Partagez | 
 

 Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Blind me ~♪


avatar

Messages : 306
Age : 27
Emploi : Se cherche
Localisation : Sur Képax



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)   Mar 18 Oct - 23:24

Zuko épluchait vainement les petites annonces à la recherche d’un emploi qui puisse convenir à sa condition, sous les regards désabusés de Logan. Mais bien évidemment, comme à l’accoutumé, l’entreprise ne portait pas ses fruits. Il y avait de nombreuse offre pour être serveur, quelque une de bibliothécaire et moult autre de maçon, plombier ou bien électricien. C’est sans doute ça qu’il aurait dû faire, pensa le garçon avec amertume en se laissant tomber dans son futon échappant un soupir.
- « Au final elle avait peut-être raison. Devenir musicien n’est qu’un doux rêve plus vraiment d’actualité. » Lança-t-il en brisant le silence ambiant, ses yeux fixant le plafond qui ne devait pas être aussi blanc que ce qu’on avait bien voulu lui faire croire.
Le chien redressa la tête, faisant tinter sa médaille et lâcha un choubacouinement. - Ceci fait référence à Star Wars bien évidemment, car des fois le garçon a plus l’impression d’avoir un Choubaka d’aveugle plutôt qu’un chien - . A ces mots, il leva les bras au-dessus de lui en haussant les épaules.
- « Bah oui, regarde nous : deux chômeurs dans un placard qui… urk ! »
Il n’eut pas le temps d’achever sa phrase qu’il se prit l’animal sur le ventre, se laissant tomber de tout son long dans un soupir significatif.
- « Ok, je me tais. Capitula-t-il. Et je note la suggestion de passer par l’école, il est vrai que j’aurais pu y penser plus tôt. Il lui tapota le dos. Qu’est-ce que je ferais sans toi ? »
Logan soupira de nouveau avant de laisser échapper un second couinement et de frotter sa tête dans les draps. La queue battante, il se mit à rouler écrasant son maitre de plus bel sous son poids mort. Celui-ci lui attrapa l’oreille en lui pinçant les côtes, le faisant se retourner vers lui, sa gueule se refermant sur son poignet. Bien évidemment, le but n’était pas de transformer le jeune homme en crêpe, mais juste de faire passer un message qu’il ne connaissait que trop.
- « C’est bon, vire de là et va chercher ta laisse, ou je te passe par la brosse. » Le menaça-t-il d’une voix étouffé en ôtant une touffe de poil qui partait toute seule.
A ces mots, qu’il ne connaissait que trop bien, il se releva enfin, laissant libre à cour à une cage thoracique meurtrit de se soulever convenablement.
Zuko pouvait l’entendre parcourir l’appartement à la recherche de sa laisse, dont lui-même ne savait pas où elle se trouvait. A chacun ses affaires, pensa-t-il alors qu’il ne trouvait pas le force de se redresser. L’animal ne cessait d’aller et venir, ses griffes cliquetant sur le sol. C’est le voisin qui allait encore râler lorsqu’il les verrait descendre. Mais quelques minutes plus tard, le garçon regretta fort sa tranquillité quand il se prit, sans crier gare, une laisse baveuse suivit d’une paire de chaussure. Et après un second allé retour, le manteau succéda au reste. Logan s’assit ensuite devant son maitre, les oreilles dressées, tête penché de côté et la queue balayant le sol. L’homme se redressa doucement une main sur le front, ôtant au passage le vêtement qui le recouvrait.
- « T’es plein de bonne volonté le chien, mais c’est un peu brutal. » Grommela-t-il.
Remarque, il n’allait pas s’en plaindre, ce n’était pas souvent que l’animal demandait à sortir comme ça de lui-même. Au moins il n’aurait pas à le trainer en lui collant son pied aux fesses !

