AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hungry... ? [PV.Shizuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 30
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Mar 3 Aoû - 13:11

Oui ! baladons nous ! mais mangeons d’abord… ou après ? Oh… je parles trop ! j'suis vraiment désolé ! Des fois je devrais fermer ma grande gueule… ! Baka Baka Baka ! J’suis idiot ! Stupide ! Un véritable crétin ! S’acharna t-il, en tapant nerveusement des pieds et se donnant des petites gifles sur le crâne.

Se rendant compte qu'il était ridicule, il se contenta d'offrir à nouveau l'un de ses plus beaux sourires. Il était persuadé que ce sourire suffira à le rendre adorable. Il lui fit également un petit clin d'oeil, avant de saisir de sa poche briquet et cigarettes. Deux. Il en tendit une à Shizuo, poussant un léger son interrogatif, puis coinça la sienne entre ses dents, qu'il alluma et en inspira une première bouffée. Il recracha un nuage de fumée, avant d'observer Simon, au loin, qui semblait être sorti du restaurant, et qui racolait les touristes pour qu'ils viennent manger du sushi russe. Il se tourna à nouveau vers le jeune blond.

- Alors ? On fait quoi ?

Les yeux fixés au ciel, Shizuo répondit.

- Je n'ai pas eu le temps de manger non plus à cause des derniers clients, donc je mange d'abord. Je veux bien que tu m'aies des sushis si tu peux. Après tu fais ce que tu veux.

Kazuo s’effaça légèrement, pensant que son attitude euphorique de tout à l’heure semblait frôler le ridicule. Un silence s’installa, avant que le blond ne réponde au brun, jetant au sol sa cigarette qu’il écrasa sur le bitume.

- On pourrait aller se balader après si tu y tiens.

Sa voix semblait celle d’un adulte voulant faire plaisir à un enfant. Et ça, Kazuo n’appréciait pas vraiment. Il pensait que pour Shizuo, il n’était qu’un gosse. Les excès de folies de Kazuo semblait exaspérer Shizuo. Mais il n’avait pas toujours été comme ça. En vérité, il est devenu comme ça depuis qu’il l’a rencontré. L’amour rend parfois stupide… et quelques fois enfantin. Son caractère enfantin est en réalité de la nervosité. Les deux jeunes gens commencèrent alors à marcher en direction du sushi russe.

- Mais si tu restes avec moi, essaye de parler un peu moins.

- C’est compris. Lâcha Kazuo, froidement.

Ils se dirigèrent alors devant les portes du Sushi Russe, tout de suite abordés par le grand black tout vêtu de bleu et de blanc.

- Kazuo, tu viens te restaurer après ta dernière commande ? Shizuo est avec toi ?

- Oui ! Reste-t-il un coin tranquille ?

- C’est tout au fond, il reste une place pour deux personnes ! Répondit Simon, faisant de grands gestes amicales et chaleureux.

- Au fait, tu pourras déduire la facture sur ma paye du mois ? Mais pas un mot à Shizuo ! Murmura Kazuo à son ami racoleur.

- Okay chef !

Les deux « clients » entrèrent alors à l’intérieur du restaurant, se dirigeant au fond, à la table où il n’y avait personne. Ils s’y posèrent tout deux et Kazuo. Ne disant pas mot, Kazuo saisit la carte et l’observa longuement.

- Tu peux prendre tout ce qui te plait. Ne fais pas attention aux prix.

Sa paye allait en pâtir, mais il s’en fichait complètement. Kazuo était prêt à sacrifier son argent pour faire plaisir à son hôte aux cheveux blonds. Il avait pourtant été déshérité et faisais depuis, très attention à ses finances. Mais pour Shizuo, il était prêt à quitter sa « Suite luxueuse » pour devenir sans abri.


Dernière édition par Kazuo Koizumi le Mar 5 Juil - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Dim 12 Sep - 23:10

- C’est compris.

Kazuo avait l'air vexé par l'attitude de Shizuo. Il semblait s'être refermé en un instant et avoir perdu tout son enthousiasme. Shizuo regarda Kazuo d'un air interrogateur pendant quelques instants puis il fit un mouvement d'épaule signifiant qu'il ne fallait pas que celui ci se sente obligé de passer d'un extrême à l'autre. Shizuo appréciait le jeune homme mais ne savait comment gérer ses sautes d'humeurs. Il avait l'impression de lui faire perdre son enthousiasme à chacune de ses interventions et se sentait donc un peu coupable mais il ne pouvait aller contre sa nature. Il gérait mal l'euphorie des autres, il s'entourait de personnes calmes en général. Celty qui ne 'parlait' que peu, Simon également toujours posé, Kasuka son frère adoré peu loquace. Enfin il y avait bien des exceptions, Shinra par exemple et rappelons le, Shizuo appréciait Kazuo. Mais il n'était pas du genre à le réconforter lorsqu'il perdait son enthousiasme.

Les deux jeunes gens furent abordés de suite par Simon lorsqu'ils arriverent à moins de 20m du restaurant.

- Kazuo, tu viens te restaurer après ta dernière commande ? Shizuo est avec toi ?


- Yo Simon !
s'écria le blondinet en signe de réponse. Shizuo, positionné à coté de Kazuo avait les mains dans les poches et détaillait l'enseigne du restaurant. 'Russia Sushi'. Ah quel délicieux paradoxe. En y pensant bien, tout autour de Simon n'était que paradoxe. Un personnage d'origine africaine né en Russie, un ancien représentant des troupes spéciales qui essayait de maintenir l'ordre dans le quartier, un homme au coeur d'or dans un corps de bête... Shizuo esquissa un sourire en y songeant, peut être était ce ce qui les raprochait... Son propre paradoxe étant d'être la personne la plus violente de tout Tokyo tout en détestant cette même violence.

