Partagez | 
 

 Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Sam 17 Avr - 19:36

Bleue... Pure, claire et translucide... La vaste étendue azurée qui éblouissait les yeux de Masaki se prolongeait jusqu'à un infini incertain...

Le jeune adolescent était accoudé à la fenêtre de sa chambre et contemplait d'un air mélancolique le vaste horizon urbain qui s'étendait devant lui. Cependant, ce n'était pas l'environnement citadin qui attirait particulièrement son attention, mais plutôt l'étendue bleutée et lumineuse qui la surplombait. Son regard, qui aurait pu sembler être perdu dans le vide, était en fait en train d'admirer le ciel clair et dégagé.

C'était plutôt une belle journée, le soleil brillait fortement et une chaleur conséquente s'en faisait ressentir. Une légère brise vint alors caresser agréablement le visage du garçon, qui inspira alors profondément avant de laisser échapper un soupir. Il resta encore quelques secondes à contempler le ciel avant de baisser son regard pour balayer les rues du regard. Elles étaient plutôt agitées et les éclats sonores que laissait entendre la foule respiraient la bonne humeur. Les bavardages anodins, les cris, les rires... Cette symphonie dissonante venait titiller les oreilles de Masaki qui esquissa un sourire à la vue de ces gens heureux et insouciants.

Finalement, l'adolescent se décida à quitter sa fenêtre et se retourna pour faire face à sa chambre plutôt sobre. Il se dirigea vers son bureau sur lequel se trouvait son journal intime et y griffonna rapidement quelque chose avant de sortir de sa chambre. Ça y est, il s'était enfin décidé à pointer le bout de son nez dehors pour se balader comme le ferait tout adolescent normal de son âge. Il traversa avec une certaine nonchalance son appartement et arriva finalement devant l'entrée. Il prit ses effets personnels éparpillés sur la console située dans le vestibule et s'apprêta à décrocher sa veste avant de finalement la laisser à sa place, jugeant qu'il n'en avait pas besoin en raison de la chaleur qui allait l'assaillir dès qu'il sortirait de l'immeuble.

Il ouvra alors la porte d'entrée, après en avoir tourné la poignée, et une fois en dehors de son appartement, la referma avant de la verrouiller avec sa clé. Il s'empressa de ranger cette dernière dans sa poche et se dirigea vers l'ascenseur. Il appuya sur le bouton d'appel et attendit son arrivée. Masaki se mit alors à chantonner et à se balancer de gauche à droite, conduite qu'il aimait adopter lorsqu'il était seul et attendait quelque chose, mais l'arrivée de l'ascenseur et l'ouverture de ses portes l'interrompirent, puisque quelqu'un d'autre était déjà à l'intérieur. Espérant que la personne étrangère ne l'avait pas vu en train de se comporter aussi stupidement, il la salua d'un air embarrassé et mal assuré et resta mal à l'aise pendant tout le "voyage" jusqu'au rez-de-chaussée. En sortant de l'immeuble, il se sépara de ce voisin importun et, après avoir pris congé de lui, laissa échapper encore une fois un profond soupir.
De plus, comme il l'avait prévu, la chaleur, bien que ni étouffante, ni oppressante, était plutôt bien prononcée. Masaki leva les yeux vers le ciel avec un air quelque peu hébété et s'étira quelques secondes avant de regarder devant lui et d'entamer son excursion en ville.

___________________________________________________________________________________

Cela faisait bien une heure et demie que Masaki déambulait dans la rue avec sa démarche maladroite et peu assurée. Il avait bien sûr très envie d'une glace, petit plaisir qu'il s'était promis depuis un moment, mais il se forçait de ne pas en acheter de suite afin de n'en pas consommer immédiatement, puisqu'il savait que c'était là l'unique but de sa sortie et que s'il l'exécutait de suite, il n'aurait qu'une envie : celle de rentrer. Or, ce n'était pas comme ça qu'il allait progresser dans sa relation avec les autres. C'est pour ça qu'il se forçait à errer un peu dans les rues, histoire de voir les gens, les voir interagir, les voir se comporter, voir ce qui leur plaisait. Mais en réalité, même si les attitudes joyeuses et frivoles des autres adolescents de son âge amenait Masaki à sourire, cela ne faisait en fait que le décourager. Tous les gens de son âge qu'il croisait étaient toujours à deux, à trois ou en groupe. Lui restait désespérément seul, et cela l'attristait. Mais bien sûr, il n'avait pas l'intention de se morfondre davantage et de plonger dans une torpeur qui lui couperait tout lien avec le monde. Cependant, il ne pouvait aborder ces gens comme si de rien n'était, et le fait qu'ils étaient toujours plusieurs n'était qu'une barrière supplémentaire. Et c'est au bout de cette période d'une heure et demie qu'il se résigna à abandonner ses observations pour enfin aller déguster sa glace tant attendue.

Masaki était un vrai enfant au sujet des glaces. Ces douceurs aux parfums des plus variés étaient toujours aptes à lui procurer un goût délectable qui le rendait heureux. Après s'être précipité chez son glacier préféré et après avoir choisi ses parfums, Masaki affichait désormais une mine des plus réjouies. Il décida de prendre tout son temps pour déguster sa succulente glace, qui ne manquait pas cependant de lui dégouliner partout sur les doigts en raison de la chaleur qui la faisait fondre. Avec sa mine candide, son air ravi et sa glace lui coulant sur les doigts, le jeune adolescent avait l'air d'un parfait petit enfant. Et c'est avec cet apparent comportement enfantin que Masaki rentrait doucement chez lui. Mais... malheureusement pour lui, il n'était pas au bout de ses peines...

Le hasard avait entraîné le jeune garçon dans une rue qu'il ne connaissait. Ayant porté toute son attention sur sa glace, Masaki n'avait pas pris la peine de regarder exactement où il se dirigeait, et c'est ainsi qu'il se retrouva là. Il n'avait jamais eu pour habitude de sortir souvent, alors forcément, il ne connaissait pas bien les rues d'Ikebukuro. Et là, il était perdu... Il commença à paniquer légèrement, mais tenta de reprendre son sang-froid pour réfléchir. S'il essayait de retourner sur ses pas, peut-être qu'il arriverait à un endroit qu'il reconnaîtrait... Et c'est ce que le jeune adolescent décida de faire. Mais à peine s'était-il retourné qu'il vit un groupe composé d'hommes plutôt jeunes mais à l'apparence plutôt louche. Leur vision troubla un peu Masaki au départ, mais prenant son courage à deux mains, il entreprit d'avancer doucement. Les hommes le remarquèrent alors et le dévisagèrent avant de rire sinistrement. Le spectacle d'un jeune adolescent au visage d'enfant apeuré, avec une glace dans la main lui coulant sur les doigts devait être bien pathétique ou hilarant pour eux. Masaki se mit alors à trembler puis, se faisant violence, prit les jambes à son cou pour déguerpir le plus loin possible. Néanmoins, cela le forçait à s'enfoncer davantage dans des rues qu'il ne connaissait pas, mais il ne s'en préoccupait pas. Du moment qu'il pouvait échapper à ces hommes, cela lui était égal. Et tout en courant, Masaki jetait des coups d'oeil furtifs derrière lui pour s'assurer que personne ne le suivait. Décidément, le sort semblait vouloir s'acharner contre lui. Mais tout à coup, il crut distinguer une silhouette au loin qui semblait courir elle aussi. De peur que ce soit un des hommes qu'il avait vu qui le poursuivait, Masaki voulut.. BAAAM !

"Uurgh !"

Et voilà ce qui arrive quand on court à toute vitesse sans regarder devant soi. Masaki s'était heurté à un certain quelque chose qu'il n'avait évidemment pas vu, mais qui l'avait fait reculer et perdre son équilibre. C'est ainsi que Masaki se trouva assis par terre, avec de la glace partout sur la figure en raison de la collision ( étant donné qu'il tenait sa glace devant lui à la hauteur de son visage quand il courait... ), et la glace même était par terre...

"Outch ! Ca fait mal ça, buuuu..."

C'était vraiment un beau numéro ça, cette projection ridicule à terre avec de la glace couvrant la moitié du visage... Masaki se frotta légèrement le bas du dos pour apaiser le choc qu'il venait de recevoir, mais ses yeux plissés démontraient bien qu'il avait eu mal. Finalement, Masaki dégagea un peu la glace qui était autour de ses yeux et les ouvrit légèrement avant de les lever vers ce qu'il avait percuté. Il ne reconnut pas tout de suite la forme étrange contre laquelle il s'était cogné, mais en observant bien, il réalisa que c'était en fait une personne ! Et apparemment, il lui avait aussi mis de la glace dessus ! Masaki se mit alors à rougir d'embarras et se leva précipitamment !

"A-aaAah ! V-vVeuillez m'excuser ! Je, je suis sincèrement désolé, je ne voulais absolument pas que..."


Spoiler:
 


En plus de tous ces balbutiements maladroits d'excuse, Masaki ne cessait de se courber en guise de regrets et de respect. Il avait décidément le don pour s'embourber dans des situations bien fâcheuses... Mais malgré sa promptitude à vouloir à tout prix s'excuser, le jeune garçon risqua un regard pour bien regarder la personne qu'il avait en face de lui. Après tout, il n'avait même pas vu à quoi elle ressemblait ! Mais... Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il aperçut en levant le regard un grand homme blond, cigarette au coin de la bouche, qui le regardait d'un air distant sous ses lunettes teintées. Masaki écarquilla davantage les yeux en constatant que l'habit que portait cet homme était celui d'un barman. Et là, il réalisa le pétrin dans lequel il s'était fourré. Il avait bien évidemment entendu parler de cet homme à la carrure imposante habillé en barman. C'était cet homme considéré comme l'un des plus dangereux individus qu'on pouvait voir à Ikebukuro, cet homme à la force surhumaine... A ce moment-là, Masaki sentit le poids du monde s'écrouler sur ses épaules... Il s'était mis dans une situation qui lui paraissait inextricable et il pensait que désormais, plus rien de pourrait le sauver... Et c'est avec le visage couvert de glace que la vision du jeune adolescent commença à être brouillée par les larmes qui apparaissaient au coin de ses yeux...


Dernière édition par Masaki Fujiwara le Mer 12 Mai - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Lun 19 Avr - 10:14

( Héhé je n'avais pas vu le dessin, excellent !
J'en aurais bien fait de Shizuo mais je ne suis pas douée comme ça ! )


Shizuo descendait les escaliers d'un immeuble assez spécial. Il était accompagné de Tom et les deux hommes venaient de terminer leur travail. Et quel travail cela avait été encore une fois.
L'immeuble qu'ils s'apprêtaient à quitter était plus ou moins squatté par plusieurs personnes qui avaient toutes... disons... des retards de payement. En général, oui, les gens dans ce genre de cas n'avait pas une adresse à eux ou alors difficile à trouver ou ils l'avaient déserté. Le cas n'était donc pas franchement atypique.
Cependant la chose n'avait pas été une mince affaire ; se croyant en nombre assez important et un peu malhonnêtes, les retardataires avaient essayé de blesser les collecteurs de dettes. Au début Tom avait essayé de leur expliquer que cela ne changerait rien et qu'il fallait mieux qu'ils le réalisent avec que son ami ne s'énerve mais ils avaient été long à la comprenette. Shizuo avait fini par en envoyer un dans le mur pour calmer les autres. Il en avait également amoché deux trois avant de réussir à se calmer. Complètement traumatisés, les retardataires avaient été de charmants moutons avec qui il faisait bon traiter. Maintenant l'affaire était réglée mais encore d'une manière désagréable. Et puis une autre affaire du genre les attendaient surement... C'est bizarre mais la plupart des gens qui ont des retards de payement ne sont pas du tout honnêtes. Au lieu de s'excuser ou de faire de leur mieux ou d'être au moins juste agréables, ils sont odieux et provocateurs. La situation était donc des plus fréquentes, mais Shizuo ne s'y habituait pas vraiment et aurait tant souhaité un peu de calme.

