regagner son équilibre tandis qu'une voix de femme lui criait :

-Non, mais pour qui vous vous prenez ! C'est dans vos habitudes de faire ça aux gens ! Je vais vous apprendre, moi, à...


Hein ? Que racontait-elle ? Tout ce qu'elle avait fait, c'était tendre le bras en faisant "Whoa!". Pas de gestes obscènes à sa connaissance. Anju ouvrit alors les yeux et se rendit compte que son casque avait glissé dans son dos, uniquement retenu par le fil qui le reliait au baladeur. Elle le remit alors autour de son cou tout en observant la femme en train de fustiger. Elle était plus jeune qu'elle ne l'avait pensé mais fustigeait tout autant qu'Anju avait vu sa mère le faire. La personne qui venait de la frapper s'arrêta alors en plein milieu de sa phrase, comme si elle venait de réaliser quelque chose. La chanteuse la regarda alors, étonnée par cet arrêt si soudain. Elle réalisa alors que ce n'était pas seulement la jeune femme qui s'était arrêtée de parler, mais aussi une bonne partie de la foule qui les entourait s'était arrêté, regardant la scène avec curiosité. Elle entendait déjà des gens demander :

- Tiens ce n'est pas... Anju Fujiyama ? La chanteuse ?

-Et m*rde ! Ca va, rien de cassé ? Non ? OK. Je sais pas ce qui vous a pris, mais faites gaffe ! lui dit alors la femme qui s'était rapprochée.

Oui, "et m*rde !", c'était bien le cas de le dire. Désormais, tout le monde savait qu'elle était sortie aujourd'hui et les fans n'allaient sans doutes pas tarder à réagir. Elle aurait du se méfier depuis le début et ne pas sortir de chez elle. La journée avait semblé trop parfaite en apparence. La jeune femme aperçu alors l'objet qui l'avait percutée. Un sac à main ? Rien que ça ? Avait-elle vraiment la tête d'un stalker ? Enfin, bon, la question n'était pas là, elle devait vite trouver quelque chose pour se sortir de la situation. Elle regarda alors tout autour d'elle, cherchant un prétexte pour s'échapper. Ayant alors une idée, elle se redressa le plus naturellement possible et dit à un jeune homme assis sur un banc et muni d'une caméra :

- C'est bon, vous avez réussi à tout filmer ?

- Oui, coupez !
répondit celui-ci en se prenant au jeu, c'est dans la boîte !

La jeune femme au sac à main ne semblait pas en croire ses oreilles, apparemment dépassée par ce renversement de situation. Mais bon, c'était la seule chose qu'Anju avait trouvé et la foule applaudissait déjà, croyant à une situation montée de toutes pièces et parfaitement interprétée. Les fans commençaient à s'amasser autour de la chanteuse qui se retrouva submergée de questions, auxquelles elle du bien répondre :

- Vous préparez une série ? Un film ?
- Nous tournons actuellement un film. On ne m'a pas encore contactée pour une série
, répondit-elle le sourire aux lèvres.
- Ce sera quoi le titre ?
- Ahah, je ne peux pas encore vous le dire, mais vous le saurez bientôt !
- Il sort quand ?
- Pour l'instant, on ne sait pas vraiment, mais les dates seront diffusées dès qu'elles seront sûres !
- Vous jouerez avec qui ?
- Le réalisateur ne nous as pas donnés d'indications très précises, mais peut-être avec d'autres célébrités.


Bon, ce soir en allant sur le web, elle allait certainement trouver des articles sur ce prétendu "film" en cours de tournage. Il faudrait qu'elle demande à son manager de lui trouver un tel film, histoire de rendre ses propos vrais. Au moins venait-elle de faire une pub qui ne lui coutait rien, c'était déjà ça. Elle espérait simplement que la rumeur se diffuserait bien et qu'elle serait tranquille pour un bout de temps. Répondant à d'autres questions, Anju finit par signer des autographes. Tel était le rôle d'une célébrité : faire du marketing, être là pour le public... et un tas d'autres choses qui n'arrangeaient pas toujours. Actuellement, son rôle était de faire des autographes, juste une signature donc. Quelques photos aussi, mais rien comparé à la quantité de bouts de papiers qu'on lui tendait. Ah oui, il fallait être aussi rapide pour écrire, histoire de se sortir vite fait des bains de foules. Et étant donné qu'Anju n'aimait pas trop ça, elle faisait cela le plus rapidement possible. Finalement, apercevant la femme au sac-à-main qui se retrouvait engloutie par la foule, elle déclara :

- Excusez-nous, mais je vois le metteur en scène nous appeler, nous devons y aller !

Prenant alors la main de l'inconnue qui l'avait frappée, Anju se fraya un passage à travers la foule pour rejoindre son complice, le "metteur en scène". Etant donné que la plupart des gens étaient partis après avoir reçu ce qu'ils désiraient, la tâche fut plus facile qu'elle ne le pensait. Elle espérait seulement que l'inconnue ne serait pas poursuivie par des curieux la prenant pour une actrice. Une fois arrivées au banc d'où filmait le complice, la chanteuse soupira de soulagement puis s'adressa au jeune homme.

- Ouf ! Merci, je te dois une fière chandelle Takumi-kun ! Ah oui ! J'allais oublier...

Elle sortit alors d'une des poches de sa veste un CD de musique qu'elle lui tendit. La jaquette représentait la jeune femme assise contre un mur à côté de sa harpe. En y regardant de plus près, on pouvait voir que le nom de la chanteuse et le titre de l'album étaient inscrits sur le mur. Le boîtier avait tout neuf, sans aucune rayure et encore emballé dans du plastique.

- Génial ! Merci ! répondit alors le dénommé Takumi en voyant l'objet, pour l'aide, vous ne me devez rien, c'était la moindre des choses de vous aider. Mais comment vous allez faire pour le film ? Parce que...

- Aucune inquiétude à avoir, je m'arrangerai.

- Bien, je suis forcé de vous croire alors, répondit-il, ah, je dois y aller. Au revoir, et merci encore !

Anju sourit et lui fit signe de la main pendant qu'il s'en allait. Autour d'eux, la foule était redevenue ce qu'elle était, bruyante et sans fans à l'affût. Devançant alors les questions de l'inconnue à qui elle devait bien des explications, elle dit :

- C'était Takumi Saîto, un fan qui veux devenir caméraman et qui fait des études pour. C'est un de mes premiers fans du temps de mes débuts et aussi le genre qui ne te harcèle pas pour un autographe. Tout ce qui l'intéresse, c'est la musique, alors je lui ai offert mon dernier album. Après tout, j'ai pu faire un gros coup de marketing, je lui devais bien ça.

Se tournant vers l'inconnue, elle poursuivit :

- Veuillez m'excuser de vous avoir entraînée dans tout cela, mais je me trouvais dans l'obligation de faire quelque chose. Permettez-moi de me présenter : Anju Fujiyama, 22 ans, chanteuse et musicienne professionnelle.


Dernière édition par Anju Fujiyama le Dim 3 Oct - 2:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Lun 30 Aoû - 20:05

