Partagez | 
 

 You're mine ! [PV.Shizuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 29
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: You're mine ! [PV.Shizuo]   Jeu 29 Juil - 21:17

"You're mine !"


humeur du jour : Amoureux
lieu : Ikebukuro streets
P.V : Shizuo-sama

* « Vais-je le croiser ? Ah ! je le croise un peu tous les jours, y'a pas de raisons. Je l'ai vu hier, pourtant il me manque. Mais je dois d'abord finir cette commande avant de faire quoi que ce soit. » *

Les mains gantées sur le guidon, les cheveux dans le vent, notre livreur allait à toute vitesse. L'adresse n'était pas très loin. Mais, il n'aimait pas trop conduire cet engin blanc aux quatre coins d'Ikebukuro pour livrer des simples sushis qui plus est sont russes -cherchez l'erreur-. Il s'arrêta au coin de rue, attrapa la commande dans le boitier à l'arrière du cyclomoteur, et alla sonner à la maison juste en face. Lorsqu'une voix féminine à l'interphone demanda qui étais-ce, le jeune homme se contenta de dire que c'était le livreur. Évident. Il monta à l'étage indiqué -4-, et attendit sagement devant la porte qu'on vienne lui ouvrir. De là, il offrit la commande ainsi que son plus beau sourire et prit congé en s'inclinant devant son hôte. Chose faite, il était maintenant libre pour la journée. Il ressortit de l'appartement le coeur léger. Il remonta sur la bécane, se dirigeant maintenant de nouveau devant le restaurant, afin de garer la machine, et ainsi profiter de son après midi bien méritée. Il déposa les clefs sur le comptoir, attrapa sa veste, et quitta l'établissement sans aucun remord. Au pas de la porte, il observa ses mains et soupira. Il les amena jusqu'à son visage et en inhala l'odeur.

* « Mes mains empestent le poisson cru et la sauce sucrée, j'y crois pas ! » *

Il soupira et sortit un gel hydroalcoolique de sa poche, afin de faire passer cette odeur immonde. Il attrapa également son paquet de cigarettes, et la coinça entre ses dents. D'un bon brusque, attrapa son briquet et incendia le tabac qui surmontait le bout de ce long baton blanc. Il se dirigea ensuite instinctivement dans la ruelle du restaurant. Mais en s'aventurant, il surprit une conversation assez particulière.

"Laisses-toi faire... allez, allez, pas de ça avec moi !" Hurlait une première voix masculine.

"Elle va pas nous faire sa petite timide avec nous, allez, laisses-toi faire, allez, y'a cinq minutes beauté, tu nous allumais nan ? Pour avoir une poitrine comme la tienne, faut être une sacrée allumeuse !" Répliquait le second, d'une voix à la fois flippante et pathétiquement clichée.

Sous les cris stridents de la jeune lycéenne, le livreur de sushis lâcha instinctivement sa cigarette à terre, l'écrasa brusquement et retira ses lunettes de vue qu'il rangea soigneusement dans une pochette au fond de sa veste. Il croisa les bras, fixa les deux pervers qui s'en prenaient à une pauvre lycéenne et racla bruyamment sa gorge.

- Dites, vous n'avez pas honte ? Vous en prendre à une pauvre fille sans défense ? Elle ne veut pas que vous la touchiez, alors lâchez-là.

- Qui t'es toi, pour nous donner des ordres ? Répliqua l'un des deux, plaquant brusquement la jeune lycéenne contre l'un des murs de briques, s'approchant de plus en plus près du livreur.

- Ton pire cauchemar ! Répliqua t-il en lui flanquant un coup de genoux bien placé.

Tandis que le premier se tordait de douleur, Kazuo s'approcha du second qui avait tenté de s'échapper par l'échelle de secours et le plaqua contre l'une des bennes à ordures. La lycéenne s'effraya et se blottit dans le coin de la rue.

- Je pourrais facilement te livrer aux flics, tu sais ? Ou appeler mon supérieur, je n'ai qu'à claquer des doigts et il rapplique par cette porte de secours que vois-tu. Mon patron, tu sais, c'est ce type afro-américain russe aux gros bras ? Tu ne voudrais pas le voir en colère, n'est-ce pas ?