Le blondinet soupira tout en franchissant la porte de l'immeuble. Lui et Tom se retrouvèrent alors dans une rue quelque peu glauque, mais déserte. Tom dit alors à Shizuo qu'ils allaient prendre une pause et qu'il retournait chercher des infos sur les 'prochains'. Shizuo acquiesça et sortit alors une cigarette de son paquet. Il l'alluma et tout en commençant à la fumer, il se mit à marcher un peu. Il n'avait pas beaucoup réfléchit au fait de savoir s'il serait tranquille ici mais pourquoi ne pas se promener dans cette rue ? Le grand blond en tenue de barman fixait le sol, les mains dans les poches, il était extrêmement pensif. La dernière conversation qu'il avait eu avec Celty lui revenait en tête, et ces histoires de Dollars. Il était un membre sans en être un, qu'est ce qu'il était bon de fai-

Shizuo avait été percuté de plein fouet. Complètement concentré, il n'avait pas vu le jeune garçon foncer sur lui. Enfin, il n'avait pas bougé d'un millimètre mais avait déjà le sourcil levé, légèrement énervé. Il n'appréciait pas vraiment qu'on le cherche ainsi. Surtout en pleine réflexion. Qui est ce qui pouvait d'ailleurs être assez suicidaire pour lui rentrer dedans ainsi ?
Shizuo releva la tête doucement.

"Outch ! Ca fait mal ça, buuuu..."


Le blondinet fut bizarrement stoppé dans sa montée de colère tant la situation le surprit. Il avait, en effet, en face de lui un jeune garçon à l'air totalement candide. De plus, le garçon avait de la glace partout sur son visage et son expression de douleur était assez particulière. Shizuo resta perplexe un instant devant ce spectacle. La cigarette à la bouche il constata impassible qu'il avait de la glace sur son vêtement. Il tiqua légèrement et prêt à empoigner le garçon par le T-shirt pour lui demander s'il se foutait de lui, il le vit s'essuyer rapidement les yeux, fixer Shizuo puis rapidement rougir, se lever et se confondre en excuse :

"A-aaAah ! V-vVeuillez m'excuser ! Je, je suis sincèrement désolé, je ne voulais absolument pas que..."


Les excuses du garçon étaient ponctuées de courbettes toutes plus inclinées les unes que les autres. Shizuo se passa la main dans les cheveux un peu gênée par tant de politesses. À vrai dire, dans ce quartier il ne s'était pas du tout attendu à rencontrer un jeune garçon et pensait réellement qu'il aurai affaire à quelqu'un de mal intentionné.
Alors que là... L'innocence se lisait sur le visage du garçon. Et malgré la couche de glace sur son visage on y lisait clairement qu'il était vraiment gêné d'avoir percuté Shizuo. Le grand blond était un peu gêné lui même et ne savait pas comment réagir. Il fixait toujours le garçon avec un air perplexe.

Il vit alors ce dernier relever la tête un tout petit peu, vraisemblablement pour voir dans qui il avait pu rentrer. La vision de Shizuo sembla avoir un grand effet sur le garçon. Pourtant malgré ce qui venait de se passer Shizuo n'était pas encore particulièrement énervé et ne regardait donc pas le jeune homme méchamment. Il constata lui même avec stupeur que le garçon n'était plus simplement gêné ou surpris, mais il qu'il avait ouvert de grands yeux et semblait totalement terrifié. Shizuo soupira et remit ses lunettes en place un peu décontenancé, encore un qui avait du entendre des rumeurs sur lui. Il était évident que ses rumeurs étaient fondées mais Shizuo faisait des efforts sur lui-même et il ne s'énervait pas non plus systématiquement. En effet si on regardait de près les personnes que Shizuo avait frappées, comme cet homme qui parlait avec Tom, récemment ; on ne pouvait nier qu'il s'était retenu et que c'était sur une débilité suprême de cette personne qu'il s'était fâché. De plus, Shizuo avait du mal à se fâcher contre des enfants et malgré sa taille, le garçon était tellement frêle qu'il donnait l'impression d'un tout petit garçon. Comme pour dissuader encore Shizuo, des larmes commencèrent à perler aux coins des yeux du garçon. Le blondinet était sérieusement embêté, ce garçon lui fonçait dedans mais au final c'était bel et bien lui qui avait le plus peur et qui devait aussi avoir le plus mal.

Shizuo sortit une serviette de sa poche et la tendit au jeune homme, il en avait clairement plus besoin que lui. Il esquissa un sourire et lui dit :

- Allez essuies-toi donc le visage !


Il n'était pas mécontente mais affichait toujours son air renfrogné.
Il attendit que le jeune garçon prenne la serviette avant de dire :

- Et qu'est ce que quelqu'un comme toi peut bien faire ici ?


Sans s'en rendre compte Shizuo était un peu dur, mais pas par 'quelqu'un comme toi' il entendait seulement quelqu'un de normal, de jeune et si frêle. Il aurait pu se faire attaquer par n'importe qui c'est ce que pensa Shizuo. Il regarda alors le jeune homme dans l'espoir que celui ci séche ses larmes et puisse lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Mar 20 Avr - 12:31

Masaki ne pouvait plus s'empêcher de trembler et laissait clairement transparaître son effroi et son angoisse. A la vue du grand homme imposant, une grande frayeur s'était emparée de lui et il sombrait à présent dans la terreur et le désespoir... Les rumeurs qu'il avait entendu à son sujet étaient toutes plus horrifiantes les unes que les autres. C'est pour cela qu'il redoutait cet homme intimidant, puisque la réputation de son effroyable violence l'avait précédé. Et le jeune adolescent était persuadé qu'une vague d'agressivité et de brutalité allait déferler sur lui... La réputation et l'aura impressionnante de cet homme intimidant avait même réussi à faire oublier à Masaki son poursuivant. Peut-être ce dernier s'était-il retiré à l'immédiate vue de l'homme à la force phénoménale, ou bien il était possible que Masaki eusse été effrayé par un simple passant qui ne le pourchassait nullement. Dans tous les cas, il était à présent bien mal... C'est pourquoi il ferma les yeux après avoir vu et réalisé qui était cet homme, par peur d'un éventuel coup qu'il recevrait. Mais... il ne se passait toujours rien aux bouts de quelques instants, et Masaki se risqua à ouvrir fébrilement les yeux pour voir comment réagissait l'homme qui était en face de lui. Le jeune adolescent fut alors très surpris de le voir sortir une serviette de sa poche pour la lui tendre. Mais ce qui le troubla le plus, ce fut le léger sourire que cet homme esquissa en lui disant :

"Allez essuie-toi donc le visage !"

Le jeune garçon fut encore plus interloqué qu'il ne l'était et afficha une mine ahurie. La tournure des évènements était considérablement différente de celle qu'il avait envisagé. Il resta plusieurs secondes à regarder d'un air éberlué la serviette qu'on lui tendait avant de lever le regard vers l'homme aux lunettes teintées. Ces dernières ne pouvaient cacher sa mine qui s'était un peu renfrognée, mais celui-ci ne paraissait pas particulièrement contrarié, bien que Masaki pensait qu'il l'était probablement au fond de lui. Le jeune adolescent ne savait que dire et restait là bêtement à le regarder, le visage tout collant de glace. Son interlocuteur lui posa alors une seconde question :

"Et qu'est ce que quelqu'un comme toi peut bien faire ici ?"

Quelqu'un comme lui ? ... Ici ? ... D'après cette question, Masaki se doutait qu'il n'avait sûrement rien à faire en cet endroit. Mais il était arrivé ici malencontreusement, dans ce coin apparemment mal famé. Le jeune garçon se tritura un peu les doigts tout en émettant quelques petits bruits s'apparentant à des gémissements pendant qu'il méditait la question qu'on venait de lui poser. Mais dans quelle drôle d'aventure s'était-il fourré ? Après tout, il n'était sorti que pour aller manger une glace... Et voilà maintenant où il en était. D'ailleurs, il n'avait même pas pu la finir sa glace. Masaki laissa échapper un "Buuu..." à peine audible... Puis sursauta en poussant un cri d'exclamation. Mais qu'est-ce qu'il était en train de faire là ? On lui tendait une serviette et il ne la prenait même pas !

"Aaah ! Euh, hmm, j-je suis désolé..."


Masaki prit timidement la serviette que son interlocuteur lui tendait toujours et acquiesça de la tête en signe de remerciement. Il devait avoir fini par l'exaspérer à cause de l'attente qu'il avait causé, c'est pour cela qu'il chercha à échapper à son regard en couvrant son visage de cette serviette. Il se mit à frotter maladroitement son visage de haut en bas afin de faire partir ses larmes et la glace qui le couvraient, mais cela ne pouvait évidemment pas remédier au fait qu'il était toujours collant. Après cette petite séance de nettoyage, il retira la serviette de son visage en soupirant et regarda alors ses pieds. Cet homme était décidément bien plus prévenant que Masaki ne l'aurait pensé. Peut-être que toutes les rumeurs à son sujet s'avéraient infondées ? En tout cas, il n'avait aucunement employé la violence pour le soumettre alors qu'il n'avait pas meilleure occasion de le faire. Masaki releva alors la tête et, après quelques moments d'hésitation, reprit la parole afin de répondre à celui qui lui faisait face.

"Humm, euh... Je... Eh bien je... Je me suis perdu... Enfin... Je me suis perdu à cause de ma glace... Et vous savez, il y a eu ces gens, et j'ai eu peur... Alors j'ai couru, couru aussi vite que j'ai pu... Je n'ai pas regardé devant moi et voilà... Je pensais qu'on me poursuivait... Buuu..."


Ce bredouillage malhabile devait paraître bien insipide et sans queue ni tête pour le grand individu. Mais Masaki, bien que dans un sens soulagé, était toujours un peu troublé et n'arrivait pas à s'exprimer convenablement. Il n'osait pas se risquer à observer le visage de son interlocuteur car il avait peur de croiser son regard. Le jeune adolescent n'était déjà pas forcément à l'aise avec les inconnus, alors dans ce genre de situation, il était encore plus gêné et incommodé. Ne sachant donc pas où porter son regard, il chercha un endroit particulier à fixer afin de détourner son attention. Mais son regard se porta soudainement sur la tache de glace qu'il avait lui-même fait sur les habits du grand homme. Décidément, ce n'était vraiment pas malin de courir comme ça avec une glace. Cela refit monter en lui un sentiment de gêne et d'embarras et, serrant la serviette avec ses doigts, il voulut s'apprêter à essayer d'enlever la tache. Mais finalement, il se retint de faire un tel geste car au fond, même si l'intention aurait été bonne, l'action aurait paru particulièrement inconvenante. Il continua donc de fixer la tache et laissa entendre des "Hmm, euh..." en la pointant timidement du doigt. Finalement, il reprit la parole :

"J-je... Je suis désolé... Pour cette tache... Euh... S-si je peux faire quelque chose pour me rattraper, d-dites le moi, monsieur... Euh... Monsieur..."

C'est vrai, même s'il avait reconnu cet homme à cause de la réputation qui le précédait, il ne connaissait en fait même pas son nom. Bien sûr, le lui demander aurait paru très impoli, c'est pourquoi il se retint bien de le faire. Mais il devait quand même se faire pardonner pour l'avoir heurté de plein fouet et pour avoir taché son habit. Cet homme cependant, bien que moins agressif qu'il ne l'aurait pensé, ne semblait pas tellement loquace. Avec lui qui avait du mal à s'exprimer et un homme apparemment taciturne, Masaki se demandait où les mènerait cette conversation et cette situation insolite...


