Partagez | 
 

 Chant d'Automne [PV Natori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Écoute la mélodie de mon âme ♥


avatar

Messages : 62
Age : 27
Emploi : Professeur de Musique ♫
Localisation : Dans le fouillis qu'est ma tête...



MessageSujet: Chant d'Automne [PV Natori]   Ven 4 Nov - 0:03



Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.


Douce laine du ciel, belle fleur des nuées


Auster marchait d’un pas lent mais assurée, clopin-clopant, ses petits talons claquant contre le béton du trottoir. Elle serrait le gros sac dans sa main, crispée. Après tout elle n’aimait pas la foule et en ce moment même elle était baignée, compressée, étouffée dans une mare de gens. Ses cheveux rosés au vent, frissonnante, elle avançait dans les rues étroites d’Ikebukuro, évitant les passants pressés en longeant les murs. Enfin, apercevant l’endroit rêvée pour s’adonner à sa passion, elle dévia de bord et fonça tête baissé vers l’entrée du parc. Lorsqu’elle y fut pénétrer, elle osa le parcourir des yeux, tout de même intimidée. Contrairement à ce qu’elle espérait, il y avait encore du monde. Plusieurs couples était venues s’abriter aux creux des arbres, d’autres personnes se promenaient tranquillement profitant de l’air étonnement frai de cette fin d’après midi, et enfin, une petite troupe de jeunes buvaient et parlaient fort assit sur la pelouse. Elle en reconnut même quelques uns fessant partie de sa classe ou plus simplement du lycée. Elle tourna vivement la tête, cherchant un endroit calme où s’assoir, loin du bruit et de l’agitation. Enfin, elle trouva l'emplacement rêvé et se hâta d’y aller.

Beau lis, qui de l’hiver méprise les gelées


C’était un petit bout de pelouse, caché par un arbre penché. Petit coin de paradis oublié des autres Hommes. sans aucun remord, la rosée se l'appropria un moment. L’herbe y était confortable et Auster se laissa paisiblement tomber dessus. Elle attrapa son sac et l’ouvrit avec précaution mais également avec cette furieuse rapidité, dont on fait preuve lorsqu’on arrache un papier cadeau. Puis, doucement, elle en sortie le long et luisant violon ainsi que son archer. Elle caressa un instant du bout des doigts l’instrument vernie, subjuguée, puis, prise d’un éclat de lucidité, elle attrapa à la volé l’archer enfouis dans la pelouse, plaça le coussin au creux de son cou et régla avec une lenteur exaspéré son violon. Auster inspira doucement, battant des paupières jusqu’à les fermer. Elle pinça une première fois les cordes, pour s’échauffer puis y posa l’archer. Elle se préparer maintenant à l’instant fatidique, se délectant de ce moment de tension, de stress vibrant dans l’air, presque palpable jusqu’à ce qu’un oiseau, un seul, brise le silence de plomb par son sifflement. Un murmure, à peine perceptible. Pourtant, enfin apaisée, elle joua.

Neige qui te nourris au milieu des deux airs


Elle joua, et le temps s’arrêta. Elle joua, et le monde disparut. Elle joua, et elle devint intangible, fantôme gouverné par la musique, ivre de symphonie, dévoreuse de concerto. La musique s’écoulait, d’abord lentement, agaçante, puis douce et clair, tel le soleil du matin. Elle vous réchauffait le corps, le cœur et l’âme. Brusquement, elle parti dans les aigus, vous fessant crisper la mâchoire, et elle trouva un toute autre rythme. Dur, brusque, presque violente. Elle exprimait le mal et la haine, la peur et le chagrin. Elle vous donnait envie de courir, de hurler à mort. Les cordes vibraient, son bras venaient et partaient, d’une rapidité presque surprenant. Elle avait le visage fermé, elle était partie dans un autre monde mais restée d’une tendresse improbable. Comme si la musique, aussi ardente fut-elle, l’eut bercée, caressée, câlinée. Comme si elles étaient bien plus qu’une simple artiste et mélodie. Presque comme des âmes-sœurs, des amies inséparables. De ceux qui n’ont pas besoin de s’exprimer pour savoir ce que l’autre pense, de ceux qui sont ensemble depuis toujours, qui s’aiment et se respectent mutuellement. Auster crispa plus fort les doigts sur l’archer à mesure que le tempo s’accélérait puis, elle lâcha le violon comme elle l’aurait fait si elle s’était brulée. Essoufflée, haletante, elle s’essuya le front d’un revers de main. Combien de temps était-elle restait ainsi à jouer, complètement engluée dans son monde de sons et de lumière? Combien de secondes, de minutes, d’heures même? Elle agrippa l’instrument, vérifiant au passage s’il ne s’était pas abimé en tombant, puis le rangea sans pour autant fermer le sac au cas où elle voudrait le réutiliser. Soudain, un craquement la fit sursauter, et, derrière l’arbre qui la cachait du reste du monde, elle aperçut une ombre. Par réflexe, elle attrapa le sac et le serra contre elle. Allons bon, espérons que cette personne ne l’ai pas vu dans cette situation si embarrassante, totalement bouleversée par la musique. Auster, muette comme une tombe, attendit patiemment que l’inconnue se manifeste, mue par une puissant envie de fuir lâchement mais étrangement clouée au sol.

