Partagez | 
 

 [ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Do you need some fire ?
Do you need some fire ?


avatar

Messages : 62
Age : 26
Emploi : Hihihi, tu veux savoirrr ? hihihihiiii
Localisation : Plus près que tu ne le penses.



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: [ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.   Jeu 29 Juil - 1:42

    Hello ! Ben voilà...*ne sait pas quoi dire.* j'ai traduit un extrait de roman et tout et tout mais bon, les cocos, ne vous attendez pas à une petite merveille et parfois (souvent), je bugue en anglais et que ma traduction s'éloigne souvent du texte réelle (ça n'a aucun sens, sinon).

    Ne soyez pas trop sévère, c'est la toute première traduction que je fais (à part celle du bac, sinon, comme j'étais le LV2, les profs ne jugeaient pas ça trop utile >>) Bon, j'arrête de raconte ma life et je commence.

    Il s'agit d'un extrait du volume 2 de Durarara!!, la traduction anglais de laquelle je me suis inspirée vient de . Bon, pour l'instant, il n'y a que la première partie, on verra peut-être plus tard pour la seconde.
    Comme vous l'aurez compris, grâce au titre de ce sujet, il s'agit une interview de Shizu-chan par notre journaliste préféré.


    --------------

    orange = Heiwajima ; Vert = notre narrateur ; marron = Tom Tanaka.

    ---------------

    Intéressant.
    C'était vraiment très intéressant.
    Lorsque je questionne, au hasard, les gens dans la rue au sujet de ceux qu'il pensent les plus effrayants de tout Ikebukuro, j'ai droit à une pelletée de réponses.

    Même quand j'ai interviewé les personnes dites « les plus fortes », leurs réponses sont restées identiques : Heiwajima Shizuo.
    Si tout ce que j'avais entendu, jusqu'à ce point, était vrai, il était partout et, contrairement à ce que son nom suggérait, il excluait paix et sérénité de son vocabulaire.
    Mais pourquoi donc l'informateur que j'ai questionné au tout début ne m'en avait pas parlé du tout ? Je suis retourné voir ces gens-là, leur demandant ostensiblement des choses sur Shizuo.

    « Je ne veux rien avoir à faire avec lui. »
    Était la réponse de tout le monde.

    C'est ce monstre que j'étais en train de rencontrer, en personne.
    Les genoux de l'adolescent en moi tremblaient. L'adulte en moi était mort de peur, pour être franc avec vous.
    Je me tenais debout, en face d'un petit immeuble d'affaire, me sentait étrangement mal à l'aise. Il n'y avait rien accroché à l'entrée du bâtiment, il avait l'air de ce genre de constructions qui attendent de nouveaux locataires dans les jours qui viennent.

    « Êtes-vous celui qui recherche Shizuo, Monsieur ? »

    L'homme qui sortit du bâtiment avait une peau mâte qui allait parfaitement avec ses dreadlocks. J'aurais pu le prendre pour un locataire de l'immeuble, étant donné que ses vêtements étaient plus « à la mode » que professionnels.

    « Il est là-haut. Je vais le chercher. Ne l'énervez pas. »

    « Ah... »

    En dépit de son air japonais, l'homme dit qu'il s'appelait Tanaka Tom. Il l'avait l'air d'être l'actuel patron de Shizuo. Ce qu'ils faisaient paraissait être la collecte des dettes des utilisateurs d'un site de rencontre.
    J'ai évité de demander si ce site était légal.
    Je l'aurais fait si seulement Shizuo Heiwajima n'était pas la seule chose qui me captivait pour le moment.
    Je sais d'expérience que pour certaines choses, il vaut mieux ne pas trop poser de questions.

    « Souvenez-vous de ne pas l'énerver. Vous auriez des problèmes. »

    Monsieur Tom m'avertit encore et encore.
    J'avais entendu dire de la part de toutes sortes de personnes à quel point Heiwajima était un type dangereux. Mais avoir le même point souligné devant moi encore et encore me donnait l'impression d'être traité comme un idiot.

    « Je vais vous donner un conseil. Ne parlez pas. Demandez ce que vous voulez lui demander, puis, taisez-vous et écoutez. Quand il aura fini de parler, dites : « Merci beaucoup » et vous serez probablement capable d'éviter de l'énerver. »

    De quoi était-il en train de parler ?
    Comment pourrait-il mener l'interview s'il ne pouvait pas parler ? Forcer à faire dire la vérité à quelqu'un en se basant sur ses lapsus et l'auto-contradiction de ses mots – c'est ce que les interviews étaient supposées être. Et comment pourrais-je jamais faire une erreur de débutant en énervant la personne interrogée alors que je venais tout juste de la rencontrer ? Le cas d'Orihara Izaya était différent car Heiwajima Shizuo se trouvait être son mortel ennemi. Je n'aurais pu prévoir cela d'aucune façon, ce n'était donc pas ma faute.