Il n’avait de cesse de japper, tirer sa laisse, tourner en rond en saucissonnant le jeune homme qui ne pouvait s’empêcher de rire bêtement, bien qu’il faillit tomber dans les escaliers plus d’une fois. On dit que les animaux de compagnie ressentent parfaitement les émotions humaines. Logan n’avait pas encore trois ans et était joueur certes, mais il avait clairement ressentit ce coup de mou qui ne lui ressemblait pas. Oui, ceux qui disent ça n’ont pas tort. Sortir lui fit du bien. Et par chance, ils n’avaient pas non plus croisé le voisin râleur du dessous. Il devait certainement travailler, ce qui n’était pas le cas de tout le monde…
Dans la rue, Zuko partit même en grande conversation avec son compagnon, faisant comme s’il lui répondait. Son imagination n’avait pas de limite, et tant pis si on le prenait pour un fou. Au bout de deux bons kilomètres, ils s’arrêtèrent devant l’arrêt de bus où Logan lâcha un aboiement, qui surprit une femme d’un certain âge. L’aveugle lui sourit et la rassura en lui disant qu’il indiquait juste que le bus était là. Il ne pouvait voir le regard de cette femme, mais il l’imaginait très bien. Et alors ? La vie continue… Lorsqu’il payait son billet, il put ressentir la réticence du chauffeur face à l’animal.
- « Si vous ne prenez pas en charge les chiens, je suis désolé, mais j’aurais grand mal sans lui. » Dit-il simplement avec une pointe d’humour.
- « Nan c’est bon allez-y. » Répondit l’homme après hésitation.
On ne remarquait vraiment pas du premier coup d’œil de sa cécité c’était un faite. Certainement parce qu’il n’avait jamais affublé son guide du harnais de chien d’aveugle avec marqué en gros « guide d’aveugle ». Ceci n’est qu’un appel à la pitié dont il ne voulait pas. Malgré son passé, il faisait assez confiance en Logan pour se contenter d’une simple laisse. Cette confiance qui les faisait se sentir proche, comme de vieux amis. Perdu dans ses pensées, le jeune homme ne remarqua pas que son arrêt approchait, mais ce fut sans compter sur la sympathie d’un usager que le lui signala. Le garçon se décolla de la barre et le salua pour le remercier, avant de descendre du bus, manquant bien de louper la marche. Ce qu’il pouvait bien être maladroit des fois.
- « Oh ça va toi hein ! Ta paresse égal ma maladresse. J’aurais dû t’appeler Sid. » Plaisanta Zuko à l’adresse de l’animal, lui lançant un regard qui en disait long sur sa pensée.
Un passant qui se sentit brusquement visé se retourna sur ce couple insolite.
- « Je vous demande pardon ? »
- « Veuillez m’excuser, je parlais à mon chien. » Répondit l’aveugle en s’inclinant légèrement.
Pas réellement dans la bonne direction, mais l’intention y était. L’homme sourit en lui disant que ça ne faisait rien et continua sa route. Le garçon soupira. Il devrait quand même faire attention, sinon il allait finir par se faire interner un de ces quatre…
L’école n’était plus très loin, mais jetant un coup de main à sa montre, il se dit qu’il aurait bien plus de chance de trouver son ancien professeur dans le café plutôt qu’en cours.