    Un moment, je n'ai pas tout compris. Surtout lorsqu'elle s'était relevée, interpelant un garçon assis un peu plus loin. Elle s'était mise sur pied comme si de rien n'était, comme si elle ne s'était pas pris un sac dans la tête. Comme si tout reprenait son déroulement et son rythme. Un mouvement beaucoup trop rapide, et pourtant ordonné. Anju maîtrisait la situation, elle arrivait à gérer toute ses vagues de mondes qui lui tombaient dessus. Elle se préoccupait de ça, au lieu de se soucier de moi et de mes crises nerveuses ? Je ne sais pas, mais moi, si j'aurais reçus un sac dans la figure, je ne me serait pas relevée pour aller parler à des fans. En même temps, je préférais de loin qu'elle s'occupe des ces personnes. Je n'aurais absolument pas supporté qu'ils se rapprochent encore plus de moi avec des regards énormes. Sans les regarder, je me penchais pour ramasser mon sac et un peu plus loin, mon gros gros lapin aux yeux rouges que je venais d'acheter. Calme toi, Sayu ; Calme toi. Attends encore un peu. Écoutant d'une oreille ce que disait la starlette, j'époussetais lentement ma peluche, avec précision. Les travaux de précision m'ont toujours aidé à me calmer, sauf quand ça m'énerve trop et qu'il faut beaucoup de concentration. Quelqu'un m'aborda, comprenant soudain que la personne à côté de son idole était une préposée actrice. Ce qu'il reçut, ce fut des paroles sèches et courtes, du genre « Qu'est-ce que tu veux ? » ; « Casse-toi. ». Désolée, j'aime pas trop que l'on me colle. Je finis d'épousseter mon lapin, je rajustais la bandoulière de mon sac sur mon épaule et, serrant mon rongeur en tissus contre ma poitrine, je tournais le dos à la Star. Je m'apprêtais à quitter les rues d'Ikebukuro, c'est bon j'en avais ma claque, je rentrais chez moi. Malheureusement pour moi, mon ancienne victime était vraiment collante. Me saisissant par le bras, elle m'entraîna avec elle loin des fans. Pour me retrouver, justement, devant un fan. Mes yeux se fermèrent, je respirais lentement, inspirant le plus profondément possible. Qu'est-ce qu'elle me voulait maintenant ? Calme toi, Sayu. Ca sert à rien, tu le sais bien. Avec un peu de politesse, je laissais ledit Takumi partir, tout joyeux, son CD dans la main.

    Argh, encore la foule, toujours la foule. Je voulais un bon café, si possible, sur une terrasse dans un parc calme, très calme. Lorsque le jeune homme fut loin, la musicienne se tourna encore vers moi. Ca y est ? Elle allait me passer un savon sous prétexte que je lui avais envoyer mon sac dans la tête ? Même pas... Elle commençait à partir sur des explications de deux kilomètres de long. Pourquoi Takumi, elle l'aimait bien. Pourquoi il avait fait cela pour elle. Pourquoi elle, elle lui avait donné son CD. Et ensuite elle s'est présenté. Qu'est-ce qui n'allait pas chez elle, hum ? Le manque de relation proche, sûrement. Vu comment elle déballait le nombre de potin interminable sur elle et comment elle avait, un peu plus tôt, trompé ses fans sur quelque chose d'irréel. Lorsque je vis enfin le visage de mon interlocutrice en face de moi, je la regarda avec mon unique oeil. Un oeil bien dévoué à faire le boulot x2. Il se fit froid, j'étais, hélas pour elle, encore énervée. Calme toi Sayu, Calme toi. Fais la promesse, aujourd'hui, de ne pas crier. Calme toi, Sayu. Je me calme, c'est bon ! Pas besoin de penser pour me le faire comprendre. Je ne suis pas à ce point là stupide. Je penchais ma tête du côté où je voyais, mon lapin albinos encore contre moi.


    -Et vous croyez que vous aviez besoin de me dire ça ? Vous savez, vous êtes pas obligés de tout expliqué. Non plus de croire que tout le monde vous regarde. Vous n'êtes pas un spectacle, mademoiselle ! Personne ne cesse de vous fixer, vous n'êtes pas un centre d'intérêt ! Arrêtez, une fois, de penser que vous êtes sur scène, observée par des milliers de personnes ! Qu'est-ce que j'en avais à faire qu'il était un fidèle de la musique ? Je ne suis pas le genre de personne à tout vouloir savoir sur vous, encore moins sur ce que vous faite.

    J'ai été méchante, je le sais. Où du moins, je me suis trouvée méchante à ce moment là. Mais j'étais vexée devant cette jeune femme qui pourtant, ne m'avait toujours pas reproché le coup de sac à main. Sac... à main ? Non, plutôt un sac de cours, où elle pouvait ranger des millions, et des millions de choses sans que personne ne s'en aperçoive. Il avait dû bien lui faire du mal lorsqu'il lui avait percuté le visage, avec force. Je serrais encore plus fort ma peluche, il fallait que je me soutienne à quelque chose. Je continuais à parler, sur ce même ton froid et autain. Oui je permettais ! Je ne me souciais pas vraiment si j'ai le droit ou pas, je dis ce que j'ai à dit. Point.

    -Je pense pas vraiment que ça soit à vous de vous excuser. Après tout, c'est moi qui vous est balancé un sac dans la figure. Mais j'en suis pas désolée... dommage ! Et vous pensez avoir le besoin de vous présentez ? Tout le monde sait qui vous êtes, tout le monde connait votre poid, votre taille, la date de naissance de vos deux parents ! N'avez-vous donc... aucune pudeur ?

    Je redressais ma tête, je portai ma main à mes cheveux et les détacha. D'un coup de main dans ma tignasse, je les mit en bataille, de sorte à ce qu'ils recouvrent mon oeil caché par un pansement volumineux. Non, je n'ai pas honte de cette blessure, mais le regard que les gens y portent est déstabilisant. Même les enfants tournaient de l'œil lorsque je passais à côté d'eux, ou leur faisant penser à un héro d'animation mystérieux, ou à la méchante traitresse qui trompe le héro.

    -Je m'appelle Sayu, j'ai 24 ans.

    Et je suis petite, je sais. J'aurais bien voulu lui dire ça, mais je laissais mon âge s'évaporer dans les airs. Pour elle ça serait sûrement une découverte, savoir que la si petit personne qui lui faisait face avait... 2 ans de plus qu'elle ? Non, peut-être pas. J'avais maintenant un visage dit, 'de femme'. Alors qu'elle ait pus se tromper de quelques années, ça m'étonnerais. Je lui souriais, chose complètement décalée et insolente après ce que je venais de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Lun 30 Aoû - 22:25

-Je pense pas vraiment que ça soit à vous de vous excuser. Après tout, c'est moi qui vous est balancé un sac dans la figure. Mais j'en suis pas désolée... dommage ! Et vous pensez avoir le besoin de vous présentez ? Tout le monde sait qui vous êtes, tout le monde connait votre poids, votre taille, la date de naissance de vos deux parents ! N'avez-vous donc... aucune pudeur ?

Anju sourit à cette réplique. Elle reconnaissait bien là la vision du monde extérieur. Tout ce que ces gens croyaient connaître d'elle, tout ça n'était qu'une illusion. Lorsqu'elle était devenue célèbre, elle s'était construite une image parfaite, l'image d'une personne pleine de talents, qui faisait rêver tous ceux qui la voyait. Le public ne voyait que ce qu'elle décidait de lui montrer, point barre. Il était tout à fait en son pouvoir de manipuler l'opinion à son sujet, de faire croire qu'elle avait quatre enfants, qu'elle était d'origine canadienne, tout ça était en son pouvoir. Il suffisait juste de diffuser l'information, et le monde entier y croirait !
Et cette personne était bien naïve de penser qu'elle laissait les gens l'approcher si facilement.
Anju la vit alors se détacher les cheveux, visiblement pour masquer le pansement qu'elle portait sur l'oeil. Alors comme ça, elle n'avait pas l'air de se ficher complètement de ce que les autres voyaient, intéressant.

- Je m'appelle Sayu, j'ai 24 ans.

Anju ne pu s'empêcher de conserver ce sourire sur les lèvres, car cela l'amusait ! Ah, pour une fois, elle pourrait peut-être s'amuser avec quelqu'un. Ou pas d'ailleurs, cela dépendait de comment la situation tournerait. Elle prit alors soin de mettre son portable en silencieux, ce qu'elle faisait en général dans les cas où elle ne voulait surtout pas être dérangée. Pour une fois que la personne n'était pas en totale admiration devant une illusion !

- Dites-moi donc Sayu-san, que pensez-vous des gens en général ? Personnellement, je trouve qu'il s'agit là d'un sujet digne d'intérêt. La foule, le public, les fans, toutes ces personnes ne voient que les choses que je décide qu'ils voient. Même vous, oui vous, qui semblez croire qu'à force d'être vues, aperçues, adulées, admirées, les célébrités n'ont plus aucun secrets pour leur public. Vous vous croyez sans doute moins crédule que les autres, mais vous l'êtes presque plus. Vous pensez avoir trouvé la vérité, mais vous vous en éloignez de plus en plus en créant une image d'Anju Fujiyama basée sur ce que vous pensez savoir. Mais cette vision que vous avez de moi n'est que plus erronée, car basée sur des mensonges et des illusions. On peut dire que vous êtes tombée encore plus profondément dans mon piège et cela est très divertissant. Mais je ne suis pas la seule vous savez. Toutes les personnalités jouent avec leur image, plus particulièrement les gens de scènes, cachant des détails, créant des illusions, manipulant l'opinion. C'est une activité à part entière de notre profession.