Le grand blond reporta son attention sur la conversation. Kazuo reprit la parole :

- Oui ! Reste-t-il un coin tranquille ?

- C’est tout au fond, il reste une place pour deux personnes !


Parfait, songea Shizuo. Il s'apprêtait à entrer dans le restaurant et ne fit donc pas attention aux mots discrètement passés à l'oreille de Simon par Kazuo. Les deux hommes allèrent tout au bout du restaurant sans souci et s'assirent en silence. Shizuo adorait cet endroit et paradoxalement il sentait Izaya ici. Il avait toujours plus ou moins de réticences à venir car s'il croisait la fouine il gâchait son repas à chaque fois. Il repensa à cet instant au fameux repas avec son frère interrompu par cet ordure. Sentant la colère monter en lui, Shizuo reporta son attention sur la carte, pas qu'il ne savait pas quoi choisir mais autant penser à autre chose. Après un instant de réflexion il entendit la voix de Kazuo :

- Tu peux prendre tout ce qui te plait. Ne fais pas attention aux prix.

Shizuo regarda le jeune homme brun dans les yeux. N'avait il pas entendu de quelqu'un qu'il avait des problèmes d'argents du à des problèmes familiaux ? Il ne savait plus qui le lui avait dit, peut être Shinra, peut être pas finalement. Shizuo écoutait toujours les ragots d'une oreille distraite mais là ceux ci lui revenait en tête... Était ce vrai ? Dans ce cas pourquoi se mettait il en danger dans ce cas là ? Le blondinet réfléchit rapidement : il était vrai que le jeune garçon en face de lui enchainait les jobs pour une raison inexpliquée. Ce n'était pas une raison pour faire des conclusions hâtives mais Shizuo se permis de demander :

- Tu veux dire que tu veux payer pour moi ? Tu es sur ? Tes boulots payent bien ?


Le blondinet remit ses lunettes en place jetant un regard sur Kazuo. Il reregarda le menu rapidement. 1550 Yens pour ce qu'il voulait, ce n'était pas excessif mais il n'y avait aucune raison pour lui de se faire inviter. Surtout si Kazuo avait des problèmes d'argent. De plus le jeune Heiwajima, lui, n'avait pas réellement de problèmes d'argent. Pas de voiture ou quoi que ce soit de cher à payer. Le shopping n'était certainement pas son truc de plus que son frère lui avait fournit des vêtements pour les 20 années à venir ! Bon à part les clopes il n'y avait aucune raison de laisser Kazuo payer, surtout si les ragots s'avéraient vrais. Shizuo releva la tête puis dit calmement :


- A la limite je peux même carrément t'inviter, je ne sors jamais et je ne sais pas quoi faire de mon argent à part le dépenser en cigarettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 30
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Sam 2 Oct - 22:33

- Tu peux prendre tout ce qui te plait. Ne fais pas attention aux prix.

Sa paye allait en pâtir, mais il s’en fichait complètement. Kazuo était prêt à sacrifier son argent pour faire plaisir à son hôte aux cheveux blonds. Il avait pourtant été déshérité et faisais depuis, très attention à ses finances. Mais pour Shizuo, il était prêt à quitter sa « Suite luxueuse » pour devenir sans abri.


- Tu veux dire que tu veux payer pour moi ? Tu es sur ? Tes boulots payent bien ?


Quel idiot ce Shizuo… se disait Kazuo… Il n’avait toujours pas compris ? Ca l’exaspérait. Il fit mine de ne rien entendre et soupira en observant la carte. Il regarda instinctivement le beau blond replacer ses lunettes sur le bout de son nez, tout en restant fixé sur les cendres de cigarettes qui étaient tombées sur son épaule droite. Il brûlait d’envie de lui frôler l’épaule pour nettoyer son blazer noir de serveur et en tremblait même des mains, qui étaient posées sur la table. À tel point que bientôt, il les plaça sous la table, pour ne pas que Shizuo observe sa réaction.


- A la limite je peux même carrément t'inviter, je ne sors jamais et je ne sais pas quoi faire de mon argent à part le dépenser en cigarettes...


Avant même la fin de la phrase de Shizuo, Kazuo venait de plaquer bruyamment ses mains sur la table, alertant sans le vouloir toute la foule qui les entouraient. Attendant que ces curieux se mêlent enfin de leur oignons, Kazuo s’excusa en lançant un petit regard à Shizuo comme pour implorer son pardon, puis baissa les yeux; laissant un petit blanc de quelques minutes...

- Je t’aime… idiot… Murmura t-il, d’un air pensif. Peut t’être assez bruyamment pour alerter Shizuo. Il reprit de plus belles. Tu ne comprends pas… Pourquoi suis-je toujours au petit soin pour toi, crois-tu ? Par pur charité chrétienne ? Lorsque le serveur, un autre russe qui travaillait pour Simon montra enfin le bout de son nez, Kazuo lança froidement sa commande avant de jeter un regard en direction de Shizuo pour qu'il commande à son tour. Je prendrais 5 Maki au thon, 3 au saumon, 4 à l'anguille... Une fois que le serveur avait bien pris leur commande, Kazuo fut de nouveau ailleurs. Rêvasseur. Il se rongeait les ongles par stress et évitait tout regard croisé avec celui de Shizuo.

Lorsqu'il croisait son regard, il sursautait nerveusement et baissait les yeux. Mais sans s'en rendre compte, perdu entre l'amour, la mélancolie et le plaisir d'être face à la personne qu'il aimait, il ne fit pas attention à ce qu'il fit. Ses mains tremblantes frôlèrent celles de Shizuo, et le jeune brun sursauta et fit par la même occasion tomber la sauce soja de la table. Nerveusement Kazuo attrapa le flacon de justesse et le posa brusquement sur la table. Se faisant encore remarquer par la foule.