Dernière édition par Masaki Fujiwara le Mer 12 Mai - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Ven 23 Avr - 21:59

Shizuo n'était en effet pas du genre à apprécier qu'on salisse sa tenue de barman. Malgré le nombre de tenus similaires qu'il avait, toutes restaient de précieux cadeau de son frère. En général, ceux qui osaient y toucher finissait mal. Comme ceux qui avaient mis du café dessus ou encore cet imbécile qui l'avait coupé en s'en prenant à Shizuo avec un couteau. Il avait malheureusement fini écrasé contre un immeuble après avoir été au préalable frappé par un lampadaire. Rien de bien agréable en somme. Mais là, l'homme aux lunettes teintées ne s'était pas énervé. Il faut dire qu'il venait de s'énerver contre une bande du fait de son travail. Cependant le fait qu'il ne soit pas énervé tenait certainement plus du fait que le garçon avait bien du mal à inspirer la colère.
Il était certain que la glace était un très mauvais point mais Shizuo avait été tellement gêné par l'expression de terreur du garçon, et également par ses larmes. C'était plus facile d'être fou furieux devant la tête de psychopathe d'Izaya ou devant les petites racailles du quartier surexcitées.
De plus le garçon s'était excusé immédiatement, le plus possible et avait eu bien plus de dommages qu'au barman. C'était la particularité de la situation qui poussait donc le jeune homme à réagir ainsi.
Il se demandait d'ailleurs ce qui pouvait arriver à ce pauvre garçon pour trainer ici. Le quartier n'était pas particulièrement plus dangereux qu'un autre ici, seulement cette rue faisait partie des plus minables d'Ikebukuro. Habitait-il non loin ?
Le grand blond continuait de fumer sa cigarette et ne regardait le garçon que d'un air distrait, comme à son habitude. Mais il pouvait voir malgré tout que le garçon sous sa couche de glace affichait clairement une expression ébahie. On aurait pu penser qu'il se trouvait devant une merveille tant il semblait impressionné. Il ne manquait plus que la bouche grande ouverte et le portrait aurait été parfait. Il avait l'air vraiment surpris. Shizuo sourcilla, était-ce de son fait ? Était-il étonné par Shizuo ou était-il toujours ainsi ? Difficile à dire pour l'instant pour le blondinet, qui abandonna alors déjà la réflexion.
Shizuo eut 'le plaisir' de voir le jeune garçon se triturer les doigts en faisant des bruits plutôt étranges. Le garçon était vraiment bizarre et unique dans son genre, il émit alors un bruit des plus particuliers que Shizuo décoda comme un vague 'Buu...', que voulait donc dire le garçon ? Shizuo écarquilla ses yeux puis remit ses lunettes en place histoire de cacher son étonnement. Le garçon sursauta alors et poussa un petit cri :

"Aaah ! Euh, hmm, j-je suis désolé..."


Encore une fois désolé ? Shizuo avait largement pardonné le garçon et cherchait maintenant un moyen de l'apaiser un peu. Le pauvre, il devait mener une vie impossible à se mettre dans des états pareils. Shizuo n'avait pas l'habitude d'être en contact avec ce genre de personne. Le garçon prit alors la serviette timidement et timidement commença à s'essuyer le visage. Il semblait ne pas vouloir regarder Shizuo dans les yeux. Le grand blond s'apprêtait donc à lui dire quelque chose lorsque le frêle jeune homme releva la tête et dit :

"Humm, euh... Je... Eh bien je... Je me suis perdu... Enfin... Je me suis perdu à cause de ma glace... Et vous savez, il y a eu ces gens, et j'ai eu peur... Alors j'ai couru, couru aussi vite que j'ai pu... Je n'ai pas regardé devant moi et voilà... Je pensais qu'on me poursuivait... Buuu..."

Shizuo était perplexe devant le jeune garçon, il n'avait sincèrement pas compris grand chose à tous ses bredouillements. Il avait cru comprendre en tout et pour tout que le garçon était perdu bien qu'il n'avait pas compris vraiment pourquoi et qu'est ce qui lui arrivait avec ses histoires de poursuivants. Il se passa la main dans les cheveux et dit à son interlocuteur :

"Hé, Calme toi, ça ira mieux. J'ai vraiment rien compris à ce que tu essayais de dire. Qu'est ce qui te panique comme ça ?"


Le regard du garçon papillonnait et ne semblait pas vouloir se fixer. Pourtant ce dernier finit par s'arrêter sur la veste de Shizuo. Sur la tache de glace plus précisément. Le jeune homme pointa du doigt la dite tâche et bafouilla avant de réussir à dire :

"J-je... Je suis désolé... Pour cette tache... Euh... S-si je peux faire quelque chose pour me rattraper, d-dites le moi, monsieur... Euh... Monsieur..."

Shizuo soupira préférant ne pas repenser à la tâche de glace. Il répondit simplement en expirant un nuage de fumée:

"Heiwajima, je m'appelle Shizuo Heiwajima. Et toi, comment est ce que tu t'appelles, jeune homme ?"


Il regarda du coin de l'œil le jeune homme, se demandant ce qu'il allait pouvoir faire du jeune homme. Il ne pouvait le laisser ici, sinon il lui arriverait des bricoles mais arriverait il à faire parler un tant soit peu le garçon pour savoir quoi faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Lun 26 Avr - 16:05

Pendant tout le temps où Masaki ne l'avait pas observé, l'homme aux cheveux blonds avait manifesté un sentiment de trouble et de gêne face aux gesticulations et aux bafouillages déconcertants et inexplicables du jeune adolescent. Cependant, Masaki n'avait pas pu déceler la perplexité de son interlocuteur puisqu'il n'avait pas encore osé le regarder totalement en face depuis le début de leur conversation saugrenue. D'ailleurs, son embarras et sa nervosité l'avait même empêché d'entendre l'homme qui lui faisait face dire :

"Hé, Calme toi, ça ira mieux. J'ai vraiment rien compris à ce que tu essayais de dire. Qu'est ce qui te panique comme ça ?"


Masaki était vraiment obnubilé par cette tache de glace. Non pas parce qu'il regrettait sa délicieuse glace malheureusement perdue, mais parce qu'elle était devenue la cause d'un embarras encore grand. Bien sûr, il déplorait cette perte mais... Franchement, c'était incroyable, capable de toujours penser à sa glace en un moment pareil ! Quel piètre individu il faisait... Mais non, il était normal de se préoccuper de cette glace, après tout, elle avait taché... Ce Monsieur...

"Heiwajima, je m'appelle Shizuo Heiwajima. Et toi, comment est-ce que tu t'appelles, jeune homme ?"


C'est ce que dit cet homme après avoir tiré sur sa cigarette pour délivrer une bouffée de fumée... Qui ne manqua pas de piquer les yeux de Masaki et le fit toussoter. Le jeune garçon n'avait pas l'habitude d'être en compagnie de gens qui fumaient, c'est pourquoi l'âpreté de la fumée qui vint lui chatouiller le visage provoqua en lui une réaction spontanément négative. Loin de lui l'idée de vouloir paraître désagréable, mais il ne pouvait s'empêcher de tousser.

"*tousse* *tousse* P-pardon... M-monsieur Heiwajima... *tousse*"

Le jeune adolescent cessa finalement de tousser lorsque l'écran de fumée devant lui commença à se dissiper. La dispersion de la fumée lui permit également de voir que ce monsieur Heiwajima avait froncé les sourcils, probablement à cause de sa séance désobligeante de toux. Et voilà, encore une attitude supplémentaire pour paraître détestable. Décidément, ce monsieur Heiwajima devait avoir une bien basse opinion de lui...
Masaki rebaissa les yeux et émit à nouveaux quelques bruits étranges avant de répondre à la question qu'on lui avait posée :

"Fu-fujiwara Masaki... ... ... ... Euh...Ravi de vous rencontrer, monsieur Heiwajima..."

Après avoir dit cela, Masaki retomba dans le silence... Et ne sachant que faire, il se tortilla les mains tout en essayant de réfléchir. Il était bel et bien perdu mais... Ce monsieur Heiwajima qui l'avait au premier abord effrayé était en fait bien plus aimable qu'il ne l'avait pensé. Bien sûr, du fait de son comportement déplorable, Masaki se disait qu'il l'avait sûrement quelque peu voire beaucoup irrité mais, cet homme semblait vraiment sensible à la détresse du jeune garçon. Évidemment, il ne voulait pas le déranger davantage, il lui avait déjà causé bien assez de soucis mais... Il avait peur de rester ici, et il ne pouvait sûrement pas rentrer chez lui tout seul, après tout, il ne connaissait même pas cette partie de la ville. Et si jamais il faisait encore de mauvaises rencontres... Si cela arrivait... Il serait vraiment dans le pétrin. C'est pourquoi il leva les yeux vers son interlocuteur et reprit la parole :

"Euh... Hmm... E-excusez-moi... Je... Je ne voudrais pas vous déranger davantage mais... P-pourriez-vous m'aider à rentrer chez moi ?"

Et en énonçant cela, Masaki se mit de nouveau à rougir d'embarras. C'était un peu honteux de demander quelque chose comme ça à un inconnu quand on était un grand adolescent mais... Le jeune garçon ne pouvait pas faire autrement. Peut-être que monsieur Heiwajima allait le laisser là après un soupir d'exaspération et s'en aller, après tout, il l'avait déjà bien assez embêté comme ça, et il devait sûrement se considérer heureux de n'avoir pas déjà été violenté pour ses actes plus que déplaisants. Et puis finalement, peut-être que se faire accompagner jusque devant chez soi n'était pas vraiment une bonne idée. Oui, au vu de la réputation de ce monsieur Heiwajima, cela pouvait se révéler dangereux. Il saurait où il habitait et... Si jamais il voulait se venger... Ou si... Ou ça... Ou bien... Ou alors...Tout s'embrouillait dans la tête du petit Masaki. Mais ce qui résulta de sa petite réflexion confuse, ce fut la forte impression inattendue que lui avait laissé monsieur Heiwajima. C'était un individu apparemment bienveillant en fait... Et malgré sa carrure assez imposante, il ne semblait pas plus menaçant que ça... Enfin, dire ça quand on avait une stature ridicule... Mais ce monsieur Heiwajima semblait avoir plutôt bon fond. C'est pour cela que Masaki décida de lui faire confiance. Mais tout de même, c'était plutôt gênant de demander quelque chose comme ça... Et surtout, le jeune adolescent ne voulait pas déranger davantage son interlocuteur, malgré le fait qu'il nécessitait grandement son aide.

"Enfin... Je veux dire... Si vous pouviez m'amener à une des rues principales... Juste pour que je me repère... J-je pourrai me débrouiller seul quand j'aurai reconnu un lieu que je connais... Enfin... Si c'est possible ?"


Malgré le fait qu'il n'y avait pas vraiment de quoi s'inquiéter, Masaki attendait tout de même anxieusement la réponse de l'homme à la chevelure blonde...

*Buuuu... ;__;*


Dernière édition par Masaki Fujiwara le Mer 12 Mai - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Jeu 29 Avr - 17:51

Shizuo n'arrivait pas à savoir si le garçon l'avait entendu ou non. Il ne paraissait pas avoir réagit mais il n'était quand même pas sourd ? Un chose était sure ; le garçon n'était pas plus calme qu'avant. Shizuo était un peu exaspéré... Ce garçon avait l'air traumatisé alors qu'il ne lui avait rien fait. Les paroles de Celty lui revinrent en tête et il se dit qu'il ne comprenait simplement pas ce qui se passait dans la tête du jeune homme. Le grand blond était toujours en train de fumer et attendait une réponse du jeune homme tout en gardant un air absent. Le garçon n'avait pas l'air de réagir rapidement non plus, bien trop préoccupé par la tache sur la veste de Shizuo apparemment. Celui-ci était bien embêté car il avait donné son mouchoir au jeune homme pour essuyer son visage mais le bout de tissu était désormais complètement inutilisable. Du coup le garçon ne voulait pas quitter la tache des yeux. Il sembla se reprendre juste au moment où Shizuo expira une bonne bouffée de fumée. Malheureusement il n'avait pas l'air mieux :

"*tousse* *tousse* P-pardon... M-monsieur Heiwajima... *tousse*"

Shizuo fronça les sourcils mais il était en réalité plus étonné qu'énervé. Pour dire vrai, il avait l'habitude de fumer seulement en compagnie de Celty, Tom ou seul. Celty n'avait évidemment jamais été gênée par la fumée, Tom ne disait rien à ce sujet non plus alors Shizuo avait certainement pris de mauvaises habitudes. Il bougonna quelques paroles inaudibles puis décida d'essayer de ne plus expire sa fumée sur le jeune homme. Il s'était sentit coupable en voyant le petit visage rose du garçon adopter une expression relativement dégoutée. Le blondinet se résolu à finir sa cigarette et l'écrasa sous sa chaussure d'une manière nonchalante. Il reporta son attention sur le jeune homme, qui était en train de parler :

"Fu-fujiwara Masaki... ... ... ... Euh...Ravi de vous rencontrer, monsieur Heiwajima..."