- Si...Simon ? S'effraya le violeur, en panique.

- Alors maintenant, déguerpi ! Du balai ! Hurla Kazuo, en le traînant hors de la ruelle par son col. Tu peux sortir. Indiqua t-il, à la jeune lycéenne, avant de piétiner le second qui était encore à terre.

Il se contenta de ricaner nerveusement, repensant encore à ce qu'il venait de faire, avant de marcher le long du trottoir, ne pensant à rien. Rien à part... Shizuo. Il leva d'ailleurs les yeux, et aperçut ce grand blond sur l'autre trottoir.

Yo ! Hurla-t-il, d'un signe de la main, attirant l'attention du grand blond.

Son coeur était noué, il souriait légèrement du coin des lèvres, posant sa main sur sa poitrine. Il avait comme des papillons dans le ventre, il était... il nageait dans le bonheur ! Et maintenant, il s'apprêtait à traverser la route, afin d'aller le rejoindre. Jusqu'à ce que ce type, ce violeur ne revienne à l'assaut, arme blanche en main, et ne se jète sur Kazuo. Pris de stupeur, Kazuo grimaça et gémit de peur lorsque ce fou furieux l'attrapa à son tour par le col, et ne lui pointe sa gorge sèche de cette lame aussi tranchante qu'un rasoir. Et ce, devant une foule en délire qui hurlait et/ou reculait de peur. Shizuo allait-il intervenir ? Kazuo trouverait cela très romantique... être sauvé par son Prince charmant à la chevelure dorée... Malgré la peur qui semblait prendre le dessus, Kazuo espérait du plus profond du coeur, être sauvé par le beau prince.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 30
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: You're mine ! [PV.Shizuo]   Dim 1 Aoû - 6:43

Il était midi passé depuis longtemps et le travail s'était encore éternisé pour Shizuo et Tom ce matin. Encore une poignée de hors la loi qui leur avait donné du fil à retordre. Shizuo soupira avant de jeter un œil à son téléphone pour avoir l'heure. Effectivement il comprenait pourquoi son ventre criait famine. Il détestait ce genre de matinée où le travail prenait fin un peu tard, il n'aimait pas ressentir que son estomac était vide. Il était persuadé que cela le rendait encore plus violent plus rapidement. Alors il préférait éviter ce genre de journées et faisait la tronche lorsqu'elles arrivaient. Il était clair que, malheureusement, avec un métier comme le leur, il était impossible d'avoir des horaires de bureau. Un grognement s'échappa d'entre les lèvres de Shizuo. Il jeta ensuite un regard en direction de Tom pour lui signifier qu'il bougeait. Son ami acquiesça laissant notre héros s'en aller pour une pause.

Le blondinet, mains dans les poches, marchait en direction du Russia Sushi. C'était le lieu rituel de sa pause déjeuner. Sauf lorsqu'il était beaucoup trop loin, autre part dans le quartier, mais en général il faisait tout pour venir ici. Il était plutôt cool ici, il papotait avec Simon,un autre russe dont il oubliait systématiquement le nom et Kazuo un des serveurs. La nourriture n'était pas toujours excellente mais de toute façon Shizuo n'était pas un fin gourmet. Normalement personne ne l'énervait ici. Le midi il était certain de ne pas croiser Izaya, cet insecte rampait dans d'autres coins. Le blondinet releva la tête pour voir qu'il arrivait à hauteur du restaurant. Il remarqua alors un peu plus loin, Kazuo. Ce dernier lui offrait un joli sourire niais et lui faisait un petit signe de la main. Shizuo lui fit également un rapide signe amical. Ils se saluèrent en même temps, un 'Yo!' uniforme retentit.
Shizuo aimait bien Kazuo, il le trouvait trop gentil et un peu insouciant mais cela ne le regardait pas après tout et il ne l'énervait pas c'était le principal. Shizuo oubliait fréquemment leurs conversations mais gardait toujours un bon sentiment envers Kazuo. Le garçon lui rendait des tonnes de service et apparemment, partageait sa haine d'Izaya, cela suffisait à ce que Shizuo ait un peu d'estime pour lui. Le jeune homme s'apprêtait à rentrer dans le restaurant avec son ami, justement, lorsqu'un homme se rua sur Kazuo. Il était armé et avait l'air dangereux.