- Pfff, quel idiot. J'ai deux mains gauches. Tu dois vraiment avoir honte de manger en ma compagnie maintenant. Tout comme tu as probablement honte de moi tout court. Je sais ce que tu ressens en ma compagnie... Je lis en toi comme dans un livre. Tu me considère comme un enfant. Qui ne peut pas subvenir à ses besoins... à tel point que tu m'empêche de te payer un repas, par peur que je me retrouve à la rue. Je ne suis pas un enfant Shizuo... Je t'aime...

Les simples derniers mots de Kazuo mit ce dernier dans tous ses états. Ne se rendant pas compte de ce qu'il venait de déblatérer, Kazuo n'osait plus regarder Shizuo. Positionnant ses mains devant son visage, il était maintenant prêt à pleurer... Non... il pleurait. Et il ne voulait pas que Shizuo le voit dans cet état là. Mais bientôt, ses pleurs devinrent bruyants... Les larmes tombèrent sur le tissus de la nappe de la table, s'infiltrant dans les fibres blanches devenant grises par l'humidité de ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Mar 5 Juil - 13:47

- A la limite je peux même carrément t'inviter, je ne sors jamais et je ne sais pas quoi faire de mon argent à part le dépenser en cigarettes...


Shizuo n'avait même pas terminé sa phrase que Kazuo parut comme saisi d'un grand trouble, se leva et claque ses mains contre la table. Surpris un instant, le blondinet leva les yeux sur son ami.Que lui arrivait-il ? D'accord il reconnaissait ne pas être un modèle de délicatesse mais là franchement qu'est-ce qu'il avait bien pu dire ? Le grand blond releva un sourcil comme pour demander à son ami ce qui lui arrivait. Allait-il se rasseoir ? Tout le monde les regardait à présent, et Shizuo ignorait pourquoi ce qui était vraiment gênant. Alors que Shizuo s'apprêtait à prendre la parole pour savoir ce qu'il se passait, Kazuo parut se reprendre et lança un petit regard désolé à Shizuo. Il se rassit presque immédiatement après.
Le blondinet passa la main dans ses cheveux, confus. Il n'avait jamais eu beaucoup d'empathie et ne comprenait souvent pas bien les choses autrement qu'avec instinct. Ce qui marchait plus ou moins bien, mais alors là c'était un vrai mystère.

Le grand blond appréciait vraiment Kazuo mais là il était un peu gêné par son attitude. Il avait l'habitude d'être regardé, pas qu'un peu. Déjà quand on se fringue en barman tous les jours même à Ikebukuro, ça se remarque. Mais alors quand on se met à soulever les distributeurs, les toboggans, les poteaux... c'est fichu. Cependant en général, Shizuo n'était conscient du fait qu'il était observé, seulement au dernier moment. Ici il en était pleinement conscient.

Il n'entendit pas ce que murmura Kazuo en se rasseyant et il était de plus en plus confus. Peut-être valait-il mieux qu'ils sortent du restaurant pour le moment et que Kazuo se calme. Shizuo ne savait pas très bien écouter les gens mais il lui semblait que Kazuo en avait gros sur le cœur. Le pauvre réussit tout de même à donner sa commande à Simon mais il semblait complètement à côté de la plaque.
Loin d'être indiffèrent, Shizuo n'était pas non plus à harceler Kazuo pour savoir ce qu'il se passait ; il attendait que ce dernier se calme. Cela semblait mal parti, il n'arrêtait pas de trembler. La situation commençait à irriter la grand blond, il ne comprenait strictement rien au cirque de Kazuo.Il s’apprêtait à intervenir lorsque Kazuo, frôlant ses mains, fut pris d'une nouvelle crise.

- Pfff, quel idiot. J'ai deux mains gauches. Tu dois vraiment avoir honte de manger en ma compagnie maintenant. Tout comme tu as probablement honte de moi tout court. Je sais ce que tu ressens en ma compagnie... Je lis en toi comme dans un livre. Tu me considère comme un enfant. Qui ne peut pas subvenir à ses besoins... à tel point que tu m'empêche de te payer un repas, par peur que je me retrouve à la rue. Je ne suis pas un enfant Shizuo... Je t'aime...

Shizuo resta interloqué un moment. Merde.
Il ne s'attendait pas à ça, tout sauf ça. Un problème quelconque, Kazuo avait des dettes, il avait perdu un ami, il avait été viré, mais ça ?! Il n'avait rien vu venir. Le peu d'expérience qu'il avait à ce niveau ne lui avait pas permis de voir plus loin que le bout de son nez effectivement.
Cependant Kazuo non plus n'avait rien compris. Shizuo ne parlait pas de ses sentiments, il ne cherchait pas à classer les gens dans sa tête, ou alors c'était assez simple, j'ai envie de frapper/ j'ai pas envie de frapper. Mais il n'allait pas jusqu'à s’embarrasser de sentiments comme la honte. La colère c'était pratiquement tout ce qu'il ressentait...
Shizuo regarda Kazuo droit dans les yeux.

- Est-ce qu'on pourrait sortir d'ici si tu veux en parler ?

Il ne se sentait pas à l'aise d'en parler devant tout le monde, c'était déjà assez dur comme sujet.
Malheureusement Kazuo semblait mal parti pour s'arrêter, des larmes commençait à couler le long de ces joues. Shizuo soupira. C'était peine perdue, ils ne pouvaient pas rester ici pour poursuivre cette conversation. Le blondinet remit ses lunettes en place puis se leva, il sortit la somme qu'il devait à Simon, la pose sur la table et fit signe au serveur.

- On reviendra Simon !