Shizuo ne put comprendre les premiers mots du garçon, qui résonnèrent seulement comme un cafouillage à ses oreilles. Vraiment le garçon n'arrivait pas à se calmer. Cela exaspérait un peu le barman qui ressentait en effet un sentiment entre l'agacement et l'attendrissement d'un autre coté. Un entre deux plutôt rare chez Shizuo qui avait tendance à être plutôt impulsif et s'énerver tout de suite que de se contrôler. Cependant il restait largement plus calme face à des enfants et le visage de Masaki était tellement enfantin. Peut être était cela qui rendait Shizuo plus clément involontairement à son égard. En tout cas, Masaki Fujiwara n'était pas un nom qu'il avait déjà entendu enfin tant mieux, cela signifiait surement moins d'ennuis. Shizuo hésita à lui dire de l'appeler simplement Shizuo comme c'était plus court mais comme ils risquaient de se quitter dans peu de temps, il abandonna cette idée. Le garçon retomba ensuite dans un mutisme alors qu'il se triturait les mains. Il semblait vouloir parler et Shizuo jugea bon de ne pas l'interrompre en si bonne voie. Il mit donc simplement ses mains dans ses poche en attendant la réponse du jeune homme. Fallait il l'aider alors ? Shizuo se demandait quel age pouvait bien avoir ce jeune garçon ? Il lui aurait donné une quinzaine d'années mais sa carrure et son visage candide tendait à le rajeunir. Ce qui intriguait également beaucoup Shizuo était la raison qui l'avait amené ici. Se perdre dans sa propre ville n'était pas si étonnant ici comme le quartier était grand mais c'était assez rare quand même de s'aventurer dans des lieux inconnus. Masaki prit enfin la parole :

"Euh... Hmm... E-excusez-moi... Je... Je ne voudrais pas vous déranger davantage mais... P-pourriez-vous m'aider à rentrer chez moi ?"

Shizuo ne savait pas ou habitait le garçon mais s'il habitait loin il risquait de ne pas pouvoir rejoindre Tom à temps pour la suite de son boulot. Malgré tout le petit avait l'air trop frêle pour rester seul ici et puis s'il s'était perdu Shizuo n'allait pas le laisser ici. Il maugréa un 'ouais'. Pas certain de la direction qu'il devait prendre il regarda le garçon qui semblant reprendre un peu d'assurance, dit :

"Enfin... Je veux dire... Si vous pouviez m'amener à une des rues principales... Juste pour que je me repère... J-je pourrai me débrouiller seul quand j'aurai reconnu un lieu que je connais... Enfin... Si c'est possible ?"


Le garçon semblait se ressaisir.Shizuo acquiesa alors simplement. Il remit ensuite ses lunettes en place puis demandant au garçon de l'excuser il passa un coup de fil à Tom pour l'informer d'une tache à finir. Shizuo regardait le garçon durant sa communication, ce dernier semblait extrêmement inquiet. Shizuo raccrocha puis il regarda le jeune garçon et dit :

- Le plus rapide serait de me donner ton adresse parce que je ne suis pas sur de te faire passer par un endroit que tu connaisses ?

Curieusement et sous son air renfrogné, Shizuo prenait sa mission plutôt au sérieux et comptait bien ramener Masaki tranquillement à destination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Ven 7 Mai - 17:16

Oui, Masaki avait prit son courage à deux mains pour pouvoir demander une telle chose à cet inconnu, qu'il avait non seulement bousculé, taché, et sûrement irrité. Et il continuait de l'importuner en lui demandant de l'aider à revenir chez lui. Cependant, cet homme qui, d'après sa réputation n'était probablement pas de très bonne compagnie, avait quelque chose qui effrayait mais qui apaisait en même temps le jeune garçon. D'après ce qu'il avait pu en voir, cet homme n'avait pas l'air d'avoir mauvais fond, loin de là. Mais ces sentiments intriqués causaient un état de confusion chez Masaki qui, ne savant plus comment considérer son interlocuteur, éprouvait une certaine inquiétude mêlée cependant à une impression étrange de sécurité. Certes, les diverses rumeurs circulant sur cet homme à l'agressivité notoire et à la force prodigieuse troublaient et angoissaient le garçon, mais malgré tout, il essayait de se reprendre et de ne pas laisser sa trop grande émotivité l'envahir. C'est pourquoi il essaya de reprendre son calme. Il prit une profonde inspiration avant de souffler doucement, ce qui s'apparenta à un léger soupir, et leva timidement les yeux vers son interlocuteur tout en se grattant la joue pour exprimer son embarras et sa gêne. Il vit alors le dénommé Heiwajima Shizuo acquiescer en signe d'accord à sa demande, ce qui produisit en Masaki une certaine joie qui s'exprima par un sourire. Certes, ce monsieur Heiwajima n'était pas très loquace, mais il paraissait assez gentil finalement, malgré sa taciturnité qui le faisait apparaître comme un être distant et un peu froid. Masaki se courba en signe de remerciement, et aperçut en se relevant monsieur Heiwajima relever ses lunettes teintées et s'excuser, disant qu'il devait passer un appel à quelqu'un avant de s'éloigner un peu. Masaki hocha la tête en guise d'approbation, et regarda le grand homme blond se mettre légèrement en retrait afin de téléphoner tranquillement. Il le vit cliquer de son pouce sur son téléphone, sans doute pour chercher le nom d'un de ses contacts, puis il porta l'appareil à son oreille, son autre main toujours dans sa poche. Mais tout à coup, Masaki eut un sursaut et se retourna brusquement. Pourquoi appelait-il ? Qui appelait-il ? ... Ces questions pouvaient trouver une réponse toute naturelle. Il pouvait très bien appeler un ami pour dire qu'il serait en retard à leur rendez-vous, ou bien quelqu'un de sa famille, ou bien un collègue... Et tout ça à cause de Masaki... Mais... Qu'en était-il s'il était en fait en train d'appeler certains de ses camarades pour qu'ils puissent s'amuser avec lui à persécuter le garçon sans défense qu'il était ? Il n'aurait aucun mal à le retenir ici en attendant l'arrivée de ses amis ! Masaki fut soudainement envahi par une sorte de peur panique et jetait des coups d'oeil inquiets à l'homme en pleine conversation téléphonique. Il aurait pu s'enfuir à ce moment là... Mais la peur le tétanisait et l'empêchait de bouger ses membres. Et puis, de toute façon, il l'aurait sûrement rattrapé... Le jeune garçon resta cloué sur place, angoissé. Bien sûr, de la distance où il était, il aurait très bien pu entendre ce que disait l'homme à la singulière tenue de barman, mais sa panique l'empêchait d'écouter et de comprendre avec discernement les paroles qu'échangeait monsieur Heiwajima avec la personne à l'autre bout de la ligne. Mais peut-être qu'il se faisait encore des idées, et des idées vraiment farfelues, au vu de son imagination parfois trop débordante... Et puis, monsieur Heiwajima ne semblait pas du tout le type de personne à faire ce genre de choses après tout ! Pourquoi avait-il eu cette idée stupide et saugrenue ? A cause de la réputation de monsieur Heiwajima ? Décidément, il ne savait plus où il en était. Masaki prit sa tête entre ses deux mains en la secouant violemment, comme pour balayer de ses pensées toute ses hypothèses sordides qui naissaient de son esprit angoissé. Certes, Masaki était d'un naturel anxieux, mais là, il allait un peu loin, même trop loin. Finalement, l'homme avait fini sa conversation et était revenu auprès de Masaki qui chassa tant bien que mal toutes ces idées noires. Masaki le regarda avec un sourire quelque peu crispé, et monsieur Heiwajima prit la parole :

"Le plus rapide serait de me donner ton adresse parce que je ne suis pas sûr de te faire passer par un endroit que tu connaisses ?"

Le cœur de Masaki se remit à battre la chamade après ses paroles. Lui donner son adresse ? Était-ce bien prudent ? Peut-être allait-il... N-non, non non non non non ! Il devait arrêter de raisonner comme ça ! Évidemment, donner son adresse à un inconnu était peu recommandé car cela pouvait s'avérer dangereux, mais... Cette impression étrange de fermeté qui se dégageait de l'aura de monsieur Heiwajima et qui inspirait un curieux sentiment de sûreté chez Masaki reprenait le dessus. Malgré son air renfrogné, que Masaki prit finalement comme son air habituel, cet homme semblait pouvoir être d'une grande fiabilité. Bien sûr, le jeune garçon n'était toujours pas totalement rassuré, mais en observant monsieur Heiwajima, il réussissait à se tranquilliser peu à peu... C'était une impression des plus étranges, mais Masaki se laissa finalement prendre par cet apaisement. Il se risqua à lui dévoiler son adresse, non sans une certaine appréhension, mais il s'y résigna. Peut-être parce qu'il n'avait pas le choix, peut-être parce qu'il avait encore peur au fond de lui et n'osait pas aller à l'encontre ce qu'on lui avait demandé, ou bien peut-être parce qu'il faisait confiance à l'homme qui avait décidé de le raccompagner jusque chez lui. Le jeune garçon fit donc part de son adresse et se courba de nouveau.

"E-en tout cas, merci infiniment, monsieur Heiwajima ! Je suis désolé de solliciter autant votre aide et de vous déranger. Je vous suis vraiment redevable."

Masaki esquissa alors un sourire mal assuré mais sincère, et attendit que monsieur Heiwajima prenne la direction appropriée afin de le suivre. Quelle drôle de journée ça avait été... Toute cette aventure pour une simple petite glace... Oh, la glace ! Masaki baissa le regard pour regarder les restes de sa glace sur le sol. Il l'avait déjà bien entamé, mais il trouva tout de même dommage le fait qu'il n'eût pas pu la finir... Il repensa alors à la tache qu'il avait fait sur le costume de barman de monsieur Heiwajima. D'après les rumeurs, c'était l'unique habit actuellement dont il se vêtait, ou plutôt l'unique genre d'habit. Il n'avait sûrement donc pas qu'une seule tenue de ce genre, mais pour porter ce type de tenue quotidiennement, il devait y attacher beaucoup d'importance. Peut-être y était-il attaché sentimentalement ? Ou peut-être tout simplement que cette tenue lui plaisait. Car même s'il était barman, il ne porterait pas cette tenue toute la journée... Si ? ... Enfin, monsieur Heiwajima était quand même très gentil envers lui, et lui n'avait fait que l'importuner, alors... Il devait quand même se faire pardonner d'une manière ou d'une autre... Le jeune garçon interrompit alors l'homme visiblement en pleine réflexion sur le meilleur itinéraire à emprunter afin de lui soumettre une autre demande.

"Euh, excusez-moi monsieur Heiwajima... Est-ce que vous êtes particulièrement pressé ? P-parce que, si vous n'êtes trop occupé... Pourriez m'amener en fait au supermarché le plus proche ?"

Finalement, le garçon se demanda si c'était une bonne idée de demander une telle chose... Certes, il voulait se racheter, mais monsieur Heiwajima était sûrement affairé, d'autant plus que la communication qu'il avait eu précédemment avait probablement eu pour but d'informer quelqu'un de son éventuel retard... S'il n'était pas occupé, il n'aurait sûrement appelé personne et aurait conduit Masaki directement chez lui... Mais tout de même, le garçon tenta cette alternative.


Dernière édition par Masaki Fujiwara le Ven 14 Mai - 19:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Dim 9 Mai - 17:25

Le jeune garçon à la glace continuait de s'agiter, Shizuo avait pu le voir lorsqu'il avait passé son appel à Tom. Il faisait toutes sortes de mimiques et paraissait en plein combat intérieur. Le blondinet riait intérieurement, quand même il était tombé sur un sacré numéro. Et ce n'était pas comme si Shizuo était du genre à rire pour tout. Non le petit brun était juste sérieusement drôle. Shizuo raccrocha et revint vers l'adolescent. En se rapprochant de Masaki il cru que celui ci allait détaler en courant. Le garçon était à la limite de s'écrouler en pleurs d'après Shizuo. Le barman s'apprêtait à poser ses mains sur les épaules du garçon pour l'apaiser mais ce dernier parut se calmer spontanément. Le grand blond haussa un sourcil, se demandant si le jeune homme était effectivement calme et prêt à répondre à ses questions ou si le calme était simplement temporaire ou bien apparent ? Shizuo n'avait pas trop réfléchit au pourquoi son interlocuteur était mal à l'aise, il n'était donc pas spécialement doux ou autres, mais il restait lui même. Ce qui donnait en temps normal un adulte pas trop effrayant. Assez calme et dégageant une aura tout à normale, déjà un peu impressionnant du fait de sa tenue mais rien de follement étrange. Totalement différent de ce que l'on pouvait ressentir en face de Celty par exemple. La réputation de Shizuo mise de coté, il n'y avait pas de raisons de le craindre.
Le garçon, revenant à la réalité, donna son adresse à Shizuo puis il fit une petite courbette et ajouta :

"E-en tout cas, merci infiniment, monsieur Heiwajima ! Je suis désolé de solliciter autant votre aide et de vous déranger. Je vous suis vraiment redevable."