Épanche tes trésors sur ces tristes déserts.


Dernière édition par Auster Caroll le Mar 10 Jan - 23:22, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


avatar




MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Sam 7 Jan - 22:16

Le vent soufflait ce qui faisait voler les feuilles jaunes et rouges. Je me promenai dans un parc d’Ikebukuro cherchant l’inspiration mais pourquoi ?

Quelques heures plutôt, j’étais en train de jeter mes partitions sur le sol comme de objets qui n’avaient plus aucune valeur. Je marmonnai quelques insultes sur mon piano en l’accusant que c’était de sa faute si je n’arrivai pas à jouer mon morceau. Mais attention, ce n’était pas n’importe quel morceau … C’était « la révolutionnaire » de Chopin que je devais interpréter dans trois jours pour une audition. Je me levai pour prendre un verre d’eau, mais je eu une absence devant l’eau qui coulait … Mes yeux ne quittèrent se fil d’eau, bonjour l’écologie !
Après cette absence inattendue, je décidai d’aller dehors pour chercher même trouver l’inspiration.


Bon voilà pourquoi je me retrouve à errer dans le parc avec l’espoir de trouver la force de jouer mon cher morceau. Le vent souleva mes cheveux et je baissai la tête pour éviter ça. J’avais horreur qu’on voit mon front, c’était comme ça et c’est tout ! Puis devant moi à quelques mètres se trouvé un banc libre, j’accélérai le pas pour être sur de l’avoir et enfin assis dessus je sortis mon casque et mon Ipod.

Je faisais défiler les chansons jusqu'à « in the end » de linkin park, un de mes groupes préférés, quand je vis une fille aux cheveux roses qui marchait d’un pas rapide la tête baissée comme pour se cacher. Elle me rappela quelqu’un mais qui … Je me levai et commençai à la suivre, lorsque je la perdus de vue. Je tournai la tête de tous les côtés pour la retrouver mais bon … Je regardai l’heure et me dis qu’il était tant de rentrer. Je marchai en écoutant toujours de la musique. A un moment j’entendis une musique s’ajouter à la mienne, j’enlevai mon casque et ...

J’entendis enfin la musique qui m’inspira, cette musique interprétée par un violon … C’était comme si je ressentais les moindres sentiments qu’éprouvait le joueur de cette magnifique mélodie. Je cherchai d’où provenait cette merveille en me concentrant juste sur la musique. Quand je crus avoir localisé la source de ce merveilleux morceau de violon je marchai vite, même courrai.

Et là je vis la demoiselle aux cheveux roses, c’était Auster … Une amie qui avait un don pour la musique mais surtout pour le violon. Je me cachai derrière un arbre pour ne pas la déranger et l’écoutai avec attention. Sa musique me donna du courage pour réussir à jouer mon morceau. J’admirai sa façon de jouer, je me laissai bercer par cette mélodie lorsque le tempo augmenta jusqu'à que je vis Auster jeter son violon. Ce qui me fit reculer, malheureusement je marchai sur un bout de bois qui craqua sous mon pied. Ce qui voulait dire que j’étais démasqué …

Après quelques minutes je décidais de sortir de ma cachette, je m’approchai de mon amie et lui tendis un bras pour qu’elle se relève. Elle avait l’air paniqué.