    Bien que ce que l'homme en face de moi racontait n'avait aucun sens, je décidais de ne rien dire.
    Il avait probablement un joker ou deux dans sa manche, si il avait travaillé dans ce genre d'affaire. Mieux valait ne pas le mettre en colère.

    Alors que je me parlais à moi-même, M. Tanaka Tom avait disparu.

    Yessssssssssssss !!! C'était sur le point de commencer.
    J'allais rencontrer le combattant le plus fort d'Ikekuburo.
    Bien que ce n'était que le titre qu'on lui avait donné ; il n'a pas de dossier, pas plus qu'il ne se faisait de l'argent grâce à cela.
    Être juste un combattant fort ne signifie vraiment rien dans le Japon moderne. Si un homme était sûr de ses aptitudes au combat, il serait sûrement devenu professionnel, et s'il était aussi bon qu'il le pensait, il aurait pu avoir à la fois gloire et richesse.

    Pourtant, Shizuo Heiwajima était resté simple collecteur de dettes pour sites payants.
    Pas un métier particulièrement décent pour les normes de la société.
    Cependant, l'enfant en moi a été insomniaque pendant trois nuits en se laissant emporter par cette vague de curiosité.
    Mon instinct battait fortement contre les parois de mon coeur.
    Que ce soit par peur ou par impatience.

    « Excusez-moi - »
    - Je le saurais quand je le verrais.
    « Salut, je suis Heiwajima. »

    Hummm ? J'étais trop axé sur mon excitation pour m'apercevoir que quelqu'un se tenait déjà en face de moi.
    Un jeune homme assez mince avec – ce qui ressemblait à une paire de lunettes de soleil stylées – posées sur un fin nez. Et il a dit, devant mon visage stupéfait, qu'il était Heiwajima.

    - Huh ?
    - Heiwajima ? »
    « Monsieur Heiwajima...Shizuo ? »

    Le jeune homme hocha sérieusement de la tête à ma question.
    Qu'est-ce que...
    Il m'était devenu impossible de comprendre la situation.
    Lui ?
    Cet homme était le plus fort ? Le plus effrayant de tout Ikebukuro ?
    Ne riez pas, mais je m'étais imaginé le monstre nommé « Heiwajima Shizuo » dans ma tête, avant tout cela.
    Il avait des muscles d'acier qui couvraient chaque centimètre de son corps, épais comme des pneus en caoutchouc ; une expression froide au visage comme dans les films de serial killer, avec des cicatrices claires sur le visage, et des tatouages de dragons partout sur le corps.
    Le seul élément venu de mon image mentale qui semblait correspondre au jeune homme était sa taille. Les lunettes de soleil abritaient des yeux doux qui ne lui allaient pas du tout ; ils lui donnaient seulement l'air prétentieux.
    J'étais prêt à être confronté à quelque chose de différent de mon imagination. Cependant, ce que je voyais me faisait me demander si tout ce que j'avais entendu n'était pas une blague.
    Il ne ressemblait pas à ces gangsters qui le craignaient. Ni à quelqu'un qui lançait des distributeurs automatiques autour de lui.

    Et oui, je sais qu'on ne devrait pas juger un livre par sa couverture, mais..ça ? Qu'est-ce que c'est ?
    Avais-je été trompé par tout le monde ?
    Est-ce que Shiki ou quelqu'un d'autre avait dit au chef (Chief Chief ?), au courtier en information et à la police de me nourrir des mêmes mensonges ?

    Ça ne pouvait être vrai. Cette légende des Color Gangs que j'avais surprise au hasard d'une rue. Ce serait quelque chose de beaucoup trop élaboré pour un plan...si toutefois il s'agissait d'un plan.
    Donc ce mec était juste quelqu'un qui avait le même nom qu'Heiwajima Shizuo ?
    Mais le motard noir m'avait dit où trouver cet immeuble.
    Où m'étais-je trompé ?
    Jusqu'à quel point ?
    Ou cet homme cachait-il sa véritable personnalité ?

    … Cela n'avait aucune raison d'être. J'avais moi-même vu toutes sortes de personnes et savais quand elles étaient en train de mentir ou de se cacher. Mais le mec en face de moi était doux comme un agneau, pourquoi devrait-il me mentir ou maintenir ses défenses ?
    Alors, quel est cet égard ?
    Qu'est-ce que c'était donc que cela ?
    Un art martial quelconque ? Des mouvements ? Est-ce qu'il s'agissait de ses déplacements ?
    Il était un maître en aikido malgré son look maigrichon ?
    Mais, même s'il pouvait projeter des gens grâce à ses arts martiaux, il était hors de question qu'il puisse faire de même avec les distributeurs automatiques.
    Ca n'allait pas bien se passer. Si je devais écrire un article à propos de cet homme comme étant le plus fort d'Ikebukuro et que les gens l'avaient déjà vu – cela ne ferait-il pas de moi le plus grand menteur de tous les temps ?

    ….................. Je pouvais seulement prétendre que le jeune homme possédait une sorte de pouvoir occulte qu'il cachait pour le moment. Je reconnais que c'est vraiment stupide, mais la seule manière d'expliquer ceci.