Shizuo réfléchit rapidement à la dernière fois qu'on l'avait remercié... La seule personne à le remercier devait être Celty. Et cela restait plutôt rare. Il n'était pas du genre à rendre service aux gens, et en général on l'enquiquinait largement plus souvent pour qu'il paye les réparations de ses dégâts. Voilà pourquoi l'ex barman était un peu interloqué. Il ne dit rien mais il était touché par les mots du jeune homme. De plus que d'après lui il ne faisait rien de spécial. Le garçon lui avait fait plaisir. Shizuo devait aussi être bien luné aujourd'hui mais il était aussi dans un état d'esprit un peu différent de celui de d'habitude. Il ne craignait pas de s'énerver comme à son habitude, il se sentait plutôt normal. À vrai dire, il n'avait presque plus peur. Le garçon devait avoir une bonne influence sur lui. C'était peut être également du au fait qu'ils se trouvaient dans des ruelles désertes. C'était en tout très reposant pour le blond, qui n'avait pas spécialement envie de sa hâter dans sa mission. Cela peut paraitre curieux mais Shizuo avait un peu envie de mieux connaitre ce jeune homme. Les personnalités comme lui étaient assez rares et il était si différent de Shizuo à son age que cela l'intriguait.

Le jeune homme se reprit tout de même et réfléchit à l'adresse que lui avait donné le petit Masaki. C'était plutôt loin d'ici, il avait fait une petite trotte mine de rien. Le collecteur de dettes se demandait par ou il serait prudent de passer quand il fut ramené à la réalité par l'adolescent en face de lui :

"Euh, excusez-moi monsieur Heiwajima... Est-ce que vous êtes particulièrement pressé ? P-parce que, si vous n'êtes trop occupé... Pourriez m'amener en fait au supermarché le plus proche ?"

Shizuo haussa les épaules.
En vérité, non. Il n'était pas pressé maintenant qu'il avait prévenu Tom, et de toute façon même s'il l'avait été dans l'absolu cela ne l'aurait pas inquiété plus que cela. Il répondit donc au garçon en lui disant qu'il n'était pas pressé et qu'il le conduirait au supermarché le plus proche sans problème. Shizuo ne dit rien mais il remarqua querçon regardait sa glace d'un air dépité. Il y avait de quoi mais tout de même. Sur ce, il commença à marcher. Le supermarché auquel pensait le blondinet n'était vraiment pas loin et il y serait en peu de temps. À peine une centaine de mètres, s'ils arrivaient à sortir de ce bourbier. Néanmoins Shizuo se demandait ce qu'allait bien pouvoir fabriquer Masaki dans ce supermarché ? Est ce que Shizuo le laisserait là ou c'était une course urgente avant de rentrer chez lui ? Retrouverait il son chemin s'il le laissait devant la boutique ? Et que comptait il acheter ? Les glaces telles que celle qu'il avait avant de percuter Shizuo ne se trouvait certainement pas dans un supermarché. Et puis il aurait fallu être vraiment dérangé pour vouloir s'acheter une glace à tout prix comme cela. Le grand blond soupira.

- Le supermarché alors. Tu peux marcher à côté de moi, tu sais.

Shizuo regardait Masaki calmement, cela ne le dérangeait pas vraiment que le garçon préfère rester derrière mais tout de même. Inconsciemment le blondinet n'avait pas envie d'être craint par tout le monde, et donc pas non plus par ce jeune homme. Il avait un peu envie de se sociabiliser sans se l'avouer. Son ton n'avait en outre rien d'agressif, il était plutôt doux.

Les rues se succédaient pour les deux jeunes gens, dans ce coin là d'Ikebukuro tout se ressemblait... La sortie se laissait apercevoir. Lorsqu'ils s'extrairent des ruelles, ils atterrirent dans une rue de commerce. Le supermarché était visible de loin. Shizuo traversa alors la route suivit de Masaki, le supermarché n'était plus qu'à une vingtaine de mètres. L'ex barman lança alors :

- Qu'est ce que tu comptes acheter là dedans ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Mer 12 Mai - 20:17

Tout de même gêné par sa demande, Masaki ne pouvait s'empêcher de penser que sa sollicitation était quand même impolie. Monsieur Heiwajima avait gentiment accepté de le raccompagner jusque chez lui, et en lui demandant encore plus, le garçon avait l'impression d'abuser de sa bonté. Mais après tout, s'il avait demandé cela, c'était en quelque sorte pour le dédommager de tous les tracas qu'il lui avait causé... Enfin, c'était plus une compensation qu'autre chose mais... C'était quand même le minimum à faire. C'est alors que Masaki vit son interlocuteur hausser les épaules, indiquant probablement par là que cela ne le dérangeait pas plus que ça de le conduire là où il le souhaitait. Masaki lui répondit par un sourire timide, sourire auquel l'homme au costume de barman répliqua qu'il n'avait rien de pressant à faire et qu'il serait prêt à l'amener à la grande surface la plus proche. Le garçon regarda une dernière fois les restes de sa glace encore visibles sur le bitume, puis releva la tête et aperçut l'homme à la chevelure blonde lui faire un signe de tête pour indiquer qu'ils allaient entamer leur petit voyage. Masaki acquiesça et suivit le dénommé Heiwajima qui prit la tête du petit duo. C'est alors que, pendant qu'il s'apprêtait à le suivre docilement, Masaki entendit un soupir.

"Le supermarché alors. Tu peux marcher à côté de moi, tu sais."

Masaki s'arrêta quelques secondes sans rien dire. Il regarda non sans un air interrogateur et un peu surpris le large dos de l'homme devant lui qui avait commencé à s'éloigner de quelques pas, puis il reprit la marche, au même rythme que celui qu'il avait adopté juste avant la remarque qu'on lui avait faite. A vrai dire, Masaki avait naturellement entrepris de marcher derrière monsieur Heiwajima, tout d'abord parce qu'il ne faisait que le suivre, mais surtout parce que ce n'était pas dans son caractère de marcher à côté de quelqu'un qu'il ne connaissait pas très bien. Se positionner ainsi aurait été faire preuve d'une certaine familiarité, c'était un comportement que l'on adoptait avec des personnes que l'on connaissait relativement bien... En tout cas, c'était ainsi qu'avait toujours pensé Masaki. C'était aussi par preuve d'un certain respect envers monsieur Heiwajima dans un sens, ou peut-être était-ce à cause du fait qu'il était toujours un peu intimidé par cette certaine prestance qui se dégageait de lui... Cependant, monsieur Heiwajima lui avait proposé de venir marcher à côté lui, et le garçon ne s'y était pas vraiment attendu. A vrai dire, il ne pensait pas que ce fusse dans le tempérament de cet homme de suggérer une telle chose. Mais après tout, peut-être que cet homme au regard un peu dissimulé derrière ses lunettes teintées était beaucoup plus sensible qu'il n'en avait l'air, d'autant plus qu'il avait proposé cela avec un ton plutôt posé, ce qui avait fait davantage paraître sa proposition comme une invitation plutôt qu'un ordre. Et puis, au fond, c'était parfaitement humain. Malgré toutes les rumeurs qui couraient sur monsieur Heiwajima, il semblait un peu comme tout le monde, c'était un être humain lui aussi. Certes, sa chevelure blonde et ses habits n'étaient pas des plus communs, et il attirait forcément l'attention au milieu des foules japonaises parcourant Ikebukuro... Mais, dans le fond, ce n'était pas différent de Masaki, qui lui avait un physique sortant de la norme pour un habitant du Japon...
Le garçon était en train de regarder le sol pendant qu'il était plongé dans ces pensées. En effet, la distance qui était entre eux donnait soit la sensation que Masaki avait peur de cet homme, soit qu'il avait été réprimandé et donc n'osait donc marcher trop près de lui. Il releva alors la tête, et courut tout à coup jusqu'aux côtés de l'homme qui marchait devant lui avant de reprendre la marche normalement. C'était toujours cette impression de sécurité qu'inspirait monsieur Heiwajima qui prédominait dans les sentiments de Masaki, c'est pourquoi il se résolut à faire ce qu'il lui avait suggéré. Peut-être que monsieur Heiwajima voulait juste paraître amical et montrer qu'il n'y avait pas de raison de le craindre... En tout cas, Masaki était désormais à côté de lui et marchait au même rythme. Cependant, cela mit finalement un peu mal à l'aise le garçon. Il était désormais côte à côte avec monsieur Heiwajima, et le silence qui s'instaura alors entre eux était un peu oppressant. Masaki savait que l'homme aux cheveux blonds n'était pas très loquace, et lui-même était un peu gêné et ne savait que dire, alors il continua à avancer de sa démarche maladroite aux côtés de monsieur Heiwajima qui lui, les mains toujours dans les poches, fixait toujours droit devant lui.
Les rues défilaient, toujours semblables les unes aux autres, et ils ne disaient toujours rien. Le jeune garçon se demandait ce qui pouvait bien se passer dans la tête de monsieur Heiwajima. Il semblait impassible, mais qu'est-ce qu'il pouvait dissimuler derrière ce regard franc et presque impénétrable ? Peut-être rien après tout... Finalement, leur arrivée dans une rue commerçante sortit Masaki de ses réflexions. Cette rue était fort animée, et cela interpella le garçon qui s'arrêta quelques instants pour la regarder. Masaki avait quelques fois rêvé de pouvoir déambuler dans ce genre de rue avec des amis, comme le faisait la plupart des adolescents de son âge... Mais cela n'était encore jamais arrivé... Masaki vit alors l'homme à la tenue de barman traverser la rue et le suivit précipitamment. Apparemment, il semblait bien se diriger vers ce qui s'apparentait à un supermarché.

"Qu'est ce que tu comptes acheter là dedans ?"

C'est ce que dit monsieur Heiwajima alors qu'ils se rapprochaient du supermarché en question. Masaki ne répondit pas tout de suite et attendit qu'ils fussent devant le magasin pour répondre. Des gens entraient et sortaient, sacs de courses en main, et Masaki observa ce va et vient pendant quelques secondes avant de se retourner vers l'homme à la chevelure blonde. Il était normal qu'il y ait du monde à cette heure-là, les gens devaient être en train de faire des courses pour leur... Repas du soir...

"Euh, j'ai besoin de faire quelques courses... P-pour ce soir... Je risque d'être un peu long en raison du monde qu'il y a donc... Euh... Si vous n'avez rien à acheter, pourriez-vous m'attendre ici ? J-je ferai le plus vite possible ! Je suis désolé !"

Et avec ces mots prononcés, Masaki traversa les portes automatiques du supermarché pour s'y engouffrer. Il se demandait ce qu'allait encore en penser monsieur Heiwajima. Il lui demandait de l'attendre alors qu'il risquait de prendre du temps. Honnêtement, Masaki aurait pu se débrouiller pour rentrer chez lui afin laisser l'homme qui devait l'attendre retourner à ce qu'il devait faire. Mais c'était plus fort que lui. Il voulait se rassurer en étant sûr de trouver tranquillement son chemin après, grâce à monsieur Heiwajima... Mais tout de même, il aurait très bien pu lui demander le chemin et le laisser partir ensuite... En réalité, Masaki voulait se faire pardonner, mais il commençait bien maladroitement. Car ce qu'il avait demandé à monsieur Heiwajima était en fait en quelque sorte nécessaire... Masaki prit alors un panier et commença à s'aventurer dans les rayons en se demandant ce que pouvait bien faire monsieur Heiwajima dehors...

