Partagez | 
 

 Quand le roux se mélange au blanc.. [PV : Shiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Yo~ Moi je connais Ikebukuro~
Yo~ Moi je connais Ikebukuro~


avatar

Messages : 66
Emploi : Mannequin & Gigolo de service ~
Localisation : Dans un lit quelconque.



MessageSujet: Quand le roux se mélange au blanc.. [PV : Shiki]   Sam 18 Fév - 21:57

Le soleil s’éveillait doucement, passant aux travers des fins rideaux qui se trouvaient dans la chambre de Loubian. Il se réveilla doucement, s’étirant ses membres endoloris et bailla à s’en décrocher la mâchoire. Essayant de se lever, il s’assit posant son dos nus contre la tête de lit, il y renonça bien vite lorsque son cerveau commença à lui taper contre le front, apparemment ce dernier ne voulait pas être déranger de si tôt. La gueule de bois remporta la bataille et Loubian se recoucha, après tout, il était dans son lit, autant en profiter. Une main fine et délicate se posa alors sur son bras gauche, oh, peut être que finalement, il n’était pas dans sa chambre, et avec de la compagnie qui plus est. Un sourire charmeur se dessina sur son visage et il se tourna vers sa cliente encore perdue dans les bras de Morphée, il passa une main sur le visage de la jeune femme lui replaçant une folle mèche de cheveux. Pendant ce temps, il essayait de rassembler les quelques bribes de souvenirs qui resurgissait de ci, de là, ce qu’il savait en tout cas, c’est qu’il avait bien fait son boulot vu les gémissements qu’avait poussé sa cliente durant toute la nuit, il sourit de plus belle et susurra à l’oreille de celle-ci

« Merci pour cette agréable nuit madame, au plaisir de vous revoir »


Louby savait parfaitement que celle-ci ne l’entendait pas, mais c’était comme ça, il était un gentleman invétéré, que voulez vous ! Il s’assit sur le lit, luttant contre sa migraine, et commença à s’habiller. Le seul problème étant que ses vêtements étaient éparpillés un peu partout, un sourire malin s’étira sur les lèvres roses de Louby ; cette nuit avait vraiment était forte en émotion. Mais, la nuit était finie, et bien que cette dernière fût particulièrement joyeuse, elle était finie. Prenant son courage à deux mains, il attrapa son pantalon, l’enfila en une fraction de seconde, mis son t-shirt de la veille qui était froissé, mais sortable quand même. Il s’ébouriffa les cheveux, prit une inspiration, et se leva. Sa tête se mit alors à tanguer et un grognement sourd lui échappa, sa cliente lui répondit dans un autre grognement ce qui lui arracha un rire mesquin.
Il vit alors sur une table, une enveloppe, blanche, où reposait une écriture féminine «Loubian » était inscrit sur cette lettre. Il sourit, et l’ouvrit, il compta les billets et acquiesça. Tout y était.

Quoi comment ça, vous n’étiez pas au courant ? Et bien, maintenant vous l’êtes ! Loubian est en effet, si vous ne l’aviez pas encore devinez, un garçon à plaisir ou encore un vendeur de rêves. Choisissez l’expression que vous voulez, le tout est de savoir qu’il vous offre une soirée agréable et pleines de rebondissements en échanges d’un peu d’argent, que voulez vous, on gagne sa vie comme on peu !
Loubian rangea l’enveloppe dans sa poche de derrière et en ressortit une paire de lunette qu’il chaussa. Vu les cernes qu’il se coltinait, il valait mieux pour lui qu’il en mette, de plus s’il en avait une paire sous la main autant en profiter pour ne pas ternir son image ! Attrapant ses converses, il sortit sans bruit de l’appartement de sa dernière cliente de la semaine, un peu de congé ne lui ferait pas de mal, ce qui ne lui ferait pas de mal non plus, ce serait un bon vieux doliprane, son meilleur ami des lendemains de soirées. Il le nota mentalement et se dirigea vers l’ascenseur, manque de bol celui-ci était en panne, il grogna encore une fois et descendit par l’escalier. Ces 20 secondes lui parurent une éternité, chaque pas se répercutaient dans les moindres recoins de son esprit, dont quelque uns qu’il ne connaissait même pas ! Il entendit même une petite voix le traitait d’idiot, serait-ce ….? Non. Il secoua la tête ce qu’il regretta amèrement par la suite. C’était impossible, tout simplement. Il se massa la tempe, et arriva dans le hall d’entrée.
Il réfléchit quelques secondes avant de se confronter aux passants qui se pressaient déjà dans les rues d’Ikebukuro. La première chose était de se trouver du doliprane, il n’en avait plus, il tâta sa poche rapidement et sentit une petite forme, son ordonnance était là. Bien. Normalement un magasin/pharmacie se trouvait non loin de là, dans la rue adjacente à l’hôtel. Il poussa la porte, et il remercia ses lunettes d’être là, le soleil brillait déjà de milles feux et ses pauvres yeux n’aurait pas supporté cette attaque. Les rayons du soleil se répercutaient sur sa chevelure, reflétant des mèches cuivrées et rousses. Il marchait d’un pas rapide, agacé, c’était peut être dû au fait qu’il n’avait pas encore pris ses médicaments, mais ce matin-là il était particulièrement irritable, et hautain. Il marchait la tête haute, méprisant les autres. D’un pas sûr et rapide, il se frayait un chemin à travers ces passants insignifiants. Plus que quelques mètres et il devrait tourner à droite, une rue s’offrirait alors à lui, avec différents magasins de chaque côté, dont celui qui l’intéressait. Et ce fut effectivement le cas, quelques minutes plus tard, il poussa la porte du magasin déclenchant la clochette annonçant la présence d’un client, il lança un bonjour rapide. Aucune réponse, il haussa les épaules et se mit à farfouiller les rayons en attente de trouver quelqu’un.

Mais ce fût un joli fessier qui l’arrêta et attira son regard, il reluqua le jeune homme qui était baissé, occupé à ranger de la marchandise, un sourire malin s’étira sur les lèvres de Loubian, sa mauvaise humeur disparue, il s’approcha doucement du jeune homme, même s’il avait un fessier particulièrement attirant, ce sont aussi les cheveux blancs immaculés qui attira le regard de Loubian. Il s’approcha un peu plus, et vit que ce que rangé l’inconnu n’était autre que des préservatifs, Louby ne put s’empêcher d’émettre un rire puis il s’appuya sur un des rayons, croisant les jambes et lança d’une voix malicieuse


« Besoin d’un coup de main blandinet ? »

Finalement, la nuit n’était peut-être pas tout à fait fini….

[Désolé Phoquette, c'est archi-nul >_< Je me rattraperais sur la réponse !! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand le roux se mélange au blanc.. [PV : Shiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Rues d'Ikebukuro
-