Oui, Anju s'amusait réellement, mais derrière cette apparence se cachait un certain ennui. Elle ne savait plus quoi faire depuis quelques jours et cette jeune femme au caractère bien trempé la faisait penser à un certain barman... Mais laissons donc cela de côté ! La jeune femme donc, était une personne intéressante aux yeux de la célébrités et une personne dont elle s'amuserait des réactions.

- "Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien", vous connaissez j'imagine ? Mais bon, j'imagine que la conversation serait mieux dans un coin plus approprié. Que diriez-vous d'un café ? J'aime les cafés. Mais encore une fois, ce n'est peut-être qu'une I-llu-sion~♪ !

Oui, cette situation la divertissait et lui rappelait une des chansons qu'elle écoutait quelquefois :
"I love the fame,
You know my name.
And I just want you to know...
I am a superstar with a big big house and a big big car.
I am a superstar and I dont care who you are !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Mar 31 Aoû - 21:16

    -Un café ? Ah oui... il doit bien en avoir un dans les parages.

    Un café calme, comme je les aiment. Je ne m'imaginais rien de mieux qu'un bon petit café sur un terrasse. Je me répète peut-être un peu, voir même beaucoup, sur ce sujet mais... On pourrait presque dire que ça fait partie de moi-même d'aller boire un café après avoir limite agressé une pauvre innocent. Enfin, pauvre innocente était, je trouvais, un bien grand mot pour décrire Anju. Pour une femme comme elle qui avait pour loisir quotidien la direction de tout un peuple de fan et manipuler à sa guise tout ceux qui avait la malchance d'un jour avoir la curiosité de s'intéresser à elle ; elle était tout sauf innocente. Et pourtant... Je baissais les yeux sur mon lapin en peluche, désormais appelé Kenshi. Et oui, je donnais un nom à tout et n'importe quoi ; parlais à des choses non-vivantes. Un jour que je cherchais désespérément une de mes bottes, en la retrouvant je lui avais crié dessus pendant 10 bonnes minutes en l'enfilant. Avec Kenshi, elle ferait pareil désormais. Enfin, quand l'occasion se présenterait. Comme un peu auparavant, mais de manière contrôlée, je déposais le lapin aux yeux rouges par terre. Je relevais mon visage, sourit encore une fois à la starlette. Calme toi Sayu, Calme toi... Mon sac en bandoulière frappa une deuxième fois. Sûrement moins rapidement que dans la foule, mais avec tout autant de précision. Un « SBAH » retentit contre la deuxième joue de ma cible. J'inspirais ; pourquoi l'avais-je frappée ? Très simple, je n'aimais pas la façon dont elle m'avait parlé, n'avais pas aimé comme elle s'était foutue de moi. Et comme tout personne qui se respectait, je n'aimais pas avoir tord et encore que l'on se moque ainsi de moi. Maintenant que j'avais accomplis ce que j'avais voulu faire, je me penchais en avant pour me ressaisir de mon Kenshi d'amour. Je me retournais, fit un petit signe de main à Anju et poursuivit.

    -Et bien, nous y allons ? Pour ce qui est des gens en général, je trouve le sujet bien trop vaste pour pouvoir vous répondre. Je pense que je n'en n'aurais pas la patience, vous comprenez ? A la rigueur, je peux vous écrire une thèse de 46 pages sur les gens et moi-même. Comment je nous trouve. Globalement, je dirais que nous sommes aveugles, et passablement égoïstes. Mais je serais incapable d'en parler comme ça.

    Je me retournais, pour regarder Anju avec un sourire presque amical. Mais j'avais un peu de mal à sourire, après-tout, cela faisait des mois que je travaillais intensément ; que je me foutais les nerfs en boule ; que je ne côtoyais que des personnes malades qui font pitié dans leur pauvre lit blanc. Dans ma tête je haussais la tête, après tout, me blesser l'oeil involontairement n'était pas si mauvais. Après tout, j'avais gagné une semaine de repos ; une semaine de re-découverte de la ville que j'avais oubliée. Mais j'avais aussi rencontrée une personne connue dans le milieu de la musique, pendant la première journée de mon congé. Alors ça, si ce n'est pas un hasard, je me demandais qui j'allais croiser les prochains jours. Un vrai sérial-killer ? Un vendeur de peluches pas chers ? Un gogo-dancer ? Un fou à moto ?

    -Le café où je veux vous emmener est un peu loin par rapport où nous sommes. Ca vous dérange pas de marcher un peu ? Euh, je vous ai pas fait trop mal tout à l'heure ? Parfait. Et puis bon.. en fin de compte, vous êtes une manipulatrice en puissance, alors s'en prendre une de temps en temps doit faire du bien non ? Mais je dois reconnaître que je suis parfois un peu violente. Et ce métier de star, n'est-ce pas trop dur ?

    Je me tournais vers la rue qui me permettrait d'accéder au café, invitant d'un mot Anju à se mettre à côté de moi pour marcher. Et je me replongeais dans une foule que je n'aimais guère, serrant de plus en plus fort mon Kenshi dans les bras. C'est que j'avais peur que m'ont le pique ! Tout en caressant ses oreilles, je fixais Anju avec un air calme ; tout à fait contradictoire par rapport au choc nerveux que mon corps recevait à chaque 'coup' d'épaules que je me prenais en marchant. Chaque coup était un message envoyé sur nous les points de mon système nerveux. Et cela tapait dans mon impatience, qui faisait tomber le sceau qui maintenait enfermé -très peu souvent- sa colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Mer 1 Sep - 0:32

Anju avait presque sourit lorsque Sayu l'avait frappée. Non pas qu'elle soit masochiste, loin de là ! Elle trouvait juste la situation quelque peu amusante. Comme prévu, la jeune femme n'avait pas supporté de se savoir manipulée. Elle trouvait d'ailleurs cette réaction un peu trop... prévisible dirons-nous. Mais bon, elle veillerai à ce que la suite soit digne d'intérêt.

-Le café où je veux vous emmener est un peu loin par rapport où nous sommes. Ca vous dérange pas de marcher un peu ? Euh, je vous ai pas fait trop mal tout à l'heure ? Parfait. Et puis bon.. en fin de compte, vous êtes une manipulatrice en puissance, alors s'en prendre une de temps en temps doit faire du bien non ? Mais je dois reconnaître que je suis parfois un peu violente. Et ce métier de star, n'est-ce pas trop dur ?

Anju suivit alors Sayu, marchant à ses côtés dans la rue. Elle avait coupé son baladeur, histoire d'être entièrement dans la conversation. De plus, se fondre à nouveau dans la foule lui faisait du bien, comme si elle était protégée. En effet, aucune personne, aussi folle soit-elle n'aurait l'idée de traverser la foule sous prétexte qu'il aurait reconnu quelqu'un. Et les gens étaient si... focalisés sur leur routine qu'ils ne faisaient pas attention à leur voisin. Tout comme elle n'avait pas prêté attention à la personne qui se trouvait devant elle une dizaine de minutes plus tôt.
Une "manipulatrice en puissance" ? La jeune femme n'était pas tout à fait d'accord avec ça. Contrairement à ce qu'elle avait pu laisser penser auparavant, elle ne manipulait les foules que pour préserver son intimité. Car elle n'acceptait pas l'idée d'adopter le même mode de vie que certaines célébrités qui étalaient sans aucune honte leur vie privée. Elle pouvait aussi l'utiliser dans certains cas, où elle n'avait pas le choix. C'était comme jouer la comédie, ça l'aidait énormément. Histoire de préserver son image et ses secrets.
Le métier de star, difficile ? Elle ne pouvait pas dire le contraire. Elle n'approuvait pas totalement non plus. Cela la faisait penser à la mer : tantôt agitée, tantôt calme, pouvant passer de la tempête au calme plat. Réfléchissant à la question de Sayu, Anju ne pût que hausser les épaules :

- Ça dépend des jours. "One day it's heaven, one day it's hell." comme le dit si bien une chanson. C'est un mode de vie pour lequel on doit faire quelques sacrifices, mais les avantages qu'on y gagne ne sont pas négligeables. Je vous donnerai plus de détails une fois dans ce café si vous le voulez bien. Je n'aime pas discuter dans la rue, trop d'oreilles indiscrètes peuvent trainer.