Shizuo eut juste le temps de voir le grand noir le saluer rapidement. Il prit Kazuo par l'épaule et le mena jusqu'à la sortie. Il était à la fois gêné, il ne comprenait pas pourquoi Kazuo était amoureux de lui. Néanmoins, aussi loin qu'il se souvienne on ne lui avait jamais confié de sentiments de cette manière et il respectait Kazuo, il ne tenait pas à le blesser. S'il devait prendre sur lui pour lui faire une réponse correcte il le ferait.

- Pleure pas.

Le grand blond serra l'épaule de Kazuo, il était aussi peu à l'aise que son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 30
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Mar 5 Juil - 21:14

- Est-ce qu'on pourrait sortir d'ici si tu veux en parler ?

Positionnant ses mains devant son visage, il était maintenant prêt à pleurer... Non... il pleurait. Et il ne voulait pas que Shizuo le voit dans cet état là. Mais bientôt, ses pleurs devinrent bruyants... Les larmes tombèrent sur le tissus de la nappe de la table, s'infiltrant dans les fibres blanches devenant grises par l'humidité de ses larmes.

- On reviendra Simon !

Kazuo se sentit entraîné par la main de Shizuo, qui le menait jusqu’à la sortie. Cette simple chaleur humaine lui remontait un peu le morale. Il essayait tant bien que mal de sécher ses larmes, et camoufler son visage. Mais lorsqu’il croisait celui de Shizuo, les larmes ruisselaient comme un fleuve.

- Pleure pas.

Facile à dire. De son bras, Kazuo sécha ses larmes, et recula de deux pas. Il ferma les yeux et soupira bruyamment.

- Diantre, Répliqua t-il. Cette expression, dite sous un air aristocratique lui rendit immédiatement le statut de gosse de riche qu’il possédait auparavant, Il n’y a que les faibles qui pleurent. J’dois être faible. Toute la tristesse amplie en lui semblait s’être atténuée en moins de temps qu’il ne le fallait. Du moins, c'est ce qu'il essayait de faire croire.Ses mains tremblantes le trahirent. Il frappa dessus et les rangea dans ses poches. C’est vrai, quoi. Ah ! j’allais être promis à une riche héritière avant de fuguer de chez moi à 16 ans. Mais bon, que je quitte la maison ne les a pas attristés tant que ça. C’est vrai, quoi. Mon père est un diplomate, il n’en a que faire de s’occuper d’un fardeau comme moi, qui ruinait son compte en banque. Ma mère à la rigueur… Mais bon. La première fois que je t’ai vu…J’avais tout juste… Dix sept-dix-huit ans si ma mémoire est bonne. Tu travaillais encore au bar. Dès que je t’avais vu, tous les soirs, je m’étais mis dans l’idée de venir te voir chaque jour. Tu ne t’en souviens peut t’être pas.

Kazuo fit dos à Shizuo et s’étira longuement. Il regarda les nuages au ciel et croisa les bras, avant de faire un demi-tour sur lui même. Il redevenait aussi loquace qu’il était d’habitude.

- Les gens ont peur de toi, n’est-t-il pas ? Il offrit à Shizuo son plus beau sourire et lui laissa le temps de répondre. S’il le voulait. Et il reprit d'un ton gentilhomme : Et bien moi, je n’ai pas peur de toi. Au contraire, je t’admire… ! Je me damnerai si tu me le demandais. Je serai prêt à m’ouvrir les veines afin d’abreuver un Graal dédié à ton nom s’il le fallait ! J’aurai voulu te rencontrer plus tôt… J’aurai préféré être une femme, pour avoir de l’intérêt à tes yeux… Mais même en étant une femme, je me demande si tu aurais fait attention à moi ! Je regrette même que ce ne soit pas toi qui m’ai fait perdre ma virginité !

Il déblatéra tout ce petit discours digne d'un mélodrame avec un ton fort aristocratique dont il n'arrivait définitivement pas à s'émanciper, malgré l'adaptation à Ikebukuro, et légèrement psychopathe sur les bords.

Kazuo allait dans l’excès, mais dans la sincérité. Il était capable de toute ces choses. S’ouvrir les veines. Vendre son âme… Il était fanatique. D’un seul coup, il s’approcha de nouveau de Shizuo, tout en allumant une nouvelle cigarette, tendant son paquet au blondinet. Puis il reprit de plus belle, d’un air bien morose.

- Parfois, j’aimerai disparaître… Chasser mes sentiments… mais c’est impossible…

D’un bon brusque, Kazuo attrapa le poignet de Shizuo, et essayait tant bien que mal de le tirer vers lui, jusqu’à une petite ruelle entre le Russian Sushi et un autre magasin. Kazuo zieuta le distributeur non loin d’eux. S’il disait une connerie, il savait que Shizuo pourrait facilement le lui balancer à la figure, mais le ferait-il ? Il connaissait Shizuo. Tant qu’il ne se baladait pas avec un imper à moumoute et un couteau à la main, et un regard de hyène, il n’avait rien à craindre. Au lieu de cela, Kazuo ferma les yeux, et fit une révérence digne d’un prince, avant de finalement s’agenouiller devant Shizuo. Comme s’il l’idolâtrait. On aurait dit qu'il était prêt à lui faire une demande en mariage :

- Shizuo-sama… accepteriez-vous… de faire de moi votre esclave ?

C’était quoi ce cirque ?


Dernière édition par Kazuo Koizumi le Lun 11 Juil - 13:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Jeu 7 Juil - 12:24

Les deux hommes étaient sortis du restaurant, Shizuo lacha l'épaule de Kazuo. Ils allaient pouvoir parler tranquillement.

- Diantre. Il n’y a que les faibles qui pleurent. J’dois être faible.


Le blondinet regarda son ami, il paraissait avoir du mal à se calmer. Était-il aussi embarrassé que Shizuo ? Ce dernier ne disait rien, comme à son habitude il préférait écouter. Il fallait également avouer que pour une fois il n'était pas très à l'aise. Soulever des frigos et autres ne lui faisait absolument pas peur mais se confronter aux sentiments des autres, c'était différent. Surtout de quelqu'un qu'il appréciait...