Le garçon poussa la porte du café, Logan sur ses talons. Il put sentir tous les regards se tourner vers lui, dont certains étaient particulièrement pesant. Visiblement ici les animaux restaient dehors. Bah tant pis, ils s’en accommoderont. Malgré toutes les odeurs qui flottaient dans l’air, il put sentir le parfum, mélangé à une odeur de tabac, de son professeur. D’un pas assuré, il s’avança vers lui et posa une main sur son épaule.
- « Bonjours Mr. Tanaka. » Dit-il avec un sourire.
L’homme se retourna vers lui, un sourire béat lui fendant la poire.
- « Zuzu ! S’exclama-t-il en le prenant dans ses bras. Quel bon vent t’amène ? Vas y assis toi ! » S’exclama-t-il en lui tirant le tabouret à côté de lui.
L’homme se pencha vers Logan qui le regardait la tête penché avec un air dubitatif. Le professeur lui ébouriffa le haut du crâne, faisant battre ses oreilles.
- « Ah mais c’est ce cher Logan ! T’as bien grandi mon gars. Il se tourna vers le barman. Kyo un café bien serré pour mon ami, et une gamelle d’eau pour mon second ami, s’il te plait. Et met le sur ma note. Il se tourna vers son ancien élève. Alors raconte-moi. Que me vaut le plaisir de te revoir ? »
Zuko lui raconta un peu ce qu’il s’était passé depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, mentant en disant qu’il avait une piste pour un poste dans un orchestre. Pendant ce temps, le dénommé Kyo apporta la commande que le professeur lui mis dans la main en signalant que c’était chaud. L’homme regarda le compagnon de son ami, la tête posé sur ses genoux, qui les observait avec un air de chien battu.
- « Arrête ton char Zuko. C’est vraiment inutile de me mentir. Dit-il en reposant bruyamment sa tasse dans l’assiette. Je suis au courant de ta situation. Je sais que c’est pas facile, et je sais aussi que tu ne baisse pas les bras. Mais pour l’amour du ciel, ne me ment pas, c’est vraiment pas ton genre. »
Le garçon s’excusa en baissant la tête vers sa tasse à peine entamé. Il ne voulait pas le décevoir… A côté de lui, le professeur farfouillait dans sa poche en râlant légèrement.
- « Mais fort heureusement pour toi, j’ai encore pas mal de contact qui ne passe pas par l’administration de l’école. »
Il déposa un papier dans sa main.
- « C’est pas facile décrire en braille, mais j’espère que j’ai pas fait de faute hein. Et puis rassure toi, tu ne me décevrais jamais. »
- « Qu’est-ce que c’est ? » Demanda Zuko en passant ses doigts sur le mot, rassuré par ces paroles.
- « Un vieil ami qui cherche des musiciens pour son club. Il est un peu bourru avec un faux air de mafieux, mais il est sympa, crois-moi. »
Se penchant vers son ami, épaule contre épaule, il lui glissa discrètement à l’oreille :
- « Il parait que la jeune étoile montante Tsukimi Akari se produirait chez lui. C’est pour ça qu’il m’a appelé. Ça peut être bon pour toi. »
L’homme se redressa et sirota son café, regardant du coin de l’œil son ancien élève qui affichait un air dubitatif. Ses doigts caressaient la tête de Logan qui somnolait à moitié. Au bout d’un moment de silence, il se tourna vers Mr. Tanaka.
- « Très bien Mr. Tanaka. Mais euh, quand dois-je l’appelé ? » Dit-il décidé.
Le professeur afficha un large un large sourire et ne put s’empêcher de rire. Ce n’était pas nerveux, au contraire, il avait pleinement confiance dans les capacités du jeune homme, mais c’était plutôt la tête qu’il allait faire qui déclenchait cet hilarité que son interlocuteur ne comprenait pas.
- « Ah mais tout est arrangé. Gloussa-t-il en calmant son rire. C’est ce soir que tu joues mon grand. Donne le meilleur de toi-même ! »
A ces mots, Zuko se décomposa littéralement sur son tabouret. L’homme lui flanqua une grande claque dans le dos en riant de plus bel. Logan releva la tête, les oreilles couchées, il s’aplatit sur le carrelage. Ce n’était pas un son qu’il appréciait.
- « Mais ne t’en fais pas, tu y arriveras. Et puis, sans vouloir te vexer, ce n’est pas comme si tu allais voir le publique te faire les gros yeux. Et autre chose mon garçon, tu peux m’appeler Tohru, après tout, je ne suis plus ton professeur. »
Le garçon soupira et repris son souffle, coupé par la claque dont son échine avait été choqué.
- « Je ne suis pas vexé Mr. Ta… Je veux dire Tohru. Loin de là. C’est juste que c’est un peu soudain. »
Le maitre se délogea ensuite de son tabouret pour rassurer son compagnon qui tremblait légèrement.
Les deux hommes restèrent un petit moment au bar à discuter du bon vieux temps. Discussion durant laquelle Zuko expliqua la réaction du chien. En effet, il avait été un animal battu, ce qui démontra pas mal de chose quand à son comportement…
Mais au bout d’un moment, ils durent se séparer. L’un pour ses cours du soir, l’autre pour honorer son nouveau travail.