En effet, à force de marcher, elles étaient arrivées devant un café calme, qui semblait être l'abri idéal pour une conversation. La baie vitrée donnait un aperçu plutôt favorable de l'intérieur et l'ambiance tout à fait reposante. Anju avança alors jusque devant la porte et dit :

- Que pensez-vous de ce café ? Plutôt calme et agréable, l'idéal pour une conversation privée. Et puis, j'imagine que cela ne vous ferait aucun mal d'éviter la foule pendant un moment et de vous poser. Vous n'avez pas l'air d'apprécier cela, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Dim 12 Sep - 15:01

[désolée, le texte risque d'être mal foutu, en bataille et incompréhensibe ; doublé d'une montagne de fautes =S]

Tout en marchant, je regardais d'un oeil discret cette personne qui marchait à mes côtés sans la moindre hésitation. Après tout elle était star, je pouvais très à mon tour devenir une fan absolument décapsulée et me jeter à son cou pour la tuer. J'aurais été alors le seul possesseur de sa mort, j'aurais fait partie de sa vie. Je pouvais aussi devenir un tuer abandonné par ses songes et qui décide de la tuer par inadvertance, avant de se rendre contre que sa victime était son idole. Ahah, mais je n'étais rien de cela, juste une pauvre infirmière de nuit qui trouvait presque intéressant de se trouver face à une célébrité de haut milieu. Je me trouvais en pleine relation avec ces personnes qui marchent parallèlement à nous, qui évitent le plus possible les chocs de rencontre entre les deux lignes de chemins. Hors, là, j'étais au beau milieu d'un 'choc de rencontre' et Fujiyama-San ne paraissait absolument pas troublée. Juste décontractée et presque à se livrer. Me faisait-elle autant confiance ? Même moi, qui n'aurais jamais pensé m'arrêter pour aller boire un café avec une de mes victimes, je m'avançais les yeux fermés.

-Ca dépend des jours. « One day it's heaven, one day it's hell » comme le dit si bien une chanson. C'est un mode de vie pour lequel on doit faire quelques sacrifices, mais les avantages qu'on y gagne ne sont pas négligeables. Je vous donnerai plus de détails une fois dans ce café si vous le voulez bien. Je n'aime pas discuter dans la rue, trop d'oreilles indiscrètes peuvent traîner. Que pensez-vous de ce café ? Plutôt calme et agréable, idéal pour une conversation privée. Et puis j'imagine que cela ne vous fera aucun mal d'éviter la foule un moment et de vous poser. Vous n'avez pas l'air d'apprécier cela, je me trompe ?

Pas si décontractée que cela, apparemment. Il lui fallait un espace tranquille. Elle ne pouvait pas se livrer dans un lieu public. Cela me fit sourire. Sourire intérieurement bien sûr, qu'est-ce que vous croyez. Ne pensez surtout pas que je pouvais aussi vite pardonner à une personne qui m'avait fait le coup du sérial-killer en rut. Alors, maintenant, où voulait-elle m'emmener ? Je jetais un coup d'œil au café. Ca avait tout l'air d'un café, et si je vous dis cela, qu'un café ressemble bien à un café, c'est bien que le monde tourne sur lui-même. Y avait-il encore un fan, ces vrais fans à qui elle donnait des CDs juste car ils étaient fidèles et ne connaissaient que la passion de la musique ? Non, le café était désert, le serveur appuyé sur le bar, regardant d'un oeil fatigué le plafond. A part le plafond qui montrait une furieuse activité, le café semblait vraiment très calme et donc, comme Anju l'avait si bien dit : agréable. Je respirais un bon coup, de bonheur avec un sourire immense qui ne dévoilait pas mes dents. Étirant mes bras devant moi à m'en faire craquer les os des doigts, je les relâchais et regardait la 'célébrité' avec mon sourire discret. « Je hais la foule » fut ma réponse. Je dois vous avouer que le ton neutre avec lequel je l'avais dite n'allait absolument pas avec mon expression du moment. Dans la foulée, j'allais à la porte du bar et entrais tout en tenant la porte à notre chère starlette des notes musique. Je n'allais tout de même pas laisser la porte s'écraser sur son joli minois du fait que nous ne vivions pas dans le même univers.

Enfin entrée, je dépassais Fujiyama-san pour aller choisir la table que nous allions empruntée le temps d'un café. Elle avait choisit le bar, je choisirais la place qui m'étais convenable. J'en trouvais une qui m'allais à la perfection, un peu loin des vitres et pourtant, avec une vue imprenable dessus. Je n'aimais, certes, pas la foule ; mais j'aimais la regarder. La place d'Anju était elle, un peu mise à l'ombre mais d'où, elle aussi, pouvait voir tout ce qu'il se tramait dans le café, mais aussi à l'extérieur. C'était mon style de place préféré : observer tout ans être observée. Je m'assis sans un mot, invitant starlette-girl à faire de même. Je fit alors un signe de main au serveur pour qu'il s'approche et me retournais tranquillement vers ma camarade.


-Je déteste être au centre d'une foule ou de gens braillards, parce contre j'aime l'observer. C'est pratiquement un de mes passes-temps favoris. Et sinon, vous avez du temps pour votre vie privée, je veux dire, famille, amis, etc... Vous avez vraiment un temps où vous êtes posée à leur consacré ? Vous n'avez pas peur qui des fans complètement dingues les retrouvent et les harcèlent ? Café ?

Le serveur venait d'arriver tranquillement à leur table et son regard semi-ouvert posait la question qu'il devait répéter à chaque table lorsque le café était plein : Je vous sers quoi ? Vous avez choisis ? Je lui disais ma commande, mais en attendant qu'Anju fasse son choix, je déposais Kenshi par terre. Lui pinçant une oreille au passage. Des fois, je sais, je pouvais faire des choses totalement humaines à une peluche qui elle, ne possédait aucune humanité. Je faisais des choses bizarres au peluches, des choses que seuls les enfants ont encore le pouvoir de faire à leur nounours empaillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Dim 12 Sep - 19:21

-Je déteste être au centre d'une foule ou de gens braillards, parce contre j'aime l'observer. C'est pratiquement un de mes passes-temps favoris. Et sinon, vous avez du temps pour votre vie privée, je veux dire, famille, amis, etc... Vous avez vraiment un temps où vous êtes posée à leur consacré ? Vous n'avez pas peur qui des fans complètement dingues les retrouvent et les harcèlent ? Café ?

Anju prit alors son temps pour s'installer confortablement avant de répondre à ses questions. Elle n'aimait pas se précipiter et encore moins devoir suivre le rythme des autres. Non, c'était elle qui imposait son propre rythme, il n'y avait pas à discuter. C'était la même chose au "travail" : une fois qu'elle avait assise sa notoriété, elle avait fixé ses méthodes de travail à son manager. Et cela marchait très bien comme ça. La jeune femme commanda un café, ne sachant même pas si elle allait le boire ou non. C'était juste histoire de s'occuper les mains pendant un certain temps.

- Pour la vie privée, le temps n'est pas un problème. Ma famille n'habite pas loin de Tokyo et un parent vit dans cette ville. Parfois, je vais les voir pendant mes congés ou j'essaie de leur écrire. Mais ça dépend des semaines... il peut arriver que je passe un mois sans les voir parce que je travaille sur un projet qui me prend un temps fou.

Elle s'arrêta alors un moment, voyant le barman revenir pour leur apporter le café. Maintenant qu'elle y pensait, elle n'avait fait attention ni au prix, ni à ce qu'elle commandait. Ce fut avec méfiance qu'elle goûta à la boisson avant de réaliser que le goût n'était pas aussi horrible que ce à quoi elle s'attendait. Mais ce n'était pas le moment pour boire, et Anju reprit la conversation :

- Pour les amis, la plupart sont restés dans ma ville natale et certains sont montés à Tokyo, mais ils ont pour la plupart un travail qui leur permet tout juste de subvenir à leurs dépenses. Et d'après ce que je sais, aucun d'eux n'est marié, le travail a pris une place trop importante dans leur vie. C'est assez triste dans un sens, mais c'est comme ça.