-C’est vrai, quoi. Ah ! j’allais être promis à une riche héritière avant de fuguer de chez moi à 16 ans. Mais bon, que je quitte la maison ne les a pas attristés tant que ça. C’est vrai, quoi. Mon père est un diplomate, il n’en a que faire de s’occuper d’un fardeau comme moi, qui ruinait son compte en banque. Ma mère à la rigueur… Mais bon. La première fois que je t’ai vu…J’avais tout juste… Dix sept-dix-huit ans si ma mémoire est bonne. Tu travaillais encore au bar. Dès que je t’avais vu, tous les soirs, je m’étais mis dans l’idée de venir te voir chaque jours. Tu ne t’en souviens peut t’être pas.


Le grand blond n'osait pas répondre, il réfléchissait intensément. Il n'avait jamais été dans ce genre de situation et il n'avait pas l'habitude de se prendre la tête. Double problème. En temps normal il détestait qu'on lui parle d'amour, il aurait envoyer voler n'importe quel autre clown qui se serait avisé de lui faire une déclaration. Et pour une fille il aurait soigneusement éviter de croiser le regard de la demoiselle et aurait pris congé en grognant. Quelque chose du genre. Ici il avait été tellement surpris... Puis on abandonne pas un ami en route.
Alors que Kazuo s'étirait, Shizuo sortit son paquet de cigarette et commença à en griller une. Il fallait qu'il dise à son ami qu'il ne ressentait pas la même chose pour lui ? Il avait tellement l'habitude de grogner. La causette c'était pas son truc en temps normal.

- Les gens ont peur de toi, n’est-t-il pas ?

Shizuo jeta un regard à Kazuo, oui les gens avaient peur de lui, il parait. Enfin il s'en foutait pas mal des gens. Rien que l'expression 'des gens' l'énervaient. Il pensait à tous ces individus potentiellement énervants... Enfin restait quand même qu'il avait raison. Son nom était sur toutes les lèvres, dès qu'il y avait du grabuge c'était pratiquement sûr qu'on pensait à lui. Il ne s'en rendait pas compte mais il lui suffisait de fixer quelqu'un, même un caïd, pour que cette personne se chie dans le froc de façon quasi littérale.

Et bien moi, je n’ai pas peur de toi. Au contraire, je t’admire… ! Je me damnerai si tu me le demandai. Je serai prêt à m’ouvrir les veines afin d’abreuver un Graal dédié à ton nom s’il le fallait ! J’aurai voulu te rencontrer plus tôt… J’aurai préféré être une femme, pour avoir de l’intérêt à tes yeux… Mais même en étant une femme, je me demande si tu aurais fait attention à moi ! Je regrette même que ce ne soit pas toi qui m’ait fait perdre ma virginité !

Le blondinet faillit s'étouffer avec sa cigarette. Il ouvrit de grands yeux. Mais qu'est-ce qu'il raconte là ? Shizuo n'était malheureusement pas du tout ce bord là et s'imaginer en train d'avoir des relations avec un autre homme ne le mettait vraiment pas à l'aise. Bon sang ça va pas pouvoir continuer comme ça. Il avait écouté très attentivement son ami, il lui semblait jusque là raisonnable. Shizuo ne pensait pas du tout à l'amour, il s'imaginait déjà mal avec une femme mais cela paraissait plus logique de souhaiter être une femme effectivement. Mais qu'est-ce que venait faire ses histoires de virginité par ici ?
Shizuo remit ses lunettes en place et passa sa main dans ses cheveux comme pour se donner un peu d'assurance. Bordel qu'il lui en fallait à ce stade-là. Sa tête commençait à bourdonner. Il écrasa sa cigarette d'une façon nonchalante et s'approchait de Kazuo.

Celui-ci lui tendit alors son propre paquet. Shizuo refusa d'un geste de la main, il s'apprêtait à prendre la parole mais Kazuo prit les devants une nouvelle fois.

- Parfois, j’aimerai disparaître… Chasser mes sentiments… mais c’est impossible….

L'homme en tenue de barman se mit de nouveau en retrait, il détourna le regard. Il ne pouvait s'empêcher de ressentir la tristesse de son ami. La situation lui faisait incroyablement bizarre, il était en même temps affolé : jamais il n'avait pensé que Kazuo était homosexuel et encore moins amoureux de lui. Mais il était aussi triste et gêné : il ne savait quoi faire dans ce genre de cas. Et il ne connaissait personne capable de lui dire. Devait-il s'en remettre à son instinct ? Celui-ci lui criait de retourner calmement dans sa chambre d'hôtel et d'aller dormir avant de repenser à la situation. Le blondinet ferma les yeux dix secondes. L'amour, putin.

Lorsqu'il les rouvrit il vit Kazuo s'agenouiller devant lui, Shizuo eut un mouvement de recul. Mais qu'est-ce qu'il foutait bon sang ? Il était en train de faire carrément peur à la terreur d'Ikebukuro ? Est-ce qu'il s'en rendait compte ? Qu'allait-il lui demander ? Pas de l'épouser quand même ?

- Shizuo-sama… accepteriez-vous… de faire de moi votre esclave ?

Ce n'était pas une demande en mariage mais cela n'empêcha pas Shizuo de déglutir bruyamment. C'EST QUOI COMME GENRE DE PROPOSITION CA ?

- Qu'est-ce qui t'arrive bordel ?

La phrase était sorti toute seule. C'était surement un peu violent mais Shizuo commençait à paniquer un peu. Il fallait qu'il soit clair. Le blondinet retira ses lunettes et se frotta les yeux, mais lorsqu'il remit ses lunettes Kazuo était toujours là, il attendait vraisemblablement une réponse. Shizuo luttait farouchement contre son envie d'aller voir ailleurs.