C’est ainsi qu’à l’heure où le soleil laissait peu à peu place à la nuit que guide et aveugle se retrouvait devant l’Ikebukokoro. Nom qui pouvait se traduire par le cœur d’Ikebukoro. Sans doute pour sa situation géographique, en plein centre de la ville. L’homme s’imaginait l’enseigne rouge tape à l’œil surplombant un porche de pierre blanche. Enseigne qu’il se doutait être lumineuse pour les légers grésillements qu’il entendait par moment de silence. Dans l’encadrement, de grandes portes en verre aux poignées dorées devant lesquelles s’étalaient un tapis rouge qui avait dû en voir passer du monde et qui, de ce fait, ne devait plus être si rouge à certain endroit. Un ou deux malabars gardaient très certainement cette entrée de leur stature imposante. Personnes à qui Zuko n’avait aucune envie de se frotter.
Il était arrivé particulièrement en avance, et ça faisait maintenant presque une heure qu’il demeurait là à contempler cette devanture qu’il ne pouvait voir. Mais également à se demander ce qu’il faisait là. Un club ? Sérieusement qu’est-ce qu’ils pouvaient bien y faire dans ce genre de club ? Cette offre avait été si soudaine qu’il n’avait même pas eu le temps de se renseigner, ni sur l’Ikebukokoro, ni sur cette fameuse Tsukimi Akari.
Il en avait entendu parler, mais comme ça faisait trois semaines déjà que sa radio était tombé en carafe, et donc trois semaines qu’il se disait que ce serait peut être judicieux d’en racheter une, il n’était plus trop au courant des nouveaux chanteurs. Enfin si ça trouve il l’avait déjà entendu, or des fois la mémoire fait un peu défaut.
L’heure approchait, toutefois le jeune homme n’avait pas vraiment envie de rentrer. Assis à côté de lui, Logan lui donna un coup de tête en couinant. Le brun lui flatta le crâne et soupira.
- « Tu as raison, faut que j’y aille ! Après tout, c’est ce que j’aime la musique, et Tohru l’a dit, « ce n’est pas comme si tu allais voir le publique te faire les gros yeux. ». Allé ! »
D’un pas décidé, le garçon s’apprêta à traverser la rue, quand Logan le tira par la manche et qu’une voiture le klaxonna, sapant son élan. L’animal laissa échapper un jappement en lâchant le vêtement, tandis que son maitre respirait de nouveau.
- « Bon tu as raison une fois de plus. Entrain et prudence… »
Dans le même mouvement, les deux regardèrent de chaque côté de la route, avant que Logan ne l’entraine pour traverser. Arrivé devant les portes, les deux hommes qui les gardaient cessèrent leur conversation. Il avait vu juste. L’un avait une voix de basse et l’autre penchait plutôt pour le baryton. Ce fut le baryton qui prit la parole en premier, d’un ton assez bourru.
- « C’est pourquoi ? »
Bien que ces mots n’avaient rien d’engageant, Zuko s’éclaircit la gorge et ne se démonta pas.
- « Je suis Zuko Kurenai et je viens de la part de Mr. Tanaka Tohru. »
La basse laissa échapper un soupire, visiblement de soulagement ?, avant de dire :
- « Vous êtes le violoniste qui vient jouer avec Tsukimi Akari ? »
Le jeune homme acquiesça.
- « On se demandait qui pouvait bien être ce lascar qui nous observait avec son air béat. Et bien bienvenu à l’Ikebukokoro. Le patron vous attend. » Dit l’homme en lui ouvrant la voie.
Il est vraie que son attitude avait été légèrement puérile, mais il ne se serait pas imaginé que ces deux hommes parleraient de lui jusqu’à ce qu’il se décide enfin à venir. Il aurait très bien put être dans l’attente d’une personne en retard aussi….
A l’intérieur, Logan collait à la jambe de son maitre, le nez en l’air, la tête bougeant de tous sens pour repérer les lieux. Pendant ce temps, l’imagination du violoniste marchait bon train. Il pouvait sentir l’ambiance chaleureuse et aguichante. Un long corridor d’où pendaient quelques lustres du plafond. Sur la gauche, des portes de services en chênes massif, sur la droite l’accueil d’où monta une voix de jeune femme, saluant les hommes, qui la saluèrent en retour. Sur le sol moelleux devait s’étaler le même tapis rouge que dehors, mais peut-être un peu plus épais. Un peu plus loin, quelques tintements de verre lui confirmèrent la présence d’un bar. Un bar dans une entrée ? Pourquoi pas ?
- « C’est pour accueillir le client et le faire patienter en attendant que la salle ouvre. » Lança une troisième voix, succédant au coup de nez du chien.
- « Vous devez être Komuro Hitoshi ? Demanda sans vraiment le demander le garçon en tendant une main vers son nouvel interlocuteur. J’aime beaucoup votre club. »
L’homme haussa un sourcil et lui serra la main.
- « Oui c’est bien cela mon garçon. Mais, ôtez moi d’un doute, vous êtes vraiment aveugle ? »
- « Bien évidemment monsieur, car je ne saurais dire combien de doigts vous agitez sous mon nez. Mais j’ai beaucoup d’imagination. » Dit-il avec un sourire.
Le patron du club rangeant rapidement ses mains dans ses poches, avant d’échanger un regard avec ses hommes.
- « Rassurez-vous, je ne suis pas médium, mais tout le monde fait ça quand ils ont un doute. » Expliqua l’aveugle avec humour.
L’homme souffla légèrement, avec une subtile pointe de soulagement, puis, congédiant ses hommes, escorta son hypothétique nouvel employé jusqu’à la grande salle, tout en bavardant de leur ami commun : Tohru Tanaka.
La pièce était immense et chaleureuse. Les lumières feutrés donnaient une ambiance intime et conviviale autour de ses tables rondes qui s’étalait face à la scène. Vers la gauche, un bar bien plus imposant que celui de l’entrée prenait la totalité du mur auquel il était accolé. Mr. Hitoshi ne lui avait rien dit sur l’apparence véritable de son club, préférant laisser le jeune homme imaginer comme bon lui semblait. Il le conduisit ensuite jusqu’à sa loge, bien plus exiguë, mais néanmoins très confortable. Sur le pas de la porte, il lui offrit le dernière album de la demoiselle qu’il n’allait pas tarder à rencontrer.
- « Mademoiselle Akari arrive dans une demi-heure, dans ces eaux- là. Profitez-en pour vous mettre à l’aise et à jouer un peu. Faites comme chez vous, le club n’ouvre que d’ici une heure ou deux, ça dépendra du monde ! » Signala l’homme avant de refermer la porte derrière lui.
Zuko ne se le fit pas répéter deux fois. Cela faisait quelques semaines qu’il n’avait pas chatouillé les cordes de son instrument.
De son côté, Logan fit le tour de la pièce et mis le nez sur ce qu’il semblait être une chaine hi-fi. Du moins, pour l’animal ce n’était qu’une grosse boite, mais il en reconnaissait la forme significative. L’homme répondit à son appel en se cognant le genou contre un fauteuil qui était un peu trop dans le passage. Que ce Mr. Hitoshi était prévenant. Ainsi il pourra enfin savoir ce qu’elle chantait, quel était son style, son timbre… Et ainsi déterminer ce qu’il serait le plus approprié de composer. S’imprégnant quelque instant de la musique, il se mit à jouer, sous les regards de son compagnon qui avait investi le pouf.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com/