Sur le coup, Shizuo ne réagit pas de suite, se demandant toujours ce qui se passait puis il réalisa que l'homme paraissait vouloir agresser Kazuo. Il portait une arme. Cependant il avait mal choisi son arme; il était équipé d'un poignard et les hommes équipés de poignards rappelait Izaya à Shizuo, le mettant hors de lui. Le sang de Shizuo ne fit qu'un tour, celui ci ne se demanda pas la raison de cette agression ou rien que ce soit du genre.
Le blondinet lâcha un grognement et s'approcha lentement des deux hommes. Les mains dans les poches et l'air nonchalant alors qu'il était en réalité fou de rage. La foule observait la scène, excitée. L'agresseur n'avait pas l'air très fin car il ne bougeait plus. Figé sur place comme une statue il fixait Shizuo avec un air béat. l'homme à la tenue de barman remit ses lunettes en place avant d'attraper l'agresseur de Kazuo par le col. Qui était cette crevette qui s'en prenait au jeune homme ? Devant lui en plus ? Ce gars avait il envie de mourir ? Et pourquoi ressemblait il à Izaya ?
Shizuo le souleva par le col sans lui laisser le temps de blesser Kazuo puis le rapprocha de lui tout en prenant la parole d'une voix très agressive :

- Tu lui veux quoi exactement ?


Shizuo ne laissa pas à son interlocuteur le temps de répondre. À vrai dire dans ces instants là, Shizuo avait encore moins de patience que d'habitude. De plus il se fichait en fait de savoir si ce gars avait tort ou raison d'attaquer Kazuo sa tête ne lui revenait pas et c'était suffisant. Ce gars se promenait avec un couteau et lui rappelait l'autre fouine, de mauvais souvenirs lui revenaient et la colère était en train de l'envahir.

- Tu sais que si tu l'attaques tu risques de m'énerver et si tu m'énerves, je vais devenir violent... Et si je deviens violent, tu es mal.


En fait si Shizuo s'énervait il n'était peut être pas le seul en danger, mais tous les abrutis qui regardaient la scène l'était aussi. Shizuo aurait peut être assez de l'homme au couteau pour se calmer mais peut être pas, après tout l'autre était finalement une mauviette qui ne bougeait et ne parlait pas. Shizuo se mit à le secouer afin dans l'espoir de lui rendre sa langue :

- Donne moi rapidement une raison de me retenir, petit malin, parce que j'ai faim et que tu me rappelles cette horrible fouine alors je vais pas tarder à te fracasser.

Shizuo était réellement énervé et en réalité il aurait fallu un miracle pour qu'il ne fasse pas de mal à l'homme qu'il tenait entre ses mains. Cet homme avait voulu s'en prendre à son ami devant ses yeux et il allait amèrement le regretter... Le blondinet ne se retint pas plus longtemps. L'agresseur de Kazuo atterrit directement dans un des immeubles voisins dans un grande bruit. Lancé comme un javelot avec une puissance inconsidérée. Lorsque le gars retomba au sol Shizuo jeta de rapides coups d'œil autour de lui, dissipant dans le même temps la foule.Il posa alors son regard sur Kazuo, ce dernier avait l'air un peu sonné mais ses yeux brillaient... De reconnaissance ?
Shizuo prit la parole ; il s'était rapidement calmé et son interlocuteur ne risquait donc rien :

- Tu le connais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


I'm looking for the blond hair strong boy
I'm looking for the blond hair strong boy


avatar

Messages : 179
Age : 29
Emploi : Livreur au Russian Sushi
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: You're mine ! [PV.Shizuo]   Lun 2 Aoû - 0:32

Yo ! Hurla-t-il, d'un signe de la main, attirant l'attention du grand blond.