- Kazuo...

C'était la première fois que le jeune Heiwajima cherchait ses mots. Il se demandait ce qui lui arrivait... D'habitude il ne s'exprimait que peu mais pas parce que c'était dur, juste parce que c'était chiant. Là il ne savait pas quoi dire ! Il regardait Kazuo. Bon sang il l'aimait bien ce gosse, il était super gentil avec lui. Parfois un peu lourd mais ils s'entendaient vraiment bien en général. Shizuo n'avait pas du tout soupçonné que son ami pense à ce genre de choses en sa compagnie. Et ces histoires de virginité et d'esclave ? Le pauvre Shizuo était désorienté...
Il fallait qu'il se contrôle mais l'envie d'exploser était proche. Pas sur Kazuo mais il se sentait sous pression et près à s'énerver sur le premier venu. Ceci devait certainement durer tant qu'il n'aurait pas résolu son affaire avec Kazuo.

- Putin, je sais pas quoi te dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 30
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Lun 11 Juil - 4:19

- Shizuo-sama… accepteriez-vous… de faire de moi votre esclave ?
- Qu'est-ce qui t'arrive bordel ? (Shizuo faillit déglutir. ) La phrase avait beau paraître brusque et violente, mais la panique se faisait sentir de la part du jeune blond. Il retira même ses lunettes et se frotta les yeux, pensant à un rêve, mais Kazuo était toujours planté là.
- Kazuo... répétait le blond, paniqué, cherchant ses mots.

Kazuo s’inclinait, se courbait plus qu’il ne l’était déjà. Il gémissait comme s’il pleurait le plus silencieusement possible. Il avait les yeux rouges à force de se retenir à pleurer, tandis que les mains posées à plat devant les chaussures de ville du blond habillé en barman, il le suppliait de bien vouloir faire de lui son larbin. Non, son esclave. Ses propos étaient très graves, surtout pour un jeune homme qui avait de l’avenir devant lui, mais il s’en fichait. Shizuo était sa seule raison de vivre. étouffé par ses gémissements, Kazuo répliqua :

- Fais de moi ton esclave... c’est tout ce que je te demande... ! Ça profitera à nous deux... Je t’en prie... Je veux vivre pour te servir... Sans quoi... je ne pourrai pas vivre... ! Tu n’as pas le choix ! Tu dois faire de moi ton esclave... ! Ou je... Kazuo bégayait d’une voix douce, d’un débit lent tandis que les larmes, elles coulaient à flot sur son visage avant de tomber sur le béton. Il était frustré, en état de déchéance totale. Il se réduisait à l’état d’une carpette, et exigeait que Shizuo lui marche dessus. Il n’avait plus d’emprise sur lui-même, comme s’il ne voulait plus lutter pour survivre.

- Putain, je sais pas quoi te dire. Répliqua le jeune blond.
- Bon très bien. Fit le livreur, qui se releva, et sécha ses larmes à l’aide de sa manche : Tu ne veux pas faire de moi ton esclave ? Demanda t-il, l’air niais.

Il sortit un objet métallique de cinq-six centimètres environ de sa poche droite, ferma les yeux et pivota sur lui même. Il fit trois grandes enjambées face à la ruelle, avant de se retourner face à son interlocuteur, l’objet métallique entre les mains, mains derrière le dos. Il s’en saisit finalement et pressa un mécanisme qui en ressortit une lame, pas plus grande que le manche. Il dévoila cette lame de derrière son dos, et regardait Shizuo droit dans les yeux, d'un regard sérieux. Il eut un sourire nerveux tandis que les larmes ruisselaient sur son visage. D’un bon brusque, le jeune livreur bondit sur la benne à ordures derrière lui, se tint accroupi sur le haut de celle-ci et s’agrippa l’avant bras, remontant sa manche, avant de presser la lame de son canif, sur la veine la plus apparente. Il ne pressait pas encore assez fort pour une première saignée, mais ça n’allait pas tarder. Il paniquait, tremblait de partout. Mais il était déboussolé, et prêt à le faire...Tout en pleurant à chaudes larmes, il s’adressa à Shizuo :

- Tu ne veux pas faire de moi ton esclave... alors je n’ai plus aucune raison de vivre. Dit-il, sèchement, avant de tomber en sanglots.

Il se tenait maintenant accroupit sur le haut de la benne, et s’apprêtait maintenant à se donner la mort, et comme il l’avait dit plus tôt, ‘abreuver un Graal en son nom’. S’il était face à Izaya, Kazuo serait déjà mort à l’heure qu’il est. Cette hyène aurait tout aussi bien pu jouer avec lui, avant de le convaincre à se donner la mort. Il en était sérieusement capable, et était dangereusement instable, au point de se donner la mort, ici, dans cette ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Mar 12 Juil - 16:32


- Fais de moi ton esclave... c’est tout ce que je te demande... ! Ça profitera à nous deux... Je t’en prie... Je veux vivre pour te servir... Sans quoi... je ne pourrai pas vivre... ! Tu n’as pas le choix ! Tu dois faire de moi ton esclave... ! Ou je...


S
hizuo continuait de regarder Kazuo, un peu surpris. Il avait de plus en plus de mal à se contenir mais la réaction de son ami le surprenait vraiment. Kazuo avait toujours eu un air aristocratique, un air pincé peut-être et justement, le blondinet ne s'imaginait pas le voir perdre le contrôle comme ça. Pleurer toutes les larmes de son corps et se mettre à genoux comme ça, cela ne lui ressemblait pas dans l'esprit de Shizuo. Ce dernier essayait d'ailleurs d'être le plus compréhensif possible mais cette histoire d'esclave commençait à lui faire des sérieux frissons. Il avait envie de planter Kazuo là ; il savait que ce dernier n'était qu'un gamin mais il commençait quand même à être âgé au yeux de Shizuo. Le grand blond était énervé que son ami se permette de lui faire une crise pareille. Shizuo ne comprenait peut-être pas bien les sentiments amoureux mais pour lui quand on aime une personne on évite de la foutre dans un embarras pareil non ? Puis se réduire à l'état de serpillère comme ça, décidément lui et Kazuo n'étaient pas sur la même longueur d'onde...