Losing My Religion, I Work with Satan
Losing My Religion, I Work with Satan


avatar

Messages : 653
Age : 22
Emploi : Lycéenne photographe, stalkeuse du Shizaya 8D
Localisation : Ikebukuro!



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)   Mar 17 Jan - 19:50

Spoiler:
 

____Debout sur un tabouret, Billie soupira en observant son cousin-styliste s'agiter autour d'elle pour finir sa robe. Elle portait actuellement une robe bustier avec pour motifs des bandes noirs et blanches verticales au bon arrondi. La robe était plutôt longue derrière traînant presque au sol alors, que le devant était tout le contraire : très court pouvant montrer ses sous-vêtements au moindre coup de vent. Logan s'attaquait maintenant à refaire le pli de la soie noire qui ornait les bords de la robe. Elle adorait cette robe. Sur le croquis. Mais lorsqu'elle réalisa enfin la petitesse devant et le plongeant, elle regretta amèrement. Mais elle n'avait pas le choix, c'était une très belle pièce, autant faire honneur devant tous ces inconnus.

-Arrête de bouger Billie, s'énerva Logan.
-Hey, c'est pas parce que Tsuki-chan ne t'as pas laissé faire sa robe pour ce soir que tu dois passer tes nerfs sur moi, répliqua la petite russe en posant ses mains sur ses hanches.

____Il claqua de la langue en signe d'énervement. L'adolescente avait vu juste et su remettre son aîné à sa place. C'est-à-dire qu'il devait terminer la robe. Point barre. Mais elle essaya tout de même de rattraper le coup et de lui remonter le moral.

-T'auras d'autre occasions de faire des robes pour elle, tenta la jeune fille. Si tu veux, je la sonde un peu pour la prochaine fois.
-Tu ferais ça pour moi ? Minauda le couturier avec un faible sourire.
-Tu es tellement génial, je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas.

____Un sourire de satisfaction s'immisça sur ses lèvres alors qu'il mettait la touche finale à son chef-d'oeuvre. La temporaire modèle descendit et alla se contempler dans l'immense miroir de la salle. Elle se tourna et retourna admirant avec délice sa nouvelle robe. Elle ne pouvait pas dire le contraire, Logan était un génie pour ce qui est de marier les couleurs, mettre les formes en valeur, etc...

____Billie se changea enfin et reprit enfin ses bonnes habitudes : mini-jupe plissé à carreaux bleus, chemise blanche, gilet noir de barman et cravate rouge sang. Elle enfila ses tennis noirs alors que Logan apportait deux houses. Une pour sa robe mais l'autre, pour qui était-elle ?

-C'est la robe d'été Vintage qu'elle m'a demandé, expliqua-t-il en son air dubitatif.