-Désolé, je ne voulais pas te faire peur. C’est juste ton morceau qui m’attira…

J’étais un peu gêné de mettre cacher et du lui avoir fait peur. Je ramassai son sac et son instrument pour lui tendre, et je lui demandai :

-C’était quoi comme morceau ? dis-je en souriant.
Revenir en haut Aller en bas


Écoute la mélodie de mon âme ♥


avatar

Messages : 62
Age : 27
Emploi : Professeur de Musique ♫
Localisation : Dans le fouillis qu'est ma tête...



MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Mar 10 Jan - 23:18



Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon cœur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.



Son cœur se tord, s’arc-boute, cette peur qui fait d’elle ce qu’elle est s’exprime encore. Mais comme un cadeau, le visage qu’Auster a le plaisir de voir n’est pas celui d’un malfrat ou autre vulgaire voyou, mais celui d’un de ces élèves et à la fois ami, Natori. Pourtant, elle ne bouge pas, fixe, à le regarder comme une bête de foire. Le garçon sourit timidement, surement gêné de lui avoir causé cette effroi et tend le bras afin de l’aider à se lever. Elle l’attrape doucement et se lève d’un bond.

Désolé, je ne voulais pas te faire peur. C’est juste ton morceau qui m’attira…

Auster rougit, comme à son habitude. Elle état affreusement embarrassée qui l’ai entendue sa musique. Avait-elle donc joué si fort ? On avait beau lui dire qu'elle jouait merveilleusement bien, et qu'elle prenait un grand plaisir à faire de la musique, elle gardait cette timidité exaspérante, et était toujours mortifiée lorsqu'elle devait jouer en public. Rien qu'à y penser, elle se figeait d'horreur. Quel dommage, direz-vous. Mais malgré les apparences, elle était têtue, ne se laissant pas convaincre aussi facilement, et refusait catégoriquement d'essayer.
Le geste de son compagnon la tira de ses rêveries. Il lui tendait son violon. Elle l’attrapa et le serra contre elle, cachant par la même occasion une partie de son visage rouge. Elle n’arrivais pas à sortir ne serait-ce un seul mot.


C’était quoi comme morceau ?

Cette fois-ci, un sourire s’épanouit sur ces lèvres pincées. Elle soupira doucement et desserra un peu l’étreinte de son sac avant de relever la tête vers lui.

One, d’Apocalyptica. Un groupe superbe où se mêle guitare électrique et violon.

Elle se remémora certaine de ces dites chansons dans sa tête et eu la brusque envie de fredonner mais n’en fit rien. L’air frai lui fouetta le visage. Quelle heure était-il donc ? Elle avait perdu la notion du temps en jouant. Elle frissonna, et leva les yeux vers la lune qui pointait le bout de son nez. Elle serra un peu plus fort le sac, comme s’il pouvait la réchauffer et murmura, presque comme se parlant à elle-même.

Tu aime ? C'est un vrai délice pour les oreilles.

Les paupières papillonnantes, elle retourna le regard vers le jeune garçon sans lui laisser le temps de répondre. C’est de la voix sévère d’un professeur qu’elle s’exprima, le réprimandant.

Mais dis moi, que fais-tu ici à une heure aussi tardive ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


avatar




MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Sam 21 Jan - 12:22

Auster relâcha un peu son emprise sur son sac et laissa voir un petit sourire, elle se détendait et commençait à prendre confiance. Puis elle me dit le nom du morceau qu'elle jouait il y a quelque instant tout en faisant des éloges sur le groupe. Le nom de la musique et son groupe, « One » d’Apocalyptica, me parurent inconnue. Je n'avais qu'une envie, c'était de rentrer chez moi pour chercher sur internet qui pouvaient être ces musiciens et d'écouter l'une de leurs compositions.
Auster reprit la parole en me demandant si j'aimais le morceau. Je réfléchis quelques secondes, bien sur que je l'aimais sinon je ne serais pas venu voir d'où venait cette mélodie. Je n'eus pas le temps de répondre, Auster avait pris la voix d'un sévère professeur :

-Mais dis moi, que fais-tu ici à une heure aussi tardive ?