- Bon très bien.Tu ne veux pas faire de moi ton esclave ?

NON JE NE VEUX PAS. ARRÊTE AVEC TES CONNERIES OU DANS DEUX SECONDES JE NE RÉPONDS PLUS DE MA PERSONNE. Voici à peu près ce que pensait Shizuo. Le blond regardait fixement Kazuo, mais il bouillonait à l'intérieur.
Le brun se releva d'un air décidé. Est-ce qu'il allait se calmer ? Le blondinet voulait y croire. Il n'était vraiment pas content en cet instant. Cependant tout cela ne semblait pas rentrer en ligne de compte pour Kazuo qui continuait d'agir de façon bizarre... Le jeune garçon sortit un objet de sa poche, Shizuo eut d'un coup un mauvais pressentiment. Ce dernier se confirma lorsque l'objet se révéla être un couteau. Ceci devait sans doute être la plus grosse erreur de Kazuo, il devait pourtant savoir que Shizuo détestait désormais ces petits couteaux tant ils lui faisaient penser à Izaya. De plus, comme il répétait tant, il détestait la violence. Il avait un dégoût prononcé pour les armes... Il détestait le chantage, il détestait qu'on sorte un couteau devant lui, il détestait s'énerver comme ça. Le sang du colosse ne vit qu'un tour, une pensée pour Izaya et c'en était fini de son self-control.

- Tu ne veux pas faire de moi ton esclave... alors je n’ai plus aucune raison de vivre.

Accroupi en haut de la benne à ordures, Kazuo continuait d'aggraver son cas. Une vague de colère passa dans les yeux de Shizuo. Ce dernier était entré dans une crise de folie, il s'approcha de la benne à ordure et commença à la soulever dans un cri. Déséquilibré le jeune homme qui trônait dessus tomba comme le désirait Shizuo. Le blondinet balança la benne à ordure au bout de la ruelle, ne regardant pas s'il blessait quelqu'un. Il attrapa Kazuo par le col d'une main tandis qu'il saisissait le couteau à pleine main de l'autre. La lame qui transperçait sa paume le chatouillait à peine. Un large sourire très étrange transparaissait sur son visage.

- A quoi tu joues ? DIS MOI A QUOI TU JOUES LA ?

L'homme en tenue de barman rapprocha Kazuo de lui, leurs visages étaient maintenant à deux centimètres. Shizuo appuyait le haut de son crane contre le front de Kazuo. Il serrait les dents et grognait. Il se saisit entièrement du couteau de son ami et le balança en arrière. Il appuyait son emprise sur le jeune homme, il ne se rendait pas compte qu'avec sa force il devait certainement lui faire mal. Kazuo ne touchait désormais plus le sol.

- Tu me mets hors de moi !!, hurla Shizuo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 30
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Dim 24 Juil - 19:47

- Tu ne veux pas faire de moi ton esclave... alors je n’ai plus aucune raison de vivre. Dit-il, sèchement, avant de tomber en sanglots.

Il se tenait maintenant accroupit sur le haut de la benne, et s’apprêtait maintenant à se donner la mort, et comme il l’avait dit plus tôt, ‘abreuver un Graal en son nom’. S’il était face à Izaya, Kazuo serait déjà mort à l’heure qu’il est. Cette hyène aurait tout aussi bien pu jouer avec lui, avant de le convaincre à se donner la mort. Il en était sérieusement capable, et était dangereusement instable, au point de se donner la mort, ici, dans cette ruelle.

Puis d’un seul coup, un vent de folie envahit totalement Shizuo. Pris d’une colère folle, le blond, aussi enragé qu’un fauve empoigna et souleva la benne sur laquelle le diplomate se trouvait accroupi. Ce dernier trébucha, et manqua de se cogner le crâne contre une bouteille de verre. Sans avoir eu le temps de dire quoi que ce soit, quelque peu surpris par la folie passagère de Shizuo, Kazuo fut empoigné par le col tandis que de l’autre main, Shizuo serrait le canif de poche avec lequel Kazuo comptait s’ouvrir les veines. Shizuo était effrayant. Il approcha le visage de Kazuo du sien, et fit pression sur celui-ci, tandis qu’il balançait le couteau en arrière.

Sa respiration saccadée, ses mains palpant sa gorge sèche, et les yeux exorbités, Kazuo passa par plusieurs stades : La surprise, la douleur, la culpabilité, et d’un seul coup, il comprit par lui-même pourquoi Shizuo agissait ainsi... Il observait la lame sur le sol... cette lame qui lui rappelait Izaya. Vint alors le dégoût... la haine...puis les regrets... La culpabilité, à nouveau... Kazuo n’exerçait aucune résistance, comme s’il se résignait à la situation. Il passa par tous les stades, sauf la peur. Il n’avait jamais eu peur de Shizuo.