____Elle acquiesça et s'en alla avec les tenues. Sur le trottoir, elle attendit que le feu passe au vert. Elle regarda les passants distants. Pleins de japonais, en smokings, le pas vifs, marchaient. Il y en avait un qui promenait son chien. Mais elle avait l'impression que c'était l'inverse. Le feu passa au vert, elle pouvait enfin traverser. Elle s'exécuta mais veilla tout de même l'homme qui se faisait promener par son chien. Celui cria quelque chose à l'animal mais quelqu'un prit sa remarque pour lui. Le promeneur s'excusa mais s'inclina... disons pas dans la bonne direction. Il suffit à Billie de cligner des yeux et de confirmer qu'il était belle et bien aveugle. Le corps de l'homme apparaissait noir mais ses veines, ses organes et ses muscles brillaient. Elle examina les yeux un peu plus les yeux. Elle ne s'y connaissait pas du tout en médecine et serait incapable de dire si c'est le cristallin qui eut été endommagé ou que sais-je encore ?

____Complètement absorbée par sa observation, elle faillit se heurter à un jeune garçon en roller qui l'évita de justesse. La petite russe soupira, songeant qu'elle devait être entière pour pouvoir jouer avec Tsuki ce soir.

♫♪♫

____De retour chez elle, l'adolescente déposa les vêtements et se dirigea vers la chaîne hi-fi pour mettre en marche le dernier album de la chanteuse Tsukimi. Tout en écoutant, elle alla se dénicher quelque chose à grignoter dans la cuisine. Elle se rappela soudain de la manière dont elles ont fait connaissance. Grâce à Logan, évidemment. C'était il y a quelques semaines dans le magasin de son cousin. Elles avaient toutes les deux eut un coup de coeur pour un petit chemiser bleu pâle, les manches retroussés jusqu'au coude et une rose rouge brodée sur la poche placée au niveau du coeur. Billie fut réticente au début de le céder mais lorsqu'elle se rendit compte de leur différence de taille, elle finit par la laisser prendre. La première fois qu'elle l'avait vu, elle fut époustouflée par sa beauté. Elle était blonde comme elle et avait la même couleur d'yeux. Elle crut qu'elle avait à faire à une étrangère mais que nenni ! Tsukimi était 100% japonaise comme son prénom. C'était compréhensible que Logan est eu un coup de foudre pour elle. De fil en aiguille, les deux jeunes femmes commencèrent à se fréquenter et se découvrirent pleins de points communs comme la mode, le chant et la musique. D'où sa participation pour se prestation. Il faut bien l'avouer mais la jeune pianiste – elle en joue depuis ses 4 ans - avait une folle envie de jouer le dernier morceau qu'elle avait écrit pour son amie : I'll teach you. La jeune américaine s'installa devant son piano blanc et commença à s'entraîner. Elle avait encore quelques heures devant elle.

♫♪♫

____Le soir était arrivé plus tôt que prévu. La jeune pianiste s'habilla, se coiffa, se maquilla et, après s'être assurée d'avoir tout, dont la robe de Tsuki avant de dévaler les escaliers de son immeuble et d'entrer dans la limousine qui l'attendait. Une vingtaine de minutes, elle se retrouva devant le club, l'Ikebukokoro. Elle marcha rapidement sur le tapis rouge et se dirigea vers Hitoshi-san. Celui-ci la remercia d'être venue :

-En voilà une bien jolie robe, le complimenta-t-il. Vous allez faire fureur !
-Oh, je ne veux pas voler la vedette à Tsuki-chan, ajouta-t-elle en rigolant. D'ailleurs où est-elle ?
-Elle est dans sa loge, elle est arrivée il y a 5 minutes. Je vous présenterai les autres membres tout à l'heure.

____Mr. Hitoshi était le gérant du club. Grâce à son rôle de pianiste pour son amie, elle pouvait y entrer facilement même si elle était mineure. Vive les bon tuyaux ! L'homme l'emmena vers sa loge mais une fois qu'il fut parti, elle ouvrit de nouveau la porte, sortit à pas feutrés et chercha la loge de la chanteuse. Elle le trouva enfin, au bout du couloir, elle toqua timidement, entendit le « Entrez! » et s'exécuta.

-Hello Miss Tsuki !



Ce que le monde ne devrait pas savoir!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetsdreams.forumgratuit.org/


I won't ever give up !
I won't ever give up !


avatar

Messages : 91
Emploi : Chanteuse
Localisation : Ikebukuro mais cela varie souvent...