Mes sourcils se levèrent pour montrer mon étonnement envers le changement d'attitude de mon ami, je ne savais même plus si je ne devais pas plutôt dire : de mon professeur … Je levai la tête cherchant le soleil, mais où était-il ? Je ne mettais pas rendu compte qu'Auster avait joué aussi longtemps. Mes yeux s'écarquillèrent en voyant le levé de la lune, mais quelle heure pouvait-il bien être ?
Je ne sus pas pourquoi je dus réfléchir à une réponse à la question de mon professeur ; pourtant c'était tout simple, je cherchai juste l'inspiration à travers la nature? Après cet instant de réflexion je répondis :

-Je... Je cherchai juste de l'inspiration

Une légère brise effleura mon visage et me fit frissonner. Tout cela me rappelé que je ne savais toujours pas jouer mon morceau de piano. Et dire qu'il ne me restait que trois jours …
Trouvant que ma réponse était trop vague, je rajoutai :

-Je n'arrive pas à jouer … une musique au piano pour une audition …

Je me mis à rougir de honte, si elle savait de quel morceau il s'agissait je passerais pour un bon à rien de la musique. « La révolutionnaire » de Chopin était pour des gens de mon niveau très facile à jouer, mais je ne savais pas pourquoi je n'arrivais pas à l'interpréter.
Mes mains se crispèrent puis je les mis derrière mon dos, je n'arrêtais pas de gesticuler. Quand tout à coup j'eus une idée qui me paressait génial. Auster, qui était professeur de musique dans mon lycée Raira, pouvait m'aider à le jouer. Elle était excellente en musique avec n'importe quel instrument, surtout au violon... Mais allait telle accepter ? Bon pour savoir, il fallait déjà demander.
Je pris une grande inspiration :

-Auster, voudrais-tu m'aider à jouer mon morceau de piano ?

Apres avoir dis le dernier mot, je m'inclinai et fermai les yeux en attendant une réponse positive ...
Revenir en haut Aller en bas


Écoute la mélodie de mon âme ♥


avatar

Messages : 62
Age : 27
Emploi : Professeur de Musique ♫
Localisation : Dans le fouillis qu'est ma tête...



MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Sam 28 Jan - 15:59



J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.



Natori leva les yeux vers le ciel, cherchant quelque chose. Il baisa les yeux, visiblement déçus. Il n’avait surement pas vu l’heure passer. Ah les jeunes d’aujourd’hui, si insouciant ! Et voilà, elle reparlait comme une vielle, encore.

Je… Je cherchai de l’inspiration…

De l’inspiration ? Oui, cela arrivait aussi à Auster de devoir prendre l’air de temps en temps pour retrouver cette chose si cruciale, qui parfois semblait prendre un malin plaisir à lui filer entre les doigts. Au sens propre du terme, le piano au finale, ça peut réellement se révéler difficile dans ces cas là. Alors, elle n’avait pas de mal à comprendre le jeune homme.

Je n'arrive pas à jouer … une musique au piano pour une audition …

Natori se mit à rougir. Auster ne put s’empêcher de pouffer un peu, en effet, cela lui semblait si familier ! Avant de n’avoir ce poste d’enseignante, elle avait elle-même passé de nombreuses auditons et avait stressé autant voir plus que le blondinet. Elle se revoyait il y a quelques années, devant une salle entière, les mains moites, le regard trouble, devoir tout de même, envers et contre tous, poser ses doigts tremblants sur le piano qui semblait se moquer de sa gène. Chaque regard, chaque rire la faisait tressaillir et elle ne pouvait pas s’empêcher de croire que ça lui était destiné. Après coup, elle qui était la timidité incarnée, était devenue plus à l’aise grâce à cette expérience

Auster, voudrais-tu m'aider à jouer mon morceau de piano ?

Il se baissa, humble, après avoir demandé cette faveur. Elle le trouvait si mignon à ce moment là, tout rouge comme un petit garçon qui avoue une bêtise à sa mère qu’elle n’eut pas la force de dire non. Trop sensible la Auster.

Voyons, Nato’. Tu es musicien très doué. Quel genre de musique peut donc à ce point te troubler ?