La jeune femme tapota alors le comptoir avec ses doigts, réfléchissant à un autre point. Maintenant qu'elle y pensait, elle avait soupçonné ses parents de comploter quelque chose à son sujet, vu qu'ils lui demandaient à chaque fois si elle avait rencontré quelqu'un. Mais la réponse restait la même à chaque fois. Finalement, revenant peu à peu à la réalité, elle se souvint que le sujet suivant concernait les fans.

- Ah, c'est là que mon statut me donne pas mal d'avantages. Je savais que la presse à scandale allait se faire une joie d'enquêter et de déballer au grand public tout un tas d'infos sur moi qui pourraient se révéler embarrassantes. C'est pour cela que j'ai toujours dit avoir été élevée par une parente éloignée dont j'aurais pris le nom de famille. Fujiyama est un nom assez courant, donc pas besoin de s’inquiéter sur ça. "Anju" est un prénom occidental, les gens pensent donc qu'un de mes parents aurait des origines européennes. Là encore, c'est faux. De plus, mes chansons sont en anglais, certains ont donc émis l'hypothèse que j'aurais un parent américain. Faux également, mais cela n'est pas mal de laisser croire le contraire.

La jeune femme bu alors son café, plus pour s'occuper un court moment que par réelle soif. "Fujiyama", littéralement "la montagne aux glycines" et également le véritable nom du "mont Fuji". "L'ange de la montagne aux glycines"... cela sonnait presque comme un titre de roman, de poème. Ironie de l'histoire, c'était l'ange qui créait les histoires à travers ses chansons.

- J'ai quelquefois la surprise de découvrir des fans qui me suivent au coin d'une rue, mais je n'ai jamais reçu de visites inattendues ni d'appels suspects. Disons que je ne suis pas assez connue pour être suivie par des stalkers. Ils préfèrent se renseigner sur Hanejima Yuuhei ou d'autres célébrités... je ne les intéresse pas pour l'instant... Et puis à votre avis, pourquoi ai-je gardé mon véritable nom pour exercer mon métier ? Et pourquoi ce métier-ci ? demanda-t-elle alors à sa voisine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Dim 3 Oct - 0:03

Le café était bon, ou alors était-ce seulement le fait que je n'en avais pas bu depuis longtemps qui donnait cette impression de délice. C'était toujours un bonheur pour moi de m'assoir et de prendre mon temps devant un café bien chaud. Par contre, je préférais le prendre seule et n'être pas obligée de faire face à un visage qui lui était à moitié inconnu. Cette jeune starlette, à peine plus âgée que moi qui avait déjà fait tourner un grand nombre de regards sur elle. Chacun choisit sa voie, chacun suit ce qu'il a voulu pour lui ; même dans ses rêves. Moi, je faisais partie de ceux qui suivait leur chemin dans leur pensées. Dans la vrai vie, je n'en vivais que les obstacles. Il fallait que je reprenne ça en main ! Très bientôt du moins, car je n'allais pas continuer comme ça, dans des conditions de vie que je n'acceptais pas. La starlette aussi avait une vie trépidante ! En tout cas, elle gérait sa vie beaucoup mieux que je ne me l'imaginais. Moi qui pensait avoir affaire à une Working-Girl en surchauffe avec seulement 1 minute entre deux casting à offrir à toute sa famille : je mettais trompée. Distraite à l'écoute de ce que me disait mon interlocutrice, j'ajoutais des sucres à mon café. Et oui, j'appréciais les choses sucrées, tout comme celles bien corsées.

Je m'arrêtais dans mon geste, laissa passer un éclair de surprise dans mon regard avant de reprendre mon action. J'avais tiqué alors qu'Anju parlait, quelque chose m'avait interpelé. Ce qui m'avait gêné, c'était le fait qu'elle se pose des questions à elle-même en les posant à moi. Et pour moi c'était... surprenant. Enfin non, elle posait les questions que j'aurais dût poser dans la normalité.


-Vous ne pensez pas que ce serait plutôt à moi de les poser ces questions-ci ? N'inversez pas trop les rôles non plus.

J'avais dit cela en riant légèrement, il fallait bien dire un truc. Il ne fallait pas non plus qu'elle me devance sur tout. Imaginez un peu une vie avec une personne qui vous précède sur tout. Mon dieu ! Pour ma part, je ne pourrais absolument pas. Vous ne vivriez pas, avanceriez dans rien et finiriez dans un canapé avec un regard de bovin. Je n'aimais pas les bovins, ils me faisaient peur et pitié. Ahah, que fais des bovins dans mon texte ? Ok, je passe.

-Donc... A moi ! Pourquoi avez-vous gardé votre véritable nom pour exercer votre métier ? Et puis bon... soyons pas fou, c'est pas n'importe qui peut devenir une starlette des spots-éclairs, alors pourquoi ce métier ? C'était un rêve ou un devoir pour vous ?

Je baissais alors mon oeil sur mon café, je restais bloqué un moment sur cette image fumante. Comme dirais les jeunes, j'avais eu un bug interactif. Je regardais ce cercle noir bordé de marron qui laissait échapper des petits nuages de fumée que je m'amusais à humer pour leur odeur que j'aimais beaucoup. Il manquait encore quelque chose à ce médiocre café. Je levais ma main, ne détachant toujours pas mon regard, ma main alla se saisir de quelque chose et l'amena bien au dessus de la tasse. Mes doigts se décontractèrent, se séparèrent pour laisser tomber un dernier morceau de sucre dans le petit noir. Et oui... c'était juste cela, la dernière petit plume qui réajustait la balance d'un équilibre que j'aimais. Je relevais mon visage avec un immense sourire, aujourd'hui était mon jour, je souriais à pleine dent. J'avais le sourire d'un enfant qui venait de faire une connerie, mais qui au moins en était fier !

-Vous devez avoir beaucoup de choses à raconter ? Ou est-ce seulement pour combler le gros blanc qui pèse sur nous ?


_______________________________
Woowwwwaaahhhhhhh !!
J'ai enfin trouvé une certaine inspiration
à caser entre le cheval (qui me prend désormais
beaucoup de temps) ; les cours ; les révisions ;
les voyages ; les tonnes de papiers à faire
remplir ; les futures études ; la photographie
que je voudrais 'approfondir' ; de nouveau
l'équitation ; le dessin ; les projets ; la
famille y tout y tout ^0^.
Demain, j'essaye de répondre à ma
déesse extraterrestre de l'univers !
[alias Mieko]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Dim 3 Oct - 2:16

- Vous devez avoir beaucoup de choses à raconter ? Ou est-ce seulement pour combler le gros blanc qui pèse sur nous ?

La jeune femme eut un demi-sourire à cette question. Fallait-il vraiment qu'elle donne la réponse ? Une réponse ennuyeuse qui plus est, dont elle n'aimait pas se servir. Vraiment, elle pensait que les questions, et même leurs réponses, seraient inattendues, surprenantes... Mais celle-ci était vraiment ennuyeuse. Elle laissa alors son dos retomber contre le dossier de sa chaise, laissant échapper un petit soupir de lassitude avant de regarder son interlocutrice qui s'étaient fait une joie de transformer son café au sucre en... sucre au café ? Enfin bref, il devait y avoir à présent une plus grande quantité de sucre que de liquide. Mais bon, elle avait l'air d'aimer ça...

- Hé, on a beau dire qu'il faut rêver, veillez à ne pas en abuser. Si je vous pose ces questions, c'est seulement pour vous faire réfléchir à quelque chose, pas pour vous offrir la version collector de mon existence. Parce que tout n'est pas dû au hasard, contrairement à ce que vous pouvez croire. Je veux juste que vous arriviez à une certaine conclusion, c'est pour ça que je vous guide.