Son coeur était noué, il souriait légèrement du coin des lèvres, posant sa main sur sa poitrine. Il avait comme des papillons dans le ventre, il était... il nageait dans le bonheur ! Et maintenant, il s'apprêtait à traverser la route, afin d'aller le rejoindre. Jusqu'à ce que ce type, ce violeur ne revienne à l'assaut, arme blanche en main, et ne se jète sur Kazuo. Pris de stupeur, Kazuo grimaça et gémit de peur lorsque ce fou furieux l'attrapa à son tour par le col, et ne lui pointe sa gorge sèche de cette lame aussi tranchante qu'un rasoir. Et ce, devant une foule en délire qui hurlait et/ou reculait de peur. Shizuo allait-il intervenir ? Kazuo trouverait cela très romantique... être sauvé par son Prince charmant à la chevelure dorée... Malgré la peur qui semblait prendre le dessus, Kazuo espérait du plus profond du coeur, être sauvé par le beau prince. Il ferma les yeux de toutes ses forces, à attendre que tout cela finisse. En espérant que cette fin lui sois favorable. Dans le néant complet, la lame du couteau s’éloigna brusquement de sa gorge. Il sentit comme des clefs bouger dans tous les sens, comme si quelqu’un était secoué violemment. Il n’entendit qu’une voix. Une voix masculine, grave, familière et agréable. Une voix qu’il aimait particulièrement. En l’entendant, il sentit qu’il était maintenant hors de danger.


- Tu sais que si tu l'attaques tu risques de m'énerver et si tu m'énerves, je vais devenir violent... Et si je deviens violent, tu es mal.



Shizuo ne semblait pas du tout content, le fortissimo de Ikebukuro. Et Kazuo s’extasiait intérieurement des exploits. Il ouvrit finalement ses yeux et apercevait son fidèle chevalier servant le venger. Puis Kazuo compris bien vite ce qu’il se passait. En plus d’avoir agressé son ami, déambulant avec son couteau tranchant, il lui rappelait l’autre hyène de Izaya. Maintenant qu’il y pensait, c’était vrai. Les ennemis de ses amis sont aussi ses ennemis. Surtout si ce dernier nuit à la santé mentale de Shizuo ! Il ne laissa même pas ce petit rigolo répliquer qu’il continua de le faire psychoter.

- Donne moi rapidement une raison de me retenir, petit malin, parce que j'ai faim et que tu me rappelles cette horrible fouine alors je vais pas tarder à te fracasser.

Maintenant qu’il avait bien eu la frayeur de sa vie, Shizuo aurait pu le laisser tranquille. Mais il aurait pu nuire aux autres passants qui regardaient la scène avec un tel intérêt stupide, qu’il valait mieux lui régler son compte une bonne fois pour toute. Sous les yeux étincelants de Kazuo en extase, le petit rigolo qui s’amusait à violer des lycéennes fut projeté à plus de 100 mètres se fracassant sur un immeuble du coin. Kazuo laissa paraître un sourire béat à son ami, avant que ce dernier ne lui demande :


- Tu le connais ?


- Connaissance est un bien grand mot. Il a tenté de… d’essayer d’abuser sexuellement d’une jeune lycéenne, mais il ne semble pas avoir retenu la leçon. Il s’approcha brusquement de Shizuo, avec un sourire emplit d’encore plus de reconnaissant et continua, attrapant brusquement les deux mains du jeune barman blond aux lunettes de soleil. Merci Shizuo ! Merci ! Je ne sais pas comment te remercier, je ferais tout ce que tu me demanderas, je traverserai le pays pour toi ! Tu as faim ? J’sais, on est en début d’après midi, mais j’ai pas eu le temps de manger à cause de ma dernière commande. Je peux t’avoir des sushis pour rien ! Demanda t-il, de son plus beau regard et de son plus beau sourire. Un sourire à qui personne ne peut résister ! Mais, est-ce que cette petite bouille kawai allait influencer la décision de Shizuo ? Allez, s’il te plait, dis oui, dis oui, dis oui ! J’adorerais tellement manger avec toi ! Ou alors on peut se balader ? Se balader oui ! On peut manger en se baladant, ou manger avant ou après d’être baladé ! S’acharna t-il. Il respira deux petites secondes et repris, pointant son poing au ciel, levant ensuite son index et son majeur, afin de faire le signe de V. Il ramena ensuite sa main devant ses yeux pétillants et insista davantage. Oui ! baladons nous ! mais mangeons d’abord… ou après ? Oh… je parles trop ! j'suis vraiment désolé ! Des fois je devrais fermer ma grande gueule… ! Baka Baka Baka ! J’suis idiot ! Stupide ! Un véritable crétin ! S’acharna t-il, en tapant nerveusement des pieds et se donnant des petites gifles sur le crâne.