Elle ponctua sa phrase d’une tapote sur la tête en lui lançant un grand sourire pour pub de dentifrice. Puis, réalisant qu’il était encore baissé, elle lui attrapa les épaules et le força avec douceur à se relever pour lui faire face.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


avatar




MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Ven 17 Fév - 22:11

-Voyons, Nato’. Tu es musicien très doué. Quel genre de musique peut donc à ce point te troubler ?

La douce main froide d’Auster passa sur a tête, j’essayer d’imaginer l’expression de son visage lorsque la même main m’ayant ébouriffé m’invita à me redresser. Je me relevai et lui fis face tout en essayant de cacher mon teint cramoisi. Je me demandai si une personne avec un tel talent dans la musique avait déjà stressée devant une audition, j’eus si honte … Je déglutinai et répondis :

- C’est « La révolutionnaire » de Chopin …

Je levai la tête pour la regarder droit dans les yeux, il fallait qu’elle accepte sinon mon audition serait ratée. J’avais besoin de l’aide d’une experte en la matière, Auster était la seule personne pouvant m’aider. D’habitude c’était moi qui l’aidais, la conseillais … Mais là c’était différent, j’était en détresse …
J’enlevai mon sac de mes épaules, le posai, l’ouvris et en pris des partitions.
Je cherchais l’endroit où j’avais le plus de mal, mais je dûs sortir mon portable pour éclairer la partition. Puis je le passai et lui indiquai du doigt l’endroit ou j’avais des difficultés.

- C’est ici ou je galère le plus, c’est à la deuxième page après le « più crescendo » et le « stretto » avec les quatres doubles croches.

Les lampadaires commencèrent, un par un, à s’allumer. Le vent lui devint un peu plus fort, un frisson me parcourut, je fermai mon manteau jusqu’en haut et remontai mon col.
Je rangeai mes partitions dans mon sac, et frottai mes mains entre elles. Je repris la parole.

-Alors, tu veux bien ?

Puis j’attendais ça réponse sans bouger …
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Écoute la mélodie de mon âme ♥


avatar

Messages : 62
Age : 27
Emploi : Professeur de Musique ♫
Localisation : Dans le fouillis qu'est ma tête...



MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Lun 20 Fév - 20:03



Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.



C’est « la révolutionnaire » de Chopin…

La révolutionnaire de Chopin n’était pas réellement, enfin, du point de vue d’Auster, un véritable challenge, il faut l’avouer. C’était une des premières mélodies qu’elle avait appris après tout. Mais ce morceau magnifique en restait cependant difficile quoi que l’on puisse dire, c’était un véritable exercice d’endurance pour la main gauche. Cependant, pour un débutant ou une personne n’ayant pas confiance en elle, cela devenait un vrai casse tête. Oui, n’ayant pas confiance. Peu être était-ce juste cela ?

C’est ici où je galère le plus, c’est à la deuxième page après le « più crescendo » et le « stretto » avec les quatre doubles croches.

Elle plissa les yeux, suivant son doigt sous la lumière brutal du portable. Oui, elle voyait. Mais elle aurait cru qu’il n’aurait pas eu de mal, même pour cette partie. Enfin, elle continuait de penser que c’était juste un manque de confiance en soit. En effet, lors de ces moments de stress intense, les doigts se bloquent, et le piano devient notre pire ennemi. Mais elle ne pouvait le laisser ainsi, à se morfondre. Elle n’eut donc pas à se casser la tête pour répondre.

Alors, tu veux bien ?

As-tu vraiment besoin de demander ? Evidement que je veux bien t’aider, il n’y a aucun problème.

Une nouvelle fois, elle sourit à pleine dent, comme pour le rassurer. Puis, d’un geste, elle attrape son violon et sautille jusqu’à sortir de son petit coin isolé du monde. Elle entame alors quelques pas, puis se stoppe et se retourne, les joues légèrement halées.

Euh… Je te laisse passer devant ? Je ne vois pas de piano ici et il commence vraiment à faire sombre.

Elle marque une pause, toute rouge.