Elle prit alors la cuiller qui reposait à côté de sa tasse et s'en servi pour taper légèrement le récipient, puis la faire tourner entre ses doigts avant de la reposer. S'occuper pendant quelques secondes, ça l'aidait à faire un petit break entre deux choses, deux propos. Ça permettait de prendre les choses un pe plus à la légère lorsque l'on y revenait.

- Et puis, ne pas avoir un sujet de conversation peut s'avérer extrêmement ennuyeux, d'autant plus que je doute que vous acceptiez que votre vie serve de background à une analyse, n'est ce pas ? Hé bien moi, ça ne me dérange pas, parce que je me suis assurée que personne ne puisse trouver la vérité sur ma vie et que tout ce que je raconte à ce sujet passe pour vrai... Mais je reviens à ces questions : ce métier est à la fois une vocation et, dans un certain sens, un devoir. Et le nom, c'est une question qui vous est adressée, histoire que vous arriviez à une conclusion qui vous sois propre.

Cela lui permettrait au moins de voir de quel genre de raisonnement Sayu pouvait user. Comme ça, sa journée de congé lui servirait à quelque chose. D'ailleurs, si elle se mettait à réfléchir un peu au problème, les paroles d'une chanson lui revenaient en mémoire pour mettre le doigts sur cet effet "caméléon"...

Fashion, fashion,
put it all on me.
Don't you wanna see these clothes on me ?
Fashion, fashion,
put it all on me.
I am anyone you want me to be !

-----------------------------»
Fight Sayu~!
Ah, le problème du temps...
(il commence à se faire ressentir partout >.<)
En tout cas, ganbatte pour la semaine qui s'annonce !


Dernière édition par Anju Fujiyama le Lun 2 Mai - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Dim 1 Mai - 20:15

    Je commençais à siroter mon café au sucre en silence, j'écoutais posément l'étoile en face de moi. Elle s'exprimait de façon captivante même si je pense, elle ne le faisait pas exprès, sa voix était posée et correspondait à une façon de s'exprimer pleine d'éloquence. Pour le métier de chanteuse assez populaire au sein de la petite ville d'Ikebukuro, il est, je pense, indispensable de savoir manier la rhétorique. Pour certaine personne, comme Fujiyama-san, ceci peut être un don naturel ou alors le fruit d'un travail acharné. Dans tous les cas pour moi, l'écouter était devenu reposant, instructif et très agréable. Bien qu'elle m'envoyait parfois des sarcasmes à travers ses belles paroles, je les prenais personnellement et comme des compliments sur ma personne. En fait, ils m'apprenaient de nouvelles choses sur moi-même dont j'avais rarement le temps de découvrir. Cette jeune femme, cette starlette que j'avais frappé à deux reprises avait réussi, en quelque sorte, à m'apaiser. Je bus une autre gorgée de mon café et reposa sur la table ma tasse, entièrement vide.

    _Et puis, ne pas avoir un sujet de conversation peut s'avérer extrêmement ennuyeux, d'autant plus que je doute que vous acceptiez que votre vie servent de background à une analyse, n'est ce pas ? Hé bien moi, ça ne me dérange pas, parce que je me suis assurée que personne ne puisse trouver la vérité sur ma vie et que tout ce que je raconte à ce sujet passe pour vrai... Mais je reviens à ces questions : ce métier est à la fois une vocation et, dans un certain sens, un devoir. Et le nom, c'est une question qui vous est adressée, histoire que vous arriviez à une conclusion qui vous sois propre.

    Je lui souris alors très gentiment, non pas que je voulais lui faire penser que j'étais la mieux placée pour ce sujet et que j'allais lui rabattre son clapet de suite, bien au contraire. Je n'en savais rien, de ce sujet là, il m'était totalement inconnu et j'étais bien loin de ce rang social dont elle était attribuée. Tout ce que je connaissais de ce monde, je le voyais chaque jour, sans pour autant l'approcher, je m'en faisais une idée à partir des ragots et de mes propres propos, de mes avis et de ce que j'en percevais. A vrai dire, je n'avais pas une grande estime pour ce monde d'étoiles. Ma nervosité, bien qu'apaiser par la voix de la starlette, n'ayant pas disparue, mes doigts ne posèrent sur le rebord de la table et commencèrent à jouer un petit morceau que j'écoutais souvent étant petite.

    - Si vous avez gardé votre véritable nom pour votre job... je pense que c'est pour votre sécurité. En gardant votre nom, vous duper tout ceux qui se prendront de folles recherches sur leur idole. Les célébrités ont bien souvent deux noms, un de scène, un qui est leur identité, la leur, la vraie. Vos fans les plus délurés cherchent dans votre faux pseudo une seconde identité alors que la vérité est sous leurs yeux. En même temps, par ce moyen vous protéger toute votre famille et tous vos proches d'une quelconque sorte d'agression... Peut-être faites-vous ça aussi pour partager avec vos fans, leur offrir tout ce qui est Anju Fujiyama. Pas seulement une chanteuse belle et douée qui récite des chansons populaires, mais une personne tout entière qui présente sa musique, avec une identité qui lui est propre et quelle souhaite garder. Est-ce aussi pour éviter de vous perdre, que le fait de vous séparer en deux personnes étrangères, une Anju Fujiyama véritable et une Anju Fujiyama bête de scène, puisse vous atteindre psychologiquement et que tout soit impossible à gérer. J'ai déjà eu des patients ainsi, se séparant en pensant pouvoir contrôler, sombrent dans la schizophrénie...

    -Mais ce n'est pas votre cas ! Ajoutais-je avec un léger sourire un peu triste.

    Maintenant, j'avais un peu peur. J'avais peur qu'elle me dise que finalement j'étais bien naïve de penser ainsi et que je mettais plantée sur toute la ligne en pensant comme cela. . Remarque, si elle me le disait, ça serait une part de mon caractère mis au grand jour. Je serais naïve, et imbécile. J'implantais mon mono-regard sur les cheveux de la jeune femme, sur son casque de musique, sur son visage peint d'intelligence. Cette jeune femme, elle avait beaucoup pour réussir et ne s'arrêterait pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Mer 4 Mai - 23:14

"Si vous avez gardé votre véritable nom pour votre job... je pense que c'est pour votre sécurité. En gardant votre nom, vous dupez tous ceux qui se prendront de folles recherches sur leur idole. Les célébrités ont bien souvent deux noms, un de scène, un qui est leur identité, la leur, la vraie. Vos fans les plus délurés cherchent dans votre faux pseudo une seconde identité alors que la vérité est sous leurs yeux. En même temps, par ce moyen vous protégez toute votre famille et tous vos proches d'une quelconque sorte d'agression... Peut-être faites-vous ça aussi pour partager avec vos fans, leur offrir tout ce qui est Anju Fujiyama. Pas seulement une chanteuse belle et douée qui récite des chansons populaires, mais une personne tout entière qui présente sa musique, avec une identité qui lui est propre et qu'elle souhaite garder. Est-ce aussi pour éviter de vous perdre, que le fait de vous séparer en deux personnes étrangères, une Anju Fujiyama véritable et une Anju Fujiyama bête de scène, puisse vous atteindre psychologiquement et que tout soit impossible à gérer. J'ai déjà eu des patients ainsi, se séparant en pensant pouvoir contrôler, sombrent dans la schizophrénie... Mais ce n'est pas votre cas !"

Anju resta immobile un moment, à écouter son interlocutrice tout en entortillant le fil de son casque autour de son index. Elle percevait dans les paroles de Sayu un mélange de choses qu'elle ressentait véritablement au fond d'elle et de ce qu'elle devrait ressentir. Mais pourquoi ne les ressentait-elle pas ? Y-avait-il eu un "blocage" quelque part ? Non, un "traumatisme" serait plus juste. Et comme toutes les autres personnes ayant subit un évènement fort dans leur vie, il y avait eu un changement radical. Mais ça, ce n'était "normalement" pas sensé se produire, si ?

- Quoi qu'il en soit, vous vous trompez sur un point : je ne fais certainement pas ça pour ma famille. A vrai dire, c'est aussi en partie pour m'affranchir d'eux que je suis montée aussitôt que je l'ai pus à Tokyo. Je voulais, d'une certaine manière, entamer les liens que j'entretenais avec eux et pouvoir me dire que je n'aurais plus l'obligation de les revoir. J'avais initialement prévu de changer de nom pour commencer ma carrière, mais je n'ai pas pu, pour des raisons personnelles.