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)   Mer 18 Jan - 20:16

Les semaines devenaient plutôt chargées, mon manager tenait absolument à me caser des photoshoots, des interviews à chaque moment de temps libre. Il est vrai que j'avais été plutôt acharnée dans mes débuts ; je tenais réellement à percer dans la musique pour prouver à ma mère qu'elle avait tort alors je n'avais refusé aucune proposition que l'on m'avait fait, jouer pour une école, jouer pour une publicité quelconque... il fallait bien commencer. Mais honnêtement je commençais à fatiguer un peu. J'adorais le spectacle et je me donnais toujours à fond mais au final ce que je voulais ce n'était pas la célébrité à tout prix mais juste chanter, juste transmettre quelque chose aux gens...

Heureusement nous avions réussi à en parler et nous avions trouvé un accord, je ne devais d'après lui pas me montrer si capricieuse, après tout le succès n'autorisait pas la fainéantise et j'étais d'accord. Il avait donc allégé un peu mon programme et avait décidé que je ne me produirais qu'à Ikebukuro cette semaine dans de plus ou moins petites enseignes! J'avais quand à moi réussit à négocier que je ne me trimbale pas avec toute la troupe, je n'avais pas besoin de quatre maquilleuses, six coiffeuses et un orchestre pour m'accompagner, franchement.



J'étais donc dans ma 'loge' dans le club portant le nom de Ikebukokoro. Le patron, Mosieur Hitoshi était un ami de mon manager et avait promis de s'occuper des musiciens pour le concert ainsi que du reste de l'organisation, c'est-à-dire la vente des billets et autres choses, je devais me contenter d'être là. Shiro avait un peu hésité car il aimait bien avoir la main sur tout mais au final son ami l'avait persuadé. Quand à moi j'avais obtenu le droit de choisir la pianiste. Cela faisait un moment que je ne m'étais pas produite dans un petit club de ce genre, mes derniers concerts s'étaient fait en plein air à vrai dire, dans des endroits où il y a tellement de gens que cela donne presque le tournis. Ce soir cela serait sans doute plus convivial. Bien que l'ambiance du club semblait tout de même très précieuse. Il y avait même un tapis rouge à l'entrée, cela m'avait vraiment choquée d'ailleurs. Une inspiration américaine sans doute? Enfin bref. J'avais invité la jolie Billie pour le rôle de pianiste, elle faisait partie de la famille d'un ami proche, Logan. Souvent Logan se chargeait de mes tenues, quand mes stylistes se cassaient trop la tête et n'arrivait pas à comprendre mes attentes, je me tournais vers lui car il comprenait instinctivement ce dont j'avais besoin. Il est vraiment très doué, cela va sans dire! D'ailleurs Billie est tout aussi douée en ce qui concerne la musique. Je n'ai eu que de rares occasions de l'entendre jouer mais c'était aussi bien que certains pro.

Je commençais d'ailleurs à laisser vagabonder mon esprit, me remémorant la dernière fois que j'avais pu voir le jeune homme et sa cousine lorsque l'on frappa à la porte. Je reconnus une petite force timide, cela devait être elle sans aucun doute. J'invitais donc la personne à rentrer et me levais pour la saluer.

-Hello Miss Tsuki !

Je ne m'étais pas trompé, c'était bien elle!

-Billie-chan! Oh qu'est-ce que je suis contente de te voir!

Je l'invitais à rentrer dans la loge, qu'elle se mette un peu à l'aise! Je détaillais sa robe et reconnu l'inspiration de Logan, sans aucun doute. Je lui souris sans oser lui demander confirmation. D'ailleurs en y pensant je n'étais pas totalement prête. Il allait falloir que je pense à me maquiller et tout ça! Eh oui il fallait assumer maintenant que je m'étais battu pour ne pas avoir de maquilleuses dans les pattes ce soir! Je regardais Shiro, mon manager qui était assis dans un coin de la pièce, il allait certainement me le rappeler d'un seconde à l'autre de toute manière. Puis je reportais mon regard sur mon amie.

-Tu arrives pile à l'heure! Je ne vais pas tarder à sortir, je finis de me préparer, je dois rencontrer le violoniste! Tu viens avec moi?

Je réfléchissais un instant, en fait non ce n'était pas la meilleure façon de faire, nous avions certainement un nombre d'essayages à faire avec Billie. Il fallait croire que c'était de famille mais j'aimais bien avoir les conseils de Billie aussi, surtout si je me débrouillais seule, cela ne serait pas de refus! J'avais cependant un peu peur qu'on n'ait pas le temps de se préparer musicalement parlant du coup. Je me retournais vers Shiro.

-Shiro s'il te plait, est-ce que tu peux inviter le violoniste à venir dans la loge qu'on fasse connaissance?