Se rendant compte qu'il était ridicule, il se contenta d'offrir à nouveau l'un de ses plus beaux sourires. Il était persuadé que ce sourire suffira à le rendre adorable. Il lui fit également un petit clin d'oeil, avant de saisir de sa poche briquet et cigarettes. Deux. Il en tendis une à Shizuo, poussant un léger son interrogatif, puis coinça la sienne entre ses dents, qu'il alluma et en inspira une première bouffée. Il recracha un nuage de fumée, avant d'observer Simon, au loin, qui semblait être sorti du restaurant, et qui racolait les touristes pour qu'ils viennent manger du sushi russe. Il se tourna à nouveau vers le jeune blond.

- Alors ? On fais quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 30
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: You're mine ! [PV.Shizuo]   Lun 2 Aoû - 13:19

- Connaissance est un bien grand mot. Il a tenté de... D'essayer d'abuser sexuellement une jeune lycéenne. Mais il ne semble pas avoir retenu la leçon.

Shizuo émit un bruit signifiant qu'il avait entendu ce que Kazuo avait à dire, et qu'il était plutôt d'accord sur la fin. Enfin maintenant il allait avoir du mal à agresser qui que ce soit. Il aurait fallu un miracle pour qu'il n'ait pas au moins des cotes cassées, le visage défiguré et un bras hors d'usage. Avec un peu de chance cela lui passerait l'envie aussi de faire quoi que ce soit de hors la loi dans les rues d'Ikebukuro. Simon allait probablement engueuler Shizuo car l'immeuble en face avait sérieusement reçu mais pour une fois il avait presque une bonne raison.

Le blondinet reporta son attention sur son ami, Kazuo, qui le regardait avec des yeux brillant d'admiration visiblement. Sans laisser le temps au jeune homme de réagir il lui saisit les deux mains et dit :

- Merci Shizuo ! Merci !
Je ne sais pas comment te remercier, je ferais tout ce que tu me demanderas, je traverserai le pays pour toi ! Tu as faim ? J'sais qu'on est en début d'après midi mais je n'ai pas eu le temps de manger à cause de ma dernière commande ! Je peux t'avoir des sushis pour rien !


Et voilà qu'il recommençait. Shizuo n'appréciait pas vraiment les accès d'euphorie de Kazuo. Certes il l'avait aidé mais cela valait il la peine de se mettre dans cet état ? Le blondinet n'aimait pas cela, il aurait préféré que son ami soit plus calme parfois. Il se défit de Kazuo remettant ses mains dans ses poches et tirant une mine boudeuse. Trop d'excitation avait tendance à aller sur les nerfs de Shizuo qui appréciait en général plus les gens posés. Cependant la gentillesse et l'air enfantin qui passait parfois sur le visage de Kazuo empêchait le jeune homme de réellement lui en vouloir.
Comme à cet instant précis, le garçon avait parfois un air vraiment mignon devant lequel Shizuo ne se sentait plus aussi énervé. De plus la proposition était tentante, c'était en effet dans le but de se restaurer que Shizuo était venu ici. Il allait donc le lui dire mais Kazuo reprit de plus belle, lui coupant la parole au passage :

- Allez, s'il te plaît, dis oui, dis oui, dis oui !
J'aimerais tellement manger avec toi !
Ou alors on peut se balader ? Se balader oui ! On peut manger en se baladant, manger avant de se balader ou manger après s'être baladés !