Elle s'arrêta un moment, choisissant ses mots avec soin afin de faire comprendre ce qu'elle ressentait.

- J'ignore si vous aimez votre famille, si vous adorez vos parents et votre entourage ou si vous les détestez pour une raison ou pour une autre, cela ne me concerne pas. Mais sachez que la mienne ne représente pas grand chose à mes yeux. Les liens affectifs sont plus importants que ceux du sang à mes yeux... Si je n'ai pas sombré dans la schizophrénie, c'est simplement parce que je suis totalement consciente que l'une de mes personnalités est fausse.

"Parce qu'ils ont tué Anju."

- Si vous êtes d'accord, j'aimerais vous entendre parler de vous, reprit la jeune femme, j'estime que j'ai assez parlé et que tout ce qui est intéressant à mon sujet a été dit. N'importe quoi ira : que ce soit ce que vous aimez, votre métier, ce que vous détestez ou simplement quelque chose qui vous a marquée. Après tout, ce qui compte c'est de pouvoir s'exprimer librement.

-----------------------------------------
Sayuuuuu !!! *hug*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Jeu 5 Mai - 22:59

La starlette semblait réfléchir à ce que je venais de dire. Ah, cela n'avait pas été aussi imbécile que cela ? Pourquoi n'affichait-elle pas son petit sourire moqueur qu'elle m'avait adressé pendant toute notre entrevue ? Elle s'était brusquement mis à réfléchir, enroulant presque mécaniquement le fil de son casque le long de son doigt. Un signe léger de stress, qui montrait que la starlette n'était pas totalement tranquille. Je ne connaissais que trop bien les signes de stress pour en être la proie de tout les jours. Je passais une main doucement dans mes cheveux, tout en regardant mon interlocutrice qui allait d'ici quelques secondes ouvrir sa bouche pour me reprendre, certainement, sur quelques paroles. Cela se voyait à son visage, à ses yeux qui se fronçaient très légèrement, s'apprêtant à prendre la parole, la bouche à frémir pour préparer son prochain mot.

« Quoi qu'il en soit, vous vous trompez sur un point... »

Je souris gentiment, et écoutait la réponse plus complète et plus juste. Je mettais plantée sur tout le plan familial et apparemment, la starlette avait quelque difficultés avec sa famille. En fait non, elle en avait certainement eu et comme elle disait, elle avait coupé le plus rapidement possible les liens. Je comprenais très bien ce qu'elle avait voulu me dire, aussi lorsqu'elle ajouta quelques détails, je me dis alors que j'en avais pas besoin. Moi même, ayant subit durant toutes mes jeunes années de longs et récurrents lavages de cerveau, où je n'avais eu aucuns opinions sur moi-même, je me mettais que maintenant à penser par moi-même de mon plein gré, à, comme dirait la starlette, couper les liens.

- Si vous êtes d'accord, j'aimerais vous entendre parler de vous, reprit la jeune femme, j'estime que j'ai assez parlé et que tout ce qui est intéressant à mon sujet a été dit. N'importe quoi ira : que ce soit ce que vous aimez, votre métier, ce que vous détestez ou simplement quelque chose qui vous a marquée. Après tout, ce qui compte c'est de pouvoir s'exprimer librement.
J'eus un petit rire, et m'avançais tout sourire pour m'appuyer contre la table avec mes coudes. A vrai dire, j'avais eu une enfance beaucoup trop tranquille qui avait beaucoup trop empiété mon âge adulte à peine à son commencement. C'était mon seul problème.


- Pour ma part, j'ai eu des parents très aimants envers moi, mais aussi beaucoup trop possessifs. S'en a été tel qu'à peine sortie du lycée, je pensais les mêmes opinions idéologiques que mes parents. J'étais complètement contrôlée par eux, et je le suis encore, je n'ai pas honte de l'avouer. Si je suis infirmière de nuit à l'hôpital, c'est bien à cause d'eux. Pourtant dieu seul sait à quel point je déteste ce boulot... Mais pour l'instant je ne peux pas démissionner parce que sinon je me retrouverais aussitôt à la porte de mon appartement. Je profite de mes quelques semaines de congé pour trouver des petits jobs en journée un peu partout, histoire de me faire une petite somme et pouvoir me casser de cet hôpital de malheur ! Je ne suis pas très populaire, je connais peu de monde et que suis celle qui vous regarde derrière un écran de télévision. Je suis... très nerveuse, vous l'aurez sûrement remarqué... Je ris légèrement, comme pour me moquer de moi-même et de mes coups de têtes très impulsifs qui me prenaient parfois.


    - - - - - - - - - - - - - - - -
    Hi hi~ ! Coucou... =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Dim 8 Mai - 18:07

- Pour ma part, j'ai eu des parents très aimants envers moi, mais aussi beaucoup trop possessifs. S'en a été tel qu'à peine sortie du lycée, je pensais les mêmes opinions idéologiques que mes parents. J'étais complètement contrôlée par eux, et je le suis encore, je n'ai pas honte de l'avouer. Si je suis infirmière de nuit à l'hôpital, c'est bien à cause d'eux. Pourtant dieu seul sait à quel point je déteste ce boulot... Mais pour l'instant je ne peux pas démissionner parce que sinon je me retrouverais aussitôt à la porte de mon appartement. Je profite de mes quelques semaines de congé pour trouver des petits jobs en journée un peu partout, histoire de me faire une petite somme et pouvoir me casser de cet hôpital de malheur ! Je ne suis pas très populaire, je connais peu de monde et que suis celle qui vous regarde derrière un écran de télévision. Je suis... très nerveuse, vous l'aurez sûrement remarqué... Je ris légèrement, comme pour me moquer de moi-même et de mes coups de têtes très impulsifs qui me prenaient parfois.

Anju regarda alors son interlocutrice, intéressée par ce qu'elle venait d'entendre. Ainsi donc, ses parents étaient du genre possessifs à l'extrême ? Hé bah, la vie ne devait pas être facile tous les jours... Elle en avait déjà rencontré d'autre, des personnes sous l'emprise parentale, sois trop chouchoutés, soit "morts" étouffés par le caractère "ultra-protecteur" de leur éducation. On avait souvent l'impression que quelque chose sonnait faux chez ces personnes, comme si la façon dont ils agissaient n'était pas celle qu'ils auraient voulu. Il y avait quelque chose de fade, qui n'était pas authentique chez eux. En général, ils s'en apercevaient assez rapidement, mais il était déjà trop tard pour réagir.
Cependant, elle devait bien concéder qu'elle n'aurait pas imaginé que Sayu puisse être ce genre de personne si cette dernière ne lui avait pas dit. C'était sans doute parce que sa personnalité était, disons, très forte.

- Et si vous arriviez à quitter cet hôpital, que feriez-vous ? demanda la jeune femme, ce n'est pas facile de trouver un emploi qui paye bien sans demander de diplômes ou de qualifications spéciales. Bon, c'est vrai que ça dépend aussi de quel genre de boulot on parle... Mais disons que c'est le cas dans la majorité. Ou alors, vous comptez vivre de petits boulots ? Mais bon, ça dépend de tout un tas de facteurs là aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Mar 10 Mai - 19:34

- Et si vous arriviez à quitter cet hôpital, que feriez-vous ? demanda la jeune femme, ce n'est pas facile de trouver un emploi qui paye bien sans demander de diplômes ou de qualifications spéciales. Bon, c'est vrai que ça dépend aussi de quel genre de boulot on parle... Mais disons que c'est le cas dans la majorité. Ou alors, vous comptez vivre de petits boulots ? Mais bon, ça dépend de tout un tas de facteurs là aussi...

- Je sais bien... c'est pour ça que je compte trouver plusieurs petits boulots. J'ai un bon tempérament, un bon niveau en danse... Et là je me dis que j'ai été trop stupide de suivre les yeux et la bouche fermés les dires de mes parents.