___________________________________________________________________________

Après une trentaine de minutes, Masaki ressortit du supermarché avec deux sacs de course à la main. Finalement, il avait été un peu plus rapide qu'il ne l'avait prévu, et c'était bien sûr pour le mieux. Il regarda devant le magasin mais ne vit monsieur Heiwajima nulle part et commença alors à s'inquiéter. Peut-être avait-il décidé de partir, c'était compréhensible... Mais Masaki décida de bien regarder les alentours et de balayer la rue du regard. C'est alors qu'il le vit, adossé non loin de là contre un mur. Masaki poussa un soupir de soulagement et courut en direction de monsieur Heiwajima, manquant au passage de tomber par terre en trébuchant. Il se demandait d'ailleurs ce qu'il avait fait pendant tout ce temps. Etait-il resté là durant toute l'absence du garçon ? A quoi avait-il pu bien pensé ? Masaki n'en aurait sans doute jamais la réponse, mais il espérait en tout cas qu'il ne lui en voudrait pas trop. Lorsqu'il fut arrivé à ses côtés, il reprit son souffle et engagea de nouveau la conversation.

"Merci beaucoup de m'avoir attendu, je suis sincèrement désolé ! Pardon de vous avoir fait attendre... Merci encore."


Masaki s'inclina en signe d'excuse et de remerciement, sans regarder la réaction de l'homme aux cheveux blonds, de peur de l'avoir contrarié. Mais il l'avait attendu... Peut-être prenait-il vraiment sa petite "mission" au sérieux ? En tout cas, Masaki lui était encore une fois redevable. Il lui déclara qu'il était fin prêt à reprendre la route. Mais avant cela, il fouilla dans un de ses sacs, y remua plusieurs paquets et en sortit ce qui s'apparentait à un gâteau, plus exactement une sorte de gaufre. Masaki défit le plastique qui l'enveloppait et le tendit à l'homme qui lui faisait face.

"Euh, c'est un petit quelque chose pour vous... Je sais que ce n'est pas grand chose mais... Veuillez accepter ceci pour l'instant, s'il vous plaît..."

C'était une glace au matcha et à l'azuki, enrobée de gaufrette. Le garçon aimait beaucoup ce genre de glacé gaufrée, et cela faisait longtemps qu'il n'en avait pas mangé. Il ne savait pas si cela allait plaire à monsieur Heiwajima, étant donné qu'il ne connaissait pas ses goûts. Néanmoins, il se disait qu'une petite douceur ne pouvait pas faire de mal, et il attendit que l'homme qui lui faisait face la prenne.

[ D-désolé Shizuo de n'y être encore une fois pas aller de main morte ;__; D'autant plus que, vu le niveau de mon rp là, j'aurai pu essayer de faire moins long pour que ce soit moins lourd ^^' Et j'ai aussi peut-être pris un peu de libertés, j'espère que tu voudras bien m'en excuser, buuu ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Dim 23 Mai - 9:01

[ Mais non tu ne m'embêtes pas :D
Ce qui m'a trop fait rire par contre le passage trop mignon de Masaki qui se met à courir pour rattraper Shizuo puis l'observe impressionné se demandant ce que dissimule Shizuo et... qui en conclue que Shizuo ne dissimule peut être rien xD
J'ai bien rigolé en lisant cela~ enfin, puisses tu me pardonner pour le mega retard >< ]


Shizuo continuait de marcher suivit par Masaki. Il se rendit compte que sa proposition n'avait pas été acceptée par le garçon. Sans rien laisser paraitre, le grand blond eut un pincement au cœur, il avait le sentiment d'effrayer contre son gré. Il n'aimait pas cette réputation qui lui collait à la peau et qui depuis tout à l'heure semblait terroriser le petit Masaki. Le jeune homme vêtu d'un costume de barman ne dit rien, après tout cet adolescent était seulement la 1362eme personne à réagir ainsi. Et puis la situation n'était pas si extrême, un peu blessante mais Shizuo s'était déjà fait insulter de monstre ou bien pire alors il n'y avait pas de quoi être blessé ici.
C'est pourquoi le blondinet entreprit de penser à autre chose, de toute manière il allait certainement bientôt laisser le jeune garçon à la glace. Ce n'est pas comme si ce n'est pas comme si ce qu'un inconnu pouvait penser de lui l'importait. Il se concentra sur les maisons, toutes identiques, qu'ils dépassaient. Que ce quartier était laid. Shizuo était en train de se perdre dans la contemplation d'une fenêtre sale quand il entendit des bruits de pas plus marqués derrière lui. Il jeta alors un œil dans son dos sans se retourner complètement pour voir le jeune Masaki courir afin de revenir à sa hauteur. Ce minuscule acte avait quelque chose de solennel. Pourtant la démarche du garçon et son visage étaient loin d'être graves mais le geste toucha Shizuo. Cela peut paraitre surprenant mais une attitude si candide face à lui était rare et il appréciait le sentiment que dégageait Masaki. En effet, en agissant comme un enfant face à lui, Shizuo se sentait plus responsable et plus calme ; son instinct paternel surement. Un demi sourire prit place sur son visage, cependant il ne devint pas plus loquace pour autant.

Les deux jeunes gens arrivèrent donc devant le supermarché en silence. Shizuo posa une question sur ses projets à Masaki mais le jeune homme ne répondit qu'au dernier instant. Juste avant de s'engouffre dans le magasin, l'adolescent répondit :

"Euh, j'ai besoin de faire quelques courses... P-pour ce soir... Je risque d'être un peu long en raison du monde qu'il y a donc... Euh... Si vous n'avez rien à acheter, pourriez-vous m'attendre ici ? J-je ferai le plus vite possible ! Je suis désolé !"


Shizuo n'eut pas le temps de répliquer que le garçon était déjà à l'intérieur de la grande surface. Comme ce n'était pas le genre du blondinet de crier sa réponse ou de courir après le petit, il ne dit rien et s'éloigna simplement de l'entrée du magasin ou trop de gens passaient. Shizuo n'aimait pas les endroits comme ceux ci, et rien que de regarder cette foule de gens entrer et sortir de ce petit endroit lui donnait le tournis. Il se mis contre le magasin mais assez loin de l'entrée pour être tranquille.
Rien de prévu ce soir. Les évènements étaient de toute manière assez rares. Shizuo étaient parfois invité chez Celty et Shinra mais il n'était pas du genre à aller en boite de nuit ou ce genre de choses. Il ne partageait pas non plus la vie d'une femme et il ne travaillait pas la nuit en général. Ce qui lui laissait beaucoup de temps libre, il n'y avait pas de différences pour lui entre escorter le garçon et passer une heure au parc. Dans les deux cas, le temps s'écoulait de la même manière. Le grand blond alluma une cigarette. Il commença à fumer et le vide se fit dans son esprit. Il aurait été peu dire de dire que Shizuo fumait comme un pompier. En effet il avait presque toujours une cigarette à la bouche. Mauvaise habitude mais celui ci était complètement accroc à ses effets destressants. Il apporte la cigarette à ses lèvres puis se perdit dans un tourbillon de pensées. Il n'en était pas certain, cela lui apparaissait de façon floue mais il sentait que Masaki avait un effet positif sur lui.; il se demanda s'il rêvait ou si ce sentiment n'était tout simplement pas lié au jeune homme. Shizuo se sentait calme, il ressentait sa force et arrivait presque à se fixer des limites, il était conscient de lui même. Il avait l'impression que cette conscience venait du fait qu'il avait développé en présence du garçon, un fort instinct paternel, une envie de le protéger. Il trouvait cela étrange mais c'est vrai qu'il avait toujours été à l'aise avec les enfants ; et malgré son age, Masaki était un enfant.

Shizuo était en train de réfléchir quant au fait de savoir si Masaki était oui ou non une personne spéciale lorsqu'il réalisa que ce dernier arrivait en courant vers lui. Arrivé à sa hauteur, l'adolescent dit :

"Merci beaucoup de m'avoir attendu, je suis sincèrement désolé ! Pardon de vous avoir fait attendre... Merci encore."

Shizuo se décala un peu, cessant de prendre appui sur le mur il se redressa et s'empressa d'éteindre sa cigarette pour ne pas gêner Masaki. Il ne voulait pas rendre le garçon mal comme tout à l'heure. Une fois sa cigarette éteinte, Shizuo porta son attention sur les sachets plastiques de l'adolescent. Le collecteur de dettes n'était pas réellement intéressé par les emplettes du jeune garçon mais il voyait chercher un objet ardemment. Il sortit enfin un objet qui semblait être une gauffre, le tendant à Shizuo et dit :

"Euh, c'est un petit quelque chose pour vous... Je sais que ce n'est pas grand chose mais... Veuillez accepter ceci pour l'instant, s'il vous plaît..."

Shizuo regarda le jeune homme un peu intrigué. Les personnes qui lui faisaient ce genre de cadeau étaient très rares, son frère et cette dame il y a longtemps. En réalité le garçon n'avait pas du tout l'habitude qu'on prenne soin de lui. Il ne dit rien mais il se sentait bien plus remué que d'habitude. En temps normal il ne sentait pas grand chose. De la colère, de l'ennui, de la tristesse mais très peu souvent ce doux sentiment lié à l'impression d'être accepté. Shizuo en fut étonné et il se surprit d'ailleurs à rire. Il devait avoir l'air fou aux yeux du jeune garçon mais il n'avait pas songé à ce détail. Malgré tout son fou rire ne s'éternisa pas et il dit alors :

"C'est vraiment pour moi ?
Excuse moi de rire, je suis juste surpris !"


Surpris, mais plus que cela en réalité, Shizuo avait le sentiment d'avoir rencontré une personne importante pour lui. Quelqu'un avec qui la situation était radicalement différente de celle avec certaines personnes. Ils se cotoyaient depuis environ une heure seulement mais il se passait quelque chose. Cependant qu'allait il se passer maintenant ? Shizuo prit la gauffre tendue par Masaki et lui fit un sourire. Allaient ils partager un 'goûter' en silence ? Allaient ils apprendre à mieux se connaitre ? Allaient ils se quitter sous peu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Jeu 27 Mai - 23:13

[ Ne t'inquiète pas pour le retard, moi-même je mets pas mal de temps pour répondre ^^' En tout cas, je suis content si ça a pu te faire rire !
Moi, à chaque fois que je lis les réactions de Shizuo, je ne peux m'empêcher de sourire, je le trouve touchant ^^
Bon, voilà, on s'achemine vers la fin... Pour arriver à un nouveau début ? ;)
Excuse-moi de forcer un peu la main de Shizuo, tu n'es pas obligée d'accepter la proposition de Masaki évidemment ! ]

Réellement désolé. Il se sentait réellement désolé de l'attente qu'avait du endurer monsieur Heiwajima par sa faute. Et aussi vraiment désolé de la tache, de la bousculade, du raccompagnement nécessaire... De tous les tracas qu'il lui causait. C'est pour cela qu'il voulait absolument se faire pardonner, mais jusqu'à présent, il semblait vraiment faire mauvais effet. C'est pourquoi il s'était profondément inquiété lors de son excursion au supermarché. Il avait répondu abruptement à monsieur Heiwajima et l'avait laissé en plan devant le lieu de foule qu'était le supermarché. Il avait vraiment été désagréable de toutes les manières possibles, mais c'était par timidité et maladresse et non par mesquinerie ou méchanceté. Mais tout de même, il n'avait pas la conscience tranquille en raison de son profond naturel anxieux. Il s'était attendu à ce que monsieur Heiwajima disparaisse aussitôt après qu'il fût entrer dans le supermarché, par agacement et énervement... C'est pourquoi il était à la fois étonné, rassuré et soulagé lorsqu'il l'aperçut non loin de là, toujours à l'attendre. Calmement adossé contre un mur, il s'était apparemment remis bien droit sur ses jambes et avait éteint sa cigarette en le voyant venir. Mais le comportement qu'adoptait monsieur Heiwajima n'était pas dans les préoccupations principales du jeune garçon, tout ce qui l'importait pour l'instant était de pouvoir commencer à se faire pardonner au plus vite après toute cette série de désagréments. C'était la raison de toutes ses démonstrations d'excuses un peu maladroites, suivies de l'affirmation de leur départ enfin possible après moult retardement. Mais c'était surtout par l'offre de cette petite gaufre glacée qu'il espérait être excusé, mais s'il était peu certain et même impossible qu'elle apaisât le probable mécontentement de monsieur Heiwajima. Et de toute façon, le jeune garçon ne comptait pas abuser davantage de l'indulgence dont l'homme à la chevelure blonde avait fait preuve jusqu'à présent.
Cependant, la réaction de monsieur Heiwajima surprit un peu Masaki. Il n'avait eu aucune réaction réellement marquée, mais son visage avait dans son expression quelque chose de singulièrement différent. Alors que le garçon s'attendait à voir une mine indifférente ou un simple hochement de tête en guise d'approbation désintéressée, il put distinguer non sans une certaine surprise l'air un peu étonné qui se lisait sur la figure de monsieur Heiwajima. Ses traits n'avaient plus cette rigidité et cette sévérité qui lui étaient coutumières, ils étaient au contraire plus détendus et relâchés. Que se passait-il dans la tête de monsieur Heiwajima ? Même ses lunettes teintées ne pouvait dissimuler son regard exprimant... La surprise. C'est alors que tout à coup, il éclata de rire, ce qui eut pour conséquence l'accentuation de la propre surprise de Masaki. Son rire était sonore, et avait quelque chose d'un peu effrayant... Mais de plaisant aussi. Il semblait comme libéré d'un poids, heureux, tellement heureux... Mais... Pourquoi ? Masaki recula d'un pas et regarda monsieur Heiwajima avec un certain étonnement mais également avec un peu de crainte. Que lui arrivait-il ? Que se passait-il ? Un sentiment d'inquiétude s'empara du jeune garçon, pensant qu'il avait fait quelque chose de mal ou de ridicule. Ne sachant comment réagir, le jeune garçon baissa le regard et afficha une mine un peu gênée. Mais le rire éclatant cessa bientôt et son auteur reprit la parole.