Oh ! Mais si tu ne veux pas t’entrainer ce soir, je ne t’y oblige pas ! Enfin… Uhm…

Auster baisse la tête, en se frottant la tête. Comme d’habitude, elle bégaye en étant gênée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


avatar




MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Dim 11 Mar - 23:57

J'attendais sans bouger la réponse d'Auster, je regardais mes pieds en pinçant mes lèvres trop peureux pour regarder mon amie en face.

- As-tu vraiment besoin de demander ? Evidement que je veux bien t’aider, il n’y a aucun problème.

Je relevai ma tête montrant un énorme sourire. Auster prit ses affaires et sortit de cet endroit isolé mais elle s'arrêta nette :

- Euh… Je te laisse passer devant ? Je ne vois pas de piano ici et il commence vraiment à faire sombre.

Elle marqua une petite pause, son teint commençait à virer au rouge.

- Oh ! Mais si tu ne veux pas t’entrainer ce soir, je ne t’y oblige pas ! Enfin… Uhm…

Son teint devenu complètement rouge elle cacha son visage … Je m'avançai vers elle et avec deux doigts relevai sa tête, je lui dis que ça ne me dérangeait pas et qu'on pouvait commencer tout de suite chez moi.
Nous marchâmes dans les rues d'Ikebukuro sous les lumières des lampadaires. Tout à coup un problème me vint à l'esprit, Reiko, ma « soeur » qui était chez moi. Peut être avec de la chance elle ne serai pas là, mais il fallait que j'en ai le coeur nette. Je sortis mon téléphone …

-Désolé Auster je dois passer un coup de file urgent.

Je tapai le numéro du fixe -de mon appartement- et attendis … Au bout de quelques sonneries je raccrochai ; elle ne devait être pas là, heureusement sinon j'aurai dû retarder au lendemain notre répétition, ce ne serai pas super poli de jouer du piano à un heure si tardive ...
Je rangeai mon portable dans ma poche et expliquai un peu la situation à Auster :

-Je devais me rassurer que Reiko, ma colocataire, n'était pas là. Je sais qu'elle n'aime pas que je joue du piano le soir.

Je lâchai un petit rire et continuai ma route avec mon amie.
Arrivés devant chez moi, je cherchai mes clefs dans mon sac à dos tout en marmonnant « mais où elles sont  ?». Quand je les trouvai, j'ouvris la porte et fit entrer Auster.

-C'est ici où je vis, passe moi tes affaires et enlève tes chaussures s'il te plaît. Et le piano et au fond à là bas. Dis-je en lui montrant du doigt.
Revenir en haut Aller en bas


Écoute la mélodie de mon âme ♥


avatar

Messages : 62
Age : 27
Emploi : Professeur de Musique ♫
Localisation : Dans le fouillis qu'est ma tête...



MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Dim 18 Mar - 0:55



Nous avons si peu l'habitude de la bonté
Que nous la confondons, en général, avec l'idiotie.



Auster avait l’air stupide, la tête baissé, comme si elle lui avait demandé qu’il lui prêter de l’argent. Oui, stupide. Une personne passant par là, même si c’était peu probable vu l’heure, aurait sans doute dit : « Oh, cette fille a l’air stupide. ». La rosé s’énerva, et ce n’était pas la première ni la dernière fois de sa vie, contre ses saletés de joues qui ne pouvaient s’empêcher de rougir trop vite et ce, dans n’importe qu’elle situation. Il fallait dire que Auster avait le chic pour s’attirer les ennuies. Elle pouvait aller s’acheter une baguette de pain à l’épicerie du coin (notez la rime) qu’elle reviendrait en courant chez elle, poursuivit par une bande de voyou. Non mais franchement, quelle idiote.

Deux doigts virent interrompre son débat mental, et relever sa tête. Les rôles s’inversés, tiens donc. Bref, il lui expliqua simplement que ça ne lui posait pas de problèmes et ils se mirent en chemin. Elle remarqua tout de suite qu’il n’y avait pas un chat dans les rues d’Ikebukuro. Et « la ville qui dors jamais » alors ? Elle sautilla nerveusement, Auster haïssait tout autant le calme plat que l’activité incessante. Natori brisa le silence une nouvelle fois et elle remarqua qu’il avait sortis son téléphone :


Désolé Auster je dois passer un coup de file urgent.