***

Lorsque Shizuo se décida enfin à le lâcher, Kazuo put reprendre à nouveau son souffle. Il retenait ses larmes du mieux qu’il le pouvait. Il s’adossa finalement sur l’un des murs de pierre de la ruelle et s’y laissa tomber, accroupi au sol. Il resta là. À regarder le sol, l’objet métallique au sol... Puis il se releva net. Comme résolu. Il farfouilla dans la poche arrière de son pantalon Diesel et en saisit un trousseau de clefs. Lorsqu’il trouva enfin la bonne clé, le jeune homme se précipita sur une porte métallique à sa droite, et décliqueta la porte à l’aide de sa clé, ouvrant celle-ci d’un tour de main. Il s’y précipita, laissant la porte entre ouverte. Il revint au bout de trente secondes à peine, deux bouteilles de vodka en mains. Il en tendit une à Shizuo, laissant sortir un son interrogatif de sa gorge, et ouvrit la sienne avec ses dents, jetant le bouchon négligemment par terre, avant d’engloutir le goulot de la bouteille, et de se pencher pour en boire le contenu. Il s’assit alors sur ce qu’il restait de la benne. Et se fit griller une cigarette, tout en sirotant, un peu trop rapidement sa vodka. Au bout de quinze minutes, pour rompre un silence de mort, Kazuo se décida enfin à parler :

- Heiwajima-san... gomen ne... Dit-il, d’un petit sourire forcé... Plus jamais... plus jamais je ne me baladerai avec ce genre d’objets...Plus jamais je... je ne te ferais du chantage... plus jamais...je te harcèlerai...

Il but une nouvelle gorgée de son breuvage. Ou plutôt, 10cl en une traite, avant d’aspirer une bouffée de sa cigarette. Le ciel était d’un orangé sombre... Le ciel était presque noir. Ils étaient restés si longtemps ici ? Kazuo soupira :

- Je crois que je ferai bien de rentrer... Mais je ne sais pas si je suis en état de conduire... J’ferais mieux d’appeler un taxi. Dit-il d’un ton presque froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   Jeu 25 Aoû - 15:29

La respiration de Shizuo se faisait haletante, il fixait les yeux de Kazuo avec une colère qu'il ne maitrisait plus. Presqu'une minute s'écoula ainsi. Les yeux du blondinet étaient emplis d'une vive lueur, de la colère pure et rien d'autre. Puis revenant un peu à lui, il analysa rapidement le regard de son interlocuteur. Le garçon qui lui faisait face semblait dégouté, puis désolé...

Shizuo avala sa salive bruyamment puis relâcha Kazuo, détachant alors ses yeux de lui. Il détourna le regard et s'éloigna un peu. Le blondinet avait maintenant les larmes aux yeux. Tss. Il remit ses lunettes en place et cacha son embarras ; cette affaire le travaillait vraiment, il s'en voulait d'avoir perdu le contrôle de lui-même face à un ami. Même si la situation était difficile, l'amitié aurait exigé de lui qu'il fasse des efforts, mais il n'avait pas réussi. Il ne comprenait rien à Kazuo, comment pouvait-il être si extrême aussi ? Shizuo n'osait plus rien dire, il n'osait pas non plus partir, l'atmosphère était tellement lourde. Il se sentait un peu désolé pour une fois. Il était encore terriblement énervé d'un autre côté. Kazuo semblait s'être un peu remis du choc car il trouva la force d'aller chercher à boire pour les deux amis. Il tendit une bouteille de vodka à Shizuo. Le blondinet la prit sur le coup mais n'était pas sûr d'avoir envie de vodka pure à cette heure-ci. Il fixait la bouteille, les yeux dans le vide. Il se sentait exténué, il avait envie d'être seul, de rentrer chez lui quelque part...

- Heiwajima-san... gomen ne... Plus jamais... plus jamais je ne me baladerai avec ce genre d’objets...Plus jamais je... je ne te ferais du chantage... plus jamais...je te harcèlerai...

Finalement ce fut Kazuo qui brisa le silence. Shizuo ne releva pas la tête. Il se fichait que son ami le harcèle ou sorte ce genre de conneries au final, ce qui l'avait mis hors de lui c'était encore une fois Izaya. C'était à cause de lui qu'il avait perdu le contrôle. Il était parfaitement capable de gérer un ami sans cela, n'est-ce pas ? Il se le demandait, après tout il était toujours en train de s'énerver pour tout et rien. Il soupira sans dire mot.
Le silence reprit place. La nuit allait bientôt tomber et le blondinet ne savait toujours pas quoi faire.

- Je crois que je ferai bien de rentrer... Mais je ne sais pas si je suis en état de conduire... J’ferais mieux d’appeler un taxi.

Le colosse releva enfin les yeux. Oui, c'était surement mieux de se séparer pour le moment. Il ne se sentait vraiment pas de poursuivre cette conversation, il n'arrivait même pas à être en phase avec sa personne, il pensait quelque chose et changeait d'avis. Ressentait quelque chose puis son contraire. Le blondinet se contenta d'un petit bruit comme réponse.

- Hm.


Il regarda son ami un instant et serra les dents, qu'est-ce qu'il se détestait d'avoir fait du mal à un gamin comme lui. Kazuo avait toujours été gentil avec lui, il s'écrasait limite sur son chemin et Shizuo le savait dans le fond. Et lui tout ce qu'il était capable de faire pour le remercier c'était de lui broyer le crâne. Il en avait tellement marre d'utiliser sa force comme un abruti. Mais en même temps... ça y'est les contradictions recommençaient. Le blondinet soupira de nouveau et mit ses mains dans ses poches. Il regarda son ami pour de bon, un peu plus assuré.


- Je vais y aller aussi...


Toujours les mains dans les poches, Shizuo se retourna puis commença à s'éloigner de Kazuo. Il prit le chemin du retour. S'éloignant de plus en plus on pouvait l'entendre jurer et shooter dans les détritus qu'il croisait. Sans se retourner, il souhaitait que Kazuo rentre sain et sauf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com










MessageSujet: Re: Hungry... ? [PV.Shizuo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hungry... ? [PV.Shizuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Rues d'Ikebukuro
 :: Zone de magasins et restaurants :: Restaurants et fast-food :: Bar à Sushi russe
-