"C'est vraiment pour moi ?
Excuse moi de rire, je suis juste surpris !"


Masaki releva le regard pour observer l'homme si singulier qui lui faisait face. Ce n'était plus une aura un peu sombre et ténébreuse qui émanait de son visage. Il affichait au contraire une mine désormais réjouie et presque rayonnante. Ce changement si brusque et si soudain, ce contraste frappant décontenancèrent le garçon qui ne savait plus quelle attitude adopter. Monsieur Heiwajima prit la gauffre glacée que Masaki lui tendait toujours tout en lui faisant un grand sourire. Un peu rassuré par ce rictus bienveillant, le jeune garçon répondit aussi par un sourire et céda volontiers la petite douceur qu'il tenait encore dans sa main. Le garçon fouilla à nouveau dans ses sacs de courses et en sortit une autre gaufre glacée absolument identique à celle qu'il avait offerte, retira le film plastique qui l'enveloppait et, avant de la porter à sa bouche pour en prendre un morceau, hocha la tête tout en souriant pour dire à monsieur Heiwajima que ce n'était rien. La douce saveur sucrée et la texture fondante de glace, le côté craquant de la gaufre eurent pour immédiate conséquence la mine réjouie de Masaki, qui se complétait désormais à merveille avec celle de monsieur Heiwajima. Alors que quelques minutes plus tôt, ils marchaient avec une certaine distance entre eux et affichaient des mines peu joviales, à présent, ils étaient souriants et se côtoyaient comme s'ils étaient de bons amis. Oui, même s'ils ne s'étaient rencontrés qu'à peine quelques instants plus tôt, et malgré tous les petits soucis auxquels ils avaient fait face, ils semblaient bel et bien avoir sympathisé. La progression de leur relation s'était faite plutôt discrètement, mais en somme rapidement. C'était encore et toujours cet étrange sentiment de sécurité que lui procurait monsieur Heiwajima qui inspirait au garçon cette sensation d'attachement... Mais au fond, Masaki ne savait pas ce qu'en pensait réellement monsieur Heiwajima. Mais il préféra ne pas trop y réfléchir. Après tout, la spontanéité dont il avait fait preuve était une démonstration évidente de ses sentiments. Il était surpris disait-il... Il avait même eu l'air plus que surpris au vu de sa réaction. Mais l'acte de Masaki avait été plutôt naturel. N'était-il pas habitué à ce qu'on lui témoigne de l'affection ou de la reconnaissance ? Dans tous les cas, Masaki était lui-même heureux au fond de lui. S'il avait réussi à procurer à monsieur Heiwajima ne serait-ce qu'un petit peu de joie, alors il était ravi...

Les deux jeunes hommes reprirent la marche, cette fois bel et bien en direction du lieu où vit Masaki. Leur silence n'était troublé que par leurs bruits de pas, réguliers pour l'homme à la tenue de barman, plus irréguliers pour le jeune garçon maladroit, ainsi que par les légers bruits occasionnés par les craquements de leurs gaufres glacées. Masaki ne savait par quel sujet ils pouvaient bien entamer la conversation. Sa timidité l'empêchait d'être très abrupt et spontané, ce qui rendait difficile pour lui les débuts de conversation. De plus, la taciturnité de monsieur Heiwajima ne l'aidait pas... Peut-être que lui aussi ne savait pas quoi dire. Il fallait bien admettre que les deux jeunes hommes n'étaient pas du tout habitués à ce genre de situation, qui était de surplus peu banale. Masaki retournait son esprit dans tous les sens pour essayer de trouver par quels propos il pouvait bien débuter une conversation... Mais il n'y avait rien à faire, alors il continuait de manger sa gaufre glacée silencieusement. Il se sentait mal à cause de cela car il avait peur que monsieur Heiwajima interprétât ce silence comme une nouvelle distanciation de lui, or c'était tout le contraire. Masaki tentait vraiment de faire plus ample connaissance avec lui, mais il se heurtait à quelques difficultés. Cela s'annonçait un peu mal pour la suite des événements... Mais il ne fallait pas qu'il laisse abattre. Au contraire, il devait se faire violence s'il voulait vraiment réussir à créer des liens avec monsieur Heiwajima... C'était la première personne avec qui il avait un réel contact depuis le départ de ses parents, et il comptait bien ne pas en rester là. Déterminé à en faire plus qu'une simple connaissance, voire un ami, Masaki décida de prendre son courage à deux mains... mais pour le moment venu. Pour l'instant, il n'y arrivait pas, alors il laissait planer le silence entre eux.
Au bout de quelques rues, le jeune garçon finit par reconnaître son quartier et en fut rassuré. Monsieur Heiwajima avait exécuté son travail bien sérieusement. Ils avaient fini leurs gaufres glacées depuis un petit moment maintenant, et ils arrivaient bientôt à destination. Masaki resserra ses poings sur les poignées de ses sacs de courses et prit une profonde inspiration. Finalement, ils arrivèrent dans la rue où il habitait et monsieur Heiwajima s'arrêta, regardant d'un air interrogateur le jeune garçon, probablement pour lui demander quel était exactement l'immeuble dans lequel il habitait. Masaki se dirigea vers un grand bâtiment plutôt sombre et s'arrêta devant. Monsieur Heiwajima le rejoignit et se positionna à côté de lui. Cependant, Masaki n'allait pas s'en tenir simplement à cela... Il devait encore lui payer la dette qu'il avait et le remercier... Il se tourna vers monsieur Heiwajima... Mais pas pour prendre congé de lui immédiatement.

"Euh... Eh bien, je... Merci beaucoup monsieur Heiwajima de vous être occupé de moi ! Je vous suis vraiment reconnaissant..."

Masaki se courba comme à son habitude pour exprimer sa gratitude et sa reconnaissance. Il se redressa et marqua une pause avant de reprendre la parole.

"Je... Comme je vous suis vraiment redevable et que j'ai des choses à me faire pardonner... Je... Je voulais vous dire que... J-je... Je vous invite à venir dîner chez moi... Euuuh, pas tout de suite bien sûr ! Il est encore un peu tôt et... V-vous avez peut-être encore des choses à faire... E-et puis, si vous êtes occupé ce soir, si vous n'êtes pas libre eh bien... C-ce sera pour une prochaine fois je suppose... Buuu..."

Le jeune garçon avait vraiment rassemblé tout son courage pour proposer une telle chose. Mais il l'avait prévu, alors ça aurait été idiot de ne pas l'avoir fait... C'était d'ailleurs la raison de ses courses. Oui, tous ces achats... C'était pour préparer un bon repas. Certes, il était excessivement incompétent en cuisine, mais il avait décidé d'essayer de se surpasser. Et rien de tel qu'un bon repas pour faire meilleure connaissance... C'est ce que le garçon se disait. Mais... Peut-être que monsieur Heiwajima avait déjà des projets pour ce soir. C'était parfaitement possible... Et il avait probablement aussi encore des obligations à remplir, étant donné que Masaki semblait l'avoir interrompu dans son travail... C'est pour cela que Masaki s'attendait à ce qu'il refuse, mais il avait quand même tenu à le lui proposer, rien que pour progresser dans ses relations avec les autres... Le jeune garçon attendit donc avec nervosité la réponse de monsieur Heiwajima, qu'il observa pour la première fois directement pour être témoin de sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Fondateur du forum
Fondateur du forum


avatar

Messages : 6124
Age : 31
Emploi : Agent de recouvrement
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Dim 30 Mai - 12:37

Le moment qu'avaient partagé Masaki et Shizuo devant le supermarché avait été d'une rare simplicité. Et pourtant c'était un des moments rares dans la vie de Shizuo. Un simple échange sans tension, sans même un risque de tension. Qu'avait exactement le petit Masaki Fujiwara ? Shizuo n'aurait su le dire mais il l'aidait à rester calme. Sans se sentir complètement éteint le blondinet était juste normal. Le blondinet avait le sentiment d'avoir une relation simple avec quelqu'un pour une fois, ce qui était étrange car le lien entre le frêle garçon et lui même était encore bien fin ! C'était ainsi, rien à expliquer. Les deux jeunes gens se faisaient face, le sourire aux lèvres en train de grignoter une gaufre. Leurs allures étaient radicalement différentes, on aurait difficilement cru à deux membres de la même famille mais on voyait aisément deux amis. C'était une scène touchante.

Les deux amis reprirent bientôt leur chemin en direction du domicile de l'adolescent. Shizuo comme à son habitude était silencieux. Non pas qu'il soit trop mal à l'aise pour parler ou qu'il se sache quoi dire mais il était comme ça de nature. Cela ne le dérangeait vraiment pas de ne pas parler. Pour lui, le débit de paroles n'était vraiment pas démonstratif de quoi que ce soit. S'il regardait les moments qu'il passait avec son frère sans beaucoup parler et ceux où il était avec Izaya qui ne s'arrêtait plus. En outre le jeune homme avait l'esprit occupé, à demi par sa mission qui était de ramener Masaki mais aussi par son analyse de ce qui venait de se passer. Il n'était plus gêné mais restait perplexe. Il n'avait pas l'habitude d'être quelqu'un de social, de plus les débuts avec l'adolescent avait été plutôt difficile. Shizuo s'interrogeait sur le lien qu'ils venaient de tisser et également sur le petit garçon qui était à coté de lui, quel age avait il ? Depuis combien de temps était il ici à Ikebukuro ?

Les deux jeunes hommes arrivèrent à hauteur d'un appartement, c'était le petit Masaki qui menait la danse de puis quelques instants mais Shizuo le suivait de près. Lorsqu'il s'arrêta, le blondinet s'immobilise aussi. Il ne posa aucune question mais il pensait que le garçon était arrivé à destination et que leurs routes se sépareraient bientôt. Il jeta un oeil à la façade de l'immeuble, plutôt grand, carrément même. C'était impressionnant et pourtant l'immeuble devait être un des plus petits du quartier. Shizuo posa ses yeux de nouveau sur l'adolescent à coté de lui. Ce dernier se retourna et alors que Shizuo le croyait prêt à faire ses adieux, il dit :

"Euh... Eh bien, je... Merci beaucoup monsieur Heiwajima de vous être occupé de moi ! Je vous suis vraiment reconnaissant..."