Oh, pensât-elle, peut-être que finalement, cela le dérangeait. Après tout, il était tard, et ramenait une fille chez soit, bien qu’elle fut son professeur, paraissait toujours étrange. Enfin, plutôt SURTOUT si c’était son professeur. Natori revînt peu après et reprit :

Je devais me rassurer que Reiko, ma colocataire, n'était pas là. Je sais qu'elle n'aime pas que je joue du piano le soir.

Une colocataire ? Auster, qui vivait seule depuis toujours, n’avait jamais pensé à la joie ou bien l’ennuie que pouvait être de vivre avec une ou plusieurs personnes. Cela devait tout de même être amusant et conviviale. Elle frissonna en pensant à son grand appartement vide qu’elle avait tenté de décorer pour le rendre plus chaleureux. Cela n’avait pas donné grand-chose. Mais le simple fait de voir son magnifique piano trônant au milieu du salon, ce piano qu’elle avait sué sang et eau pour payer lui réchauffait le cœur.
Enfin il arrivèrent devant la maison. Natori farfouilla dans son sac pour trouver ses clefs et ouvrit la porte.


C'est ici où je vis, passe moi tes affaires et enlève tes chaussures s'il te plaît. Et le piano et au fond à là bas.

Ah, merci…

Elle retira donc son manteau et le lui donna, puis posa son violon près de la porte. Auster retira ensuite ses petites chaussures à talon et les mit parallèles l’une à l’autre à l’aide de ses pieds, un reflexe enfantin, je vous l’accorde. Puis, sans attendre l’accord de Natori, se dirigea directement vers la pièce du fond. Sauf qu’elle n’avait pas prévu le tapis, et encore moins de se ratatiner la tête la première sur le pauvre Natori qui était tranquillement entrain de poser ses clefs. Le pire, c’est qu’elle s’accrocha désespérément à son pauvre manteau qui n’avait rien demandé, qui lui retomba sur la tête. Au fond, c’était une bonne chose, elle pourrait échapper à la réalité quelques secondes recouverte ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


avatar




MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Sam 26 Mai - 11:03

Je pris le manteau d'Auster et l'accrochai sur le porte manteau et je fis de même avec le miens mais avant je vidai mes poches. J'en sortis mon portable que je "switchai"avec la poche de mon pantalon, et mes fameuses clefs, celle qui   s'étaient bien cachées au fond de mon sac à dos. Je cherchai un endroit où les ranger, quand je vis le porte clefs, je me tapai sur la tête ; quel idiot, ça fait près d'un an que je range mes clefs sur ce même porte clefs. Je tendis ma mains pour les accrocher mais je sentis un poids s'affoler sur moi. Je n'eus pas le temps de voir ce que c'était, je fus entrainé par terre. La seul chose que je vis c'est un manteau tomber.
Après quelques secondes, le temps que je reprenne mes espritS, je vis Auster affaler sur moi avec sur sa tête son manteau. En voyant cette scène, je pus m'empêcher de rire.  D'un coup, j'enlevai le manteau qui était sur mon amie aux cheveux roses. Je lu relevai son dos et lui demandai :

-Est ce que ça va, pas trop mal ?

Au même moment la porte d'entrée s'ouvrit, jusqu'à atteindre mon dos, je poussai un cri de douleur. Je regardais qu'elle était l'imbécile qui avait ouvert la porte. Je vis la sœur, Reiko qui venait tout juste de rentrée. Elle me regarda puis regarda Auster.

-Mais qu'est ce qui ce passe ici ? 

Elle rentra par le petit espace procuré par la porte demi ouverte. Elle nous regarda de nouveau, puis elle regarda seulement Auster qui était "assise" sur moi les cheveux décoiffés à cause du manteau. Je me levai difficilement avec le mal de dos causé par cette porte d'entrée, et aida Auster à faire de même. Reiko me regardait, et même si elle ne le demandais pas elle voulais des explications, je passais de grand frère à petit et turbulent frère. Des que ma sœur était rentrée, je savais que ma leçon de piano se terminée.
Revenir en haut Aller en bas


Écoute la mélodie de mon âme ♥


avatar

Messages : 62
Age : 27
Emploi : Professeur de Musique ♫
Localisation : Dans le fouillis qu'est ma tête...



MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Sam 9 Juin - 0:49



Les bêtises qu'il a faites,
Et les bêtises qu'il n'a pas faites,
Se partagent les regrets de l'homme.


Il rigolait. Se moquait-il d’elle ? Non, c’était un rire joyeux. Elle osa relever la tête alors qu’il lui demandait gentiment si elle ne s’était pas trop fait mal. Elle n’eut pas l’occasion de répondre car la porte s’s’ouvrit fracassant par la même occasion le dos du pauvre Natori qui en gémit de douleur. En un rien de temps, elle se retrouva débous, face à la sœur de son élève et ami. C’était sans doute sa colocataire de sœur, qui en ce moment même, les dévisageait tout les deux comme s’ils leur avaient poussé des antennes sur le crâne.

Auster n’osa pas bouger d’un poile, ni même parler. Elle se contenta de rougir bêtement comme à son habitude tandis que la jeune femme la fixait avec intensité. Finalement, elle prit la parole.


Je… Je, enfin, enchanté… Euh, non, bonsoir.

Elle bégayait, visiblement gênée. Ne sachant pas quoi faire de ses mains, elle ramassa son manteau et l’épousseta d’une main distraite.

Je suis désolé du… Du bazar. Je suis… Euh… Je m’appelle Auster et je suis la professeur de musique de Natori… Et…

Elle marqua une pause. La situation, en plus d’être tendue, était on ne peut plus tendancieuse. Auster ne souhaitait pas que la sœur de Natori ne s’imagine des choses. Pour quel professeur passerait-elle alors ?

J’étais venue chez lui… Enfin chez vous, pour lui donner une leçon de piano. Juste une leçon de piano.

Elle appuyait chacun de ses mots mais gardait les yeux rivé sur ses chaussures. Trop bizarre, c’était trop bizarre enfin ! Dans quel embrouille c’était elle encore fourré ?

Pardon …

Vraiment, elle ne savait pas pourquoi elle s’excusait. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


avatar




MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   Jeu 12 Juil - 13:19

Ma sœur regardait Auster d'un œil mauvais, elle avait du passer une mauvaise soirée, je priais au fond de moi que Reiko ne s'énerve pas … Je n'avais vu qu'une seule fois Reiko énervée, c'était à propos d'un garçon, je me souviens bien de ce jour, il n'avais plus moyen de lui adresser la parole. Toujours assis par terre avec mon terrible mal de dos, j'essayai de me relever. Ma sœur m'aida en regardant toujours ma professeur de musique. Je m'appuyai sur le mur, n'ayant pas la force de tenir debout, Auster était devenue cramoisie. Elle se présenta tout en ce justifiant de sa présence ici, la pauvre … elle devait être embarrassée. Je confirme qu'avoir une professeur à cette heure si chez nous était assez ambiguë, en plus, le faite de nous avoir vu, tous les deux, par terre l'un sur l'autre l'était encore plus.

« Pardon »

Auster s'excusait, mais pourquoi ?

« Non, Auster, tu n'as pas à t'excuser ! »

Je pris mon courage à deux mains pour me redresser, et reprit la parole :

« Comme tu le sais, j'ai bientôt une audition de piano, mais j'avais du mal avec mon morceau... Donc j'ai eu l'idée qu'Auster, qui est un musicienne talentueuse, pourrait venir m'aider. »

Je regardai ma professeur en lui souriant.

«  Bon … Merci d'être venue même si on a pas eu trop le temps ! »
dis-je en ricanant gentiment.

Je pris le manteau d'Auster et lui tendis, Reiko se patie dans la chambre sans prononcer un seul mot, j'accompagnai Auster dehors.

« Bon … Je suis désolé pour ce petit incident … Attention dans les rues ! Et à une prochaine fois en cours ! »

Auster s'éloigna de mon appartement, je rentrai et fermai la porte à clef. Je m'étirai le dos en poussant un léger cri de douleur, je m'approchai de ma sœur qui était affalé sur le lit et lui baisai la joue.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas










MessageSujet: Re: Chant d'Automne [PV Natori]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chant d'Automne [PV Natori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Sunshine City
 :: Higashi Ikebukuro Central Park
-