    Comment allais-je pouvoir lever les scellés de cette force cachée ?
    Je supprimai mon enthousiasme pour cette idée et me mis à parler. Je voulais l'inviter dans un café mais, vu comment les choses tournaient, je renonçai à mon plan immédiatement.

    « L...là, j'ai deux choses à vous demander, Monsieur Shizuo... »
    « 'Kay. »
    C'était une réponse à moitié somnolente.
    Pouvait-il vraiment se battre contre tout ?
    Je commençais à penser que je pourrais lui faire face. J'avais été dans des situations similaires au travail, lorsque j'avais interviewé et été acculé, dans l'ombre de restaurants, par des membres d'une mafia étrangère ou ce genre de choses.

    Bien sûr, ces gens n'avaient rien à voir avec moi ou autre chose. D'une certaine façon, je savais que c'était bientôt fini, alors, je ne devais pas être effrayé.

    « J'ai...parlé aux gens de cette ville et il semble que M. Shizuo ait été impliqué dans un certain nombre de combats ? »
    « Je ne sais pas si... »
    - Pourquoi demandez-vous cela ?
    Fut ce que son expression disait.
    « Vraiment ? »

    « ….......'ce que je hais la violence. »

    Mince. J'avais faux au sujet du pouvoir caché, après tout. L'adolescent en moi s'endormit aussitôt. Mon instinct animal n'avait ressenti aucune vibration, chez ce gars, qui eusse provoqué peur ou impatience.

    J'avais l'intention de finir l'entretien maintenant, alors, je posai seulement des questions pour le plaisir de le faire.

    « Que pensez-vous de cette ville ? »

    « Pas grand chose...c'est une belle ville. »

    « Vous connaissez personnellement le fameux motard noir ? »

    « Ah... Celty est une gentille camarade. »

    Donc ce gars parlait du coursier noir.
    Mais le coursier noir m'avait dit qu'il était le plus fort d'Ikebukuro.........
    J'allais lui demander cela, mais il – était en train de retourner dans l'immeuble ?

    « Attendez une sec – pardon – où allez-vous ? »

    « Vous n'aviez pas terminé vos questions ? »
    « Huh ? »
    « Vous disiez au début que vous aviez « deux choses » à me demander...vous avez posé trois questions, et je ne sais pas quoi dire. »

    ….................... Il blaguait, pas vrai ?
    Que diable.
    En prenant littéralement les termes figuratifs...était-il « l'homme manuel » qu'on m'a décrit récemment ?
    Quoiqu'il en soit, rien ne se fera à cette vitesse.
    J'essayai de le provoquer un peu pour avoir une conversation correcte.

    « Un moment, s'il vous plaît – juste une dernière question. J'ai entendu que vous aviez lancé un distributeur autour de vous et que vous aviez eu des ennuis avec la police... Je vais être direct : c'est un mensonge, n'est-ce pas ? »

    « …........ »

    « C'est juste que vous avez été berné par Orihara Izaya – »

    Quelque chose vole.
    Vole ?
    ...De quoi ?
    Je n'avais pas réalisé ce qui volait.
    Heiwajima Shizuo se retourna brusquement et commença à voler d'une vitesse époustouflante.
    Vers le haut ? Une attaque ?
    Non, le bas, en fait.
    Tout se passait comme si la scène était au ralenti.
    Que diable. Maintenant que je regardais, Heiwajima Shizuo n'était pas la seule chose qui volait.
    Le bâtiment, il vient de sortir de la chaussée en béton, même de l'air autour de moi.

    Et j'ai réalisé.
    Presque immédiatement, même si je ne voulais pas l'admettre.
    J'étais la seule chose qui volait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathnote-rpg.forumactif.fr


Master of this city
Master of this city


avatar

Messages : 1186
Age : 22
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: [ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.   Jeu 29 Juil - 12:04

Merci beaucoup Aoba pour cette traduction :D




Merci Anju pour ce superbe kit! ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Bien installé à Ikebukuro
Bien installé à Ikebukuro


avatar

Messages : 48
Age : 24
Emploi : Lycéenne à ses heures perdues
Localisation : Ikebukuro tant que les gens acceptent les saute d'hummeurs, et les schizo ♥ Kuhuhuhu ^^



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: [ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.   Ven 30 Juil - 16:28

Huuuu, j'adore XDDD
Allez fly <3
Super traduction, c'est trop drôle *__*
Thanks you ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dojinshi-vostfr.skyblog.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 928
Emploi : Lycéenne à Raira
Localisation : Ikebukuro



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: [ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.   Sam 31 Juil - 11:38

Haha merci Aoba <3
Raaah j'aimerais tellement pouvoir lire les romans un jour X__x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur










MessageSujet: Re: [ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[ROMAN]DURARARA Vol.2 : Shizuo...interviewé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Parler du manga ou de l'animé
 :: Pour le roman !
-