L'adolescent fit une courbette. Visiblement il se sentait très concerné par le fait que Shizuo ait pris de son temps pour le ramener. L'ex barman lui, comme à son habitude, ne trouvait pas vraiment cela surprenant. Il n'avait rien fait de spécial, les circonstances étaient étonnantes mais il n'avait rien fait d'extraordinaire. Il se sentait simplement plus apaisé mais pas vraiment troublé ou excité par leur petite aventure. Il ne dit rien et se contenta d'un hochement de tête ambigu mais qui signifiait simplement qu'il acceptait les remerciements de Masaki. Le garçon semblait vouloir prendre la parole, il y parvint finalement :

"Je... Comme je vous suis vraiment redevable et que j'ai des choses à me faire pardonner... Je... Je voulais vous dire que... J-je... Je vous invite à venir dîner chez moi... Euuuh, pas tout de suite bien sûr ! Il est encore un peu tôt et... V-vous avez peut-être encore des choses à faire... E-et puis, si vous êtes occupé ce soir, si vous n'êtes pas libre eh bien... C-ce sera pour une prochaine fois je suppose... Buuu..."

Shizuo afficha une nouvelle fois un air surpris. Décidément ce petit être frêle se comportait d'une façon singulière avec lui. En temps normal on laisse à l'écart les gens violents ou alors on ne parle pas aux gens taciturnes. Surtout à Shizuo Heiwajima. Ce n'est pas le genre de personne qu'on invite si on tient à son domicile. Ce n'était donc pas dans les habitudes de Shizuo d'être invité ainsi, dans les formes après une première rencontre ; car à part Celty et Shinra il ne se rendait pas à des diners ou quoi que ce soit. Il ne répondit pas tout de suite, grommela un vague 'C'est normal, tu n'es pas redevable' qui parvint aux oreilles de l'adolescent sous la forme d'un 'C'est normal...' et la fin était complètement inaudible.
Le jeune homme passa sa main dans ses cheveux, il réfléchit un instant à la proposition du jeune homme. C'est vrai qu'il avait dit à Tom qu'il aurait du retard et que cela ne le gênait pas mais il allait tout de même devoir le rejoindre. Il ne pouvait pas le laisser faire tout le boulot toute la soirée, d'autant plus qu'ils avaient des 'clients' importants ce soir. Shizuo expira bruyamment avant de déclarer :

"Désolé Masaki, ce soir je ne pourrais pas."


Sans y faire attention, Shizuo avait appelé le garçon par son prénom, signe que le lien entre eux était définitivement réel. Cependant ils ne pourraient continuer de se rapprocher ce soir. Néanmoins Shizuo ne doutait pas qu'ils auraient une occasion de se revoir. Il regarda le jeune garçon un instant. Shizuo venait de comprendre, ce garçon lui ressemblait quand il était jeune et pourtant c'était tout son contraire. De plus l'adolescent l'avait plongé dans une atmosphère dont il n'avait pas l'habitude.
Il s'était attaché à lui en peu de temps, et son cœur était apaisé par cette rencontre. Le blondinet serait ravi de revoir le petit Masaki. Il avait beaucoup de choses à lui apprendre et Shizuo venait de le remarquer mais Masaki n'avait vraiment pas des traits japonais, cela promettait. L'ex barman prit donc la parole :


"Mais ça serait super un autre soir, je peux te donner mon numéro de téléphone tu pourras m'appeler pour fixer cela... ou si tu es encore perdu..."


Shizuo sourit. Son instinct paternel peut-être, ou une amitié particulière, il ne savait ce qui se passait mais il se sentait à sa place à côté du petit adolescent. Il était pour une fois face à une créature frêle mais à qui il n'avait pas peur de faire du mal car il ne s'en sentait pas capable. Shizuo cherchait son stylo ou quelque chose qui lui permettrait de donner son numéro à l'adolescent, en attendant sa réponse.

[ J'espère que tu ne trouves pas ça incohérent mais c'est pour qu'on puisse se parler normalement pendant l'event, sinon ça va faire bizarre si on est en event et en même temps en train de manger et que nos relations évoluent ?
Ou alors on fixe déjà comment seront leur relation après le RP et on RP comme on l'a décidé dans l'event ? Dans ce cas dis le moi je réécrirais la fin du post ;) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://durarara-rpg.forumactif.com


Seconde à Raira
Seconde à Raira


avatar

Messages : 223
Age : 23
Emploi : Lycéen
Localisation : Ikebukuro
Récompenses :




Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   Jeu 3 Juin - 0:18

[ Bon, après notre petite discussion par MP, on va faire comme on a dit, donc... on s'en tient à là pour l'instant et on continuera avec le RP de l'event ;)
Voilà, personnellement, j'ai fini avec Masaki là, tu peux rajouter un post encore après si tu veux ^^ Sinon, le Rp est terminé ! ]

Insensé, vraiment insensé. Masaki avait évidemment planifié tout cela, mais cette demande téméraire était presque imprudente, pour ne pas dire inconsciente. Même s'ils avaient sympathisé et avait crée fortuitement une relation encore fragile mais pourtant forte par sa profondeur, ils ne se connaissaient que depuis un petit moment, et ce court laps de temps n'avait malheureusement pas été suffisant pour créer une familiarité et une intimité réellement prononcées. C'est pourquoi cette proposition audacieuse aurait pu paraître déplacée, mais elle démontrait au contraire la confiance dont témoignait Masaki envers monsieur Heiwajima. Une confiance peut-être un peu trop hâtive, peut-être aussi un peu trop naïve, mais une confiance réelle. Cela aurait pu peut-être paraître étrange mais, malgré leur communication qui avait été jusqu'à présent plutôt limitée, le garçon arrivait à percevoir en cet homme taciturne un être plus chaleureux qu'il n'y paraissait, malgré son apparente distance qui le faisait paraître au premier abord comme un individu froid. Les préjugés qui étaient nés en Masaki à cause des rumeurs et de la réputation de monsieur Heiwajima s'étaient peu à peu estompés pour ne faire place à présent qu'à un vrai sentiment de sécurité, sentiment sur lequel il pouvait désormais mettre le nom de confiance. C'est aussi par cette confiance qu'il avait finalement pu regarder droitement monsieur Heiwajima pour la première fois. Même si les rumeurs qui couraient à son sujet et le fait qu'il fût encore, après tout, un inconnu, était toujours à l'esprit du garçon, ce dernier n'en était pas moins plus affirmé qu'auparavant puisque sa peur et sa crainte s'étaient dissipées. C'est donc ainsi qu'il put être témoin de la mine surprise qu'afficha monsieur Heiwajima suite à sa proposition. Masaki continua de l'observer, sans broncher, attendant patiemment sa réponse. Tout d'abord, il eut pour réponse un vague marmonnement dont il ne put déchiffrer que des paroles ressemblant à un 'C'est normal...', propos auquel Masaki répondit par un hochement de tête et un regard dubitatif. L'homme à la tenue de barman passa ensuite sa main dans sa chevelure blonde avant de plonger dans ce qui s'apparentait à une petite réflexion. Sans doute réfléchissait-il aux obligations qu'il devait remplir durant le reste de sa journée. Le jeune garçon attendait toujours tranquillement la réponse à la proposition qu'il avait formulée, tout en détaillant plus précisément du regard monsieur Heiwajima, puisqu'il ne l'avait jamais observé avec attention. Ses yeux furent soudainement à nouveau attirés par la tache de glace sur ses habits, mais ne sachant que faire à ce sujet, Masaki évita d'émettre de nouvelles remarques à ce sujet. Finalement, l'homme à la chevelure blonde laissa échapper un soupir bruyant qui fut suivi de sa réponse consciencieusement méditée.

"Désolé Masaki, ce soir je ne pourrais pas."

En entendant ceci, le garçon ne put s'empêcher de laisser échapper un sourire timide témoignant de sa tristesse et peut-être aussi de sa déception. Bien sûr, il s'y était attendu, c'était même l'éventualité la plus probable, mais Masaki ressentait tout de même au fond de lui un peu d'amertume. Cependant, les propos en eux-mêmes de monsieur Heiwajima avait éveillé de l'étonnement et de la surprise chez le garçon. Pour la première fois depuis qu'ils s'étaient rencontrés, monsieur Heiwajima l'avait appelé par son prénom. Masaki ne le réalisa pas du premier coup, mais après quelques secondes, il se rendit compte de la manière dont monsieur Heiwajima l'avait appelé. Cela suffit à dissiper la déception du garçon qui dès lors fut heureux de constater qu'ils étaient devenus assez proches pour que l'homme à la tenue de barman l'appelle ainsi. Masaki hocha à nouveau la tête avec cette fois un sourire plus affirmé pour faire comprendre monsieur Heiwajima qu'il concevait parfaitement le fait qu'il ne puisse pas accepter sa proposition.

"Mais ça serait super un autre soir, je peux te donner mon numéro de téléphone tu pourras m'appeler pour fixer cela... ou si tu es encore perdu..."

Ces paroles ne firent qu'augmenter le réconfort qu'offrait monsieur Heiwajima à Masaki. Elles témoignaient pour le garçon de l'attention qu'il lui portait vraiment, ce qui le rendait particulièrement heureux. Il semblait réellement avoir de la considération pour lui, et Masaki se trouvait chanceux d'être l'objet de tant d'intérêt et de prévenance. Et tandis que monsieur Heiwajima fouillait dans ses poches, apparemment pour chercher un stylo et un bout de papier pour noter son numéro comme il l'avait proposé, le jeune garçon entreprit de lui répondre.

"D'accord ! Merci beaucoup, monsieur Heiwajima... J'en serai vraiment heureux si nous pouvions nous revoir !"


Masaki vit l'homme à la tenue de barman lui répondre par un sourire avant de finalement tirer un stylo ainsi qu'un bout de papier froissé d'une ses poches. Il nota en vitesse son numéro et tendit le bout de papier au garçon. Ce dernier prit le papier de bon coeur avec un sourire aux lèvres avant de se courber à nouveau en signe de remerciement.

"Bon, eh bien... Je suppose que c'est là que nous nous séparons, buuu... Euh, encore merci, merci infiniment de votre aide, et pardon encore d'avoir tant sollicité votre aide ! Je... Je suis content d'avoir pu faire votre connaissance, et j'espère sincèrement que nous pourrons nous revoir !"


Ne revenant même pas de l'entrain et de l'enthousiasme de ses paroles, Masaki prit un air gêné mais ne cessa pas pour autant de sourire. Le ton sur lequel il avait parlé à monsieur Heiwajima avait été un peu familier, même s'il avait essayé de rester poli dans ses paroles, mais cela démontrait à quel point le garçon s'était attaché à cet homme en si peu de temps. Finalement, Masaki prononça ses aux revoirs et prit congé de monsieur Heiwajima après s'être courbé une dernière fois. Il se dirigea vers l'entrée de son immeuble et, avant d'en franchir l'entrée, se retourna pour voir si monsieur Heiwajima était déjà en train de repartir. Mais il était toujours au même endroit, apparemment en train de s'assurer que le garçon entre bien sain en sauf dans son immeuble, même s'il n'y avait plus besoin de s'inquiéter désormais. Apparemment, il comptait bien remplir son rôle jusqu'à la toute fin. Masaki lui sourit un dernière fois avant de pénétrer définitivement dans l'édifice.

Une fois dans son appartement, Masaki soupira, mais il souriait toujours. Cette journée mouvementée avait été des plus inattendues, mais il en était heureux. De nombreuses lignes se profilaient déjà sur son journal, car en effet, il avait beaucoup de choses à écrire au sujet d'aujourd'hui. Après avoir posé ses sacs de courses, dont le contenu lui servirait pour une prochaine fois, sur la table se situant dans la cuisine, il se dirigea immédiatement vers sa chambre où il allait pouvoir longuement médité sur cette journée. S'asseyant à son bureau, il y posa le petit bout de papier sur lequel était inscrit le numéro de téléphone de monsieur Heiwajima. Il le contempla pendant plusieurs secondes avant de fermer les yeux et de soupirer un nouveau. Réservé comme il l'était, il était peu probable qu'il se permette d'appeler monsieur Heiwajima spontanément. Et il ne lui avait pas donné son numéro... Il était donc peu probable qu'ils se revoient de sitôt. Seul un grand hasard leur permettrait de se revoir à nouveau... Mais Masaki était loin de se douter qu'ils allaient se revoir bien plus tôt qu'il ne le pensait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur










MessageSujet: Re: Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce qu'une glace ne peut laisser de glace... [PV : Shizuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Disque dur externe d'Izaya
 :: Archives RP
-