Oui... je savais bien. Avec les peluches, la danse faisait partie de mon élément. Mais je n'avais pas su m'imposer au bon moment. Et là, maintenant, je travaillais dur pour réchapper à tout ce que je ne souhaitais pas. Je mis un bout de temps à me rendre compte que mes mains s'étaient mises à trembler, pour exprimer tout ce qu'il y avait en moi. Lorsque j'étais encore au collège et au lycée, je suivais des cours de danse avec un professeur qui assurait des cours du soir pour son école. J'avais passé une petite vingtaine d'années de ma vie à me préoccuper de la danse, sauf lorsque je dû intégré l'hôpital et que les temps de libres se firent de plus en plus rares. Tout ce que j'avais voulu, c'était bien loin maintenant. C'était pour ce sentiment d'avoir perdu ce qui me tenait, très certainement, le plus dans ce monde de dingue. Je relevais la tête en souriant, le regard dur. Je ne me laisserais pas abattre par des parents trop possessifs.

- Mais bon, je suis seule dans mon appartement, donc à part moi, je n'ai pas d'autre personne à faire vivre. Encore deux à quatre mois à vivre ainsi et ça y est, je pourrais poster ma démission à mon chef de service que j'ai écrite depuis un an déjà. Vous savez quoi ? Boire un petit café avec vous, ça m'a fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Mer 11 Mai - 21:05

- Mais bon, je suis seule dans mon appartement, donc à part moi, je n'ai pas d'autre personne à faire vivre. Encore deux à quatre mois à vivre ainsi et ça y est, je pourrais poster ma démission à mon chef de service que j'ai écrite depuis un an déjà. Vous savez quoi ? Boire un petit café avec vous, ça m'a fait du bien.

Anju sourit, prenant la déclaration comme un compliment. Au final, même si la jeune femme avait été totalement formatée par ses parents, elle avait conservé la volonté de changer. Et c'était bien le principal. Ne disait-on pas d'ailleurs que "à coeur vaillant, rien d'impossible" ? Bon, elle devait bien l'avouer, elle détestait cette phrase. La "vaillance" ne réglait pas tout dans la vie. Il y avait des problèmes qui, même en étant la personne la plus vaillante, ne pouvait pas être résolus. Mais la volonté changeait tout. La jeune femme sourit alors et répondit avant de se lever :

- Tout le plaisir est pour moi. J'espère que vous arriverez à faire ce que vous souhaitez, vous le méritez.

Elle se redressa alors et passa machinalement la main dans ses cheveux. L'endroit était calme, seules quelques personnes étaient présentes et discutaient avec leurs voisins. Le barman regardait d'un oeil vitreux la porte, comme s'il espérait pouvoir y voir au travers. La lumière du jour se diffusait dans la pièce par la vitrine, qui révélait encore une foule de monde dans les rues en cette fin d'après-midi. Anju reporta alors son attention sur Sayu et ajouta :

- Si jamais vous voulez qu'on parle une autre fois, je peux vous passer mon adresse ou mon numéro de téléphone. J'habite à Ikebukuro et mon portable est pratiquement constamment allumé. C'est comme vous voulez. À moins, dit-elle en riant, que vous me détestiez au point de souhaiter que je disparaisse complètement de la surface de la Terre.

-------------------------------
La réponse la plus à c**er que j'ai jamais écrite T_T
sorry, Sayu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 51
Age : 34
Emploi : Danseuse dans un cabaret.
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Mar 14 Juin - 22:32

- Tout le plaisir est pour moi. J'espère que vous arriverez à faire ce que vous souhaitez, vous le méritez.

- Ou alors je pourrais faire lanceuse de poids professionnelle athlétique. J'ai plutôt de bonnes bases vous ne trouvez pas ?

Je disais ça en repensant au malheureux sac à main qui alla, peu de temps avant, s'écraser violemment sur la joue de mon actuelle interlocutrice. Après tout, j'aurais pu y voir un signe purement professionnel. Anju se leva avec une lenteur très féminine, passa sa main dans ses cheveux. Instinctivement, ça me tira un sourire. Les manies des gens, voilà quelque chose qui m'obsédait depuis toujours et que j'aimais observer en silence. Je levais les yeux vers la jeune femme et lui sourit avec gentillesse. Je me levais moi aussi et commençais à m'organiser doucement. Je remettais d'un geste froid mes cheveux en bataille, recardait avec précaution la petite plaque en cuir qui cachait mon oeil blessé aux yeux de tous. Alors que je rangeais et remettais tout en place précautionneusement pour pouvoir quitter le café sans être encombrée, la starlette se remit à me parler doucement, posée.

- Si jamais vous voulez qu'on se parle une autre fois, je peux vous passer mon adresse ou mon numéro de téléphone. J'habite à Ikebukuro et mon portable est pratiquement constamment allumé. C'est comme vous voulez. A moins, que vous me détestiez au point de souhaiter que je disparaisse complètement de la surface de la Terre.

Un léger rire m'échappa tandis que je remettais lentement mon sac en cuir en équilibre sur mon épaule. Le sac était lourd... c'était un coup de chance qu'elle n'est pas gardé de marques après un tel choc ! Enfin prête, manteau fermé, sac accroché et lapin dans les bras, je m'avançais à pas lents vers la sortie pour pouvoir casé ma réponse sans que le mouvement soit interrompu. Je m'étonnais à penser que finalement, un oeil manquant se n'était pas si gênant et il n'était désagréable que lorsque l'on se rendait compte brutalement de son absence. Je fis un léger signe de main au serveur et au barman accompagné d'un sourire et posa ma main blanche sur la porte.

- Et bien écoutez, je veux bien votre numéro de téléphone. Et si vous avez un petit problème de star, appelez moi. J'agresse fréquemment des gens, mais je les écoute plus que je ne les frappe. Encore heureux. Sinon vous pouvez me trouver aussi à l'hôpital, mais j'espère pas vous retrouver là-bas.


on enchaîne les mauvaises réponses =° Désolée pour le retard Anju =0]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪~All | the | right | Moves~♪
♪~All | the | right | Moves~♪


avatar

Messages : 337
Age : 30
Emploi : Chanteuse, musicienne
Localisation : Dans les rues d'Ikebukuro... avec toujours de la musique dans les oreilles



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   Sam 27 Aoû - 18:36

- Et bien écoutez, je veux bien votre numéro de téléphone. Et si vous avez un petit problème de star, appelez moi. J'agresse fréquemment des gens, mais je les écoute plus que je ne les frappe. Sinon vous pouvez me trouver aussi à l'hôpital, mais j'espère pas vous retrouver là-bas.

-Moi non plus, répondit alors Anju en riant, les hôpitaux, ce n'est pas trop mon truc en principe. Alors...

La jeune femme haussa les épaules, ne sachant que répondre. Elle n'avait de chance d'aller à l'hôpital qu'à condition qu'elle n'entre en collision avec un distributeur volant ou bien qu'elle ne fasse la rencontre d'une autre lanceuse de poids professionnelle. Mais bon, même si ces derniers étaient loin d'être légions, on ne pouvait pas nier leur existence. Et c'était une raison suffisante pour rester sur ses gardes...

Elle fouilla alors un instant son sac avant d'en sortir une feuille de papier vierge qui provenait d'un des nombreux calepins qu'elle possédait. Oui, nombreux, car elle possédait des cartons entiers ! Des colorés, des vierges des terminés, des nouveaux, des vieux... ! Si vous cherchiez à vous en procurer un, n'allez pas à la papeterie du coin, mais allez chez Anju, elle serait même prête à vous les donner gratuitement, contrairement à la papeterie du coin ! Munie d'un stylo qui venait lui-aussi de sortir de son sac, elle écrivit alors ses coordonnées, adresse et numéro de téléphone avant de les tendre à Sayu. Mais bon, cette future athlète professionnelle allait certainement préférer appeler, vu la complexité des adresses nipponnes, qui étaient divisées en parties, sous-parties, et même sous-sous-parties ! Anju aurait sans doute mieux fait de lui donner directement la carte...

Après lui avoir communiqué son adresse, la jeune femme salua Sayu avant de sortir du café et de retrouver les rues d'Ikebukuro, grouillantes de monde, et de se mêler à la foule pour rentrer chez elle, son casque sur les oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colourful-jack.tumblr.com/










MessageSujet: Re: Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Singulière petite Rencontre [...] [PV = Anju Fujiyama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Rues d'Ikebukuro
-