Shizuo avait la tête qui commençait à bouillir, ce n'était pas son truc qu'on parle autant avec un tel enthousiasme. Kazuo semblait infatiguable alors que Shizuo lui faisait de son mieux pour lutter contre sa fatigue et rester calme.
Le jeune homme en face de lui prit une pose tout à fait étrange et reprit son discours :

Oui ! Baladons nous ! Mais mangeons d'abord... Ou après ?
Oh je parle trop ! J'suis vraiment désolé !
Des fois je devrais fermer ma grande gueule... ! Baka baka baka ! J'suis idiot ! Stupide ! Un véritable crétin !


Kazuo tel un sale gosse en pleine crise tapait des pieds et se donnait de petite gifle. Shizuo regardait Kazuo d'un air détaché, un peu fatigué mais pas vraiment surpris. À force de trainer avec lui il s'habituait. Il ne comprenait toujours pas pourquoi ce gars était comme ça, agité au possible mais il avait fini par l'accepter et ne s'énervait plus trop. Au début cela avait été extrêmement dur, il avait eu envie d'envoyer valser Kazuo toutes les deux minutes mais finalement ce dernier s'était montré si serviable et gentil que Shizuo l'avait accépté comme il était.

Ce dernier finit d'ailleurs par se calmer et fit un dernier simple petit sourire à Shizuo qui le lui rendit. Un peu de calme, enfin.
Le blondinet se doutait que Kazuo repartirait bientôt en pleine forme mais c'était ainsi. Il ne dit rien au jeune homme pour le moment, le laissant finir de se calmer... Il profitait également du calme qu'offrait cet instant.
Kazuo eut alors la bonne idée de sortir son paquet de cigarette et d'en offrir une à Shizuo. Ce dernier l'accepta avec un petit sourire. Le garçon était vraiment adorale une fois calmé et comprenait plutôt bien Shizuo. C'était certainement pour cette raison que le blondinet tolerait ses crises de joie. Shizuo et Kazuo expirèrent de façon quasi simultanée, Shizuo fixait le ciel détendu. Il savait que son ami allait bientot reprendre la parole :

- Alors on fait quoi ?

La faim dévorait Shizuo malgré tout et il n'avait pas très envie de s'éloigner du restaurant maintenant qu'il était proche. Autant accepter l'offre de Kazuo ? Si lui non plus n'avait pas mangé...
Shizuo n'avait rien contre le fait de partager une table avec Kazuo mais il n'était pas non plus venu pour ça à la base. Shizuo regardait toujours le ciel mais il prit la parole à son tour :

- Je n'ai pas eu le temps de manger non plus à cause des derniers clients, donc je mange d'abord. Je veux bien que tu m'aies des sushis si tu peux. Après tu fais ce que tu veux.

Il jeta un coup d'oeil à son ami. Celui ci avait semblé très enthousiasthe à l'idée d'aller se promener tout à l'heure. Cette activité ne dérangeait en outre pas Shizuo plus que ça. Et puis dans le fond le blondinet appréciait pluto Kazuo, pourquoi ne pas lui faire plaisir ? L'homme à la tenue de barman considèrait un peu Kazuo comme un enfant du fait de son attitude, c'est pourquoi il reflechissait ainsi et essayait de lui faire plaisir.
Le jeune homme avait déjà finit sa cigarette et l'écrasa sur le bitume tout en se tournant vers Kazuo :

- On pourrait aller se balader après si tu y tiens.

Après tout, cela pouvait être une bonne activité, pour une fois qu'il ne faisait pas trop chaud à cette heure ci. Et après avoir mangé cela permettrait de profiter un peu plus de la pause de midi. En espèrant qu'il ne rencontre personne d'énervant sur la route, cela était une bonne idée. Si Kazuo acceptait de se taire un moment.

- Mais si tu restes avec moi, essaye de parler un peu moins.

Sur ce, Shizuo se dirigea vers l'entrée du Russia Sushi.

( Désolée pour la mise en page, étant sur mon portable je m'en rend pas compte, je me rend pas non plus bien compte du nombre de lignes, j'espère que ça va oO
Et pour le prochain post tu as le choix soit encore dans la rue, soit à l'intérieur du Russia Sushi directement ? )














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com










MessageSujet: Re: You're mine ! [PV.Shizuo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're mine ! [PV.Shizuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Disque dur externe d'Izaya
 :: Archives RP
-