Ainsi nous ne perdrions pas de temps et serions certainement tous prêts pour le concert à temps. Je n'aimais pas bien être en retard pour ce genre de choses, c'était important. D'autant plus que le gérant comptait sur nous. J'espérais qu'il avait bien prévu un violoniste, et si jamais ce n'était pas le cas? Ou alors lui avait-il donné les bonnes consignes? J’espérais que Billie était capable d'improviser un peu au piano, même si je ne tenais pas spécialement à improviser je m'étais préparée au pire. Quand on organise les choses ainsi ce sont les riques, c'est ce que Shiro m'avait dit. En ce qui concerne le pourquoi je ne demandais que le violoniste c'est car la seconde musicienne était à mes côtés et que je n'avais pas franchement envie d'inviter tous les techniciens du son dans ma loge. Pourquoi ne pas les rencontrer après certes, enfin ce n'était pas vital hein, mais nous n'allions pas jouer ensemble à proprement parler donc je les laissais faire leur boulot et c'était tout. Le violoniste par contre je voulais bien qu'on papote un peu avant de se lancer à froid comme ça.

- Pas de souci, Tsuki!

Shiro rit fier de sa rime et quitta la loge immédiatement après. Quel comique celui-ci, je jetais un regard désolée à Billie. J'espère qu'elle ne s'était pas sentie obligée de rire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Blind me ~♪


avatar

Messages : 306
Age : 27
Emploi : Se cherche
Localisation : Sur Képax



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)   Lun 23 Jan - 21:27

Spoiler:
 


Zuko écoutait le cd depuis environ vingt minutes. Enfin l’écoutait-il réellement ? Il ne le savait pas lui-même. Son esprit était transporté par la voix de la jeune femme et ne se préoccupait même pas de ce que ses doigts composaient sur l’instrument. Il aurait très bien pu se contenter de frotter l’archet sur son bras qu’il ne s’en serait même pas aperçu. La vérité fut qu’il était stressé. Non pas de rencontrer une jeune étoile montante, mais plutôt de jouer de nouveau devant des gens, bien que ce ne soit qu’un simple club. L’homme n’avait jamais ressenti aucun émoi face aux stars qu’il avait eu l’occasion de rencontrer. Contrairement à ces groupies brailleuses, ou même une personne normale. Certainement à cause de sa cécité, ou bien que pour lui ces personnes étaient tout à fait… banales. Ils n’étaient pas des dieux, juste des gens comme lui et les autres, qui étaient parvenus à se faire connaitre. Du moins, pour faire court, le violoniste avait développé un certain je m’en foutisme vis-à-vis de la célébrité d’autrui. Bien évidemment cela piquait au vif l’égo de certain, tandis que cela en rassurait d’autre.
Or, ce qui réconfortait ici notre violoniste c’était de jouer. Un peu comme ne pas pouvoir s’empêcher de parler quand il est nerveux, là ce fut la musique. Et il en avait exploré des palettes musicales en seulement vingt minutes ! Sautant de la pop au jazz, puis au rock pour en revenir à la musique classique. Passant par le bourdon pour en terminer par le métal. Du métal au violon ? Oui c’est possible, à l’image du groupe Apocalyptica qu’il appréciait beaucoup. Après tout, dans un cyber café, il avait bien entendu son voisin de table tomber sur une vidéo de métalleux jouant Vivaldi à la guitare électrique. Comme quoi en musique tout est possible !
Seulement, quand Zuko se rendit compte qu’il jouait une musique de Sonata Arctica, après avoir passé rapidement en revu le folklore Irlandais, il se dit que ce n’était vraiment pas approprié au style de la chanteuse. Poussant un soupir, il s’arrêta tout de même à la fin de la chanson et se laissa tomber dans le fauteuil, dans lequel son genou se fut heurté à son arrivé dans la loge. Au final il n’avait pas avancé d’un ken pour ce soir et cela le désolait vraiment. Mais au moins l’homme pouvait être sûr qu’il n’avait rien perdu après avoir passé tant de semaines sans jouer. La musique parfois c’était un peu comme le vélo…
Ses bras étaient quelque peu endoloris par cette séance forcée. Il était un peu trop tendu, et jamais il ne passerait la soirée s’il ne se déstressait pas un peu. A côté de lui, il pouvait entendre la respiration calme et régulière de Logan qui avait fini s’endormir. La musique avait toujours eu cette effet sur lui, seulement ce serait bête s’il venait à s’endormir pendant la prestation. D’ailleurs le violoniste s’inquiétait un peu pour son compagnon à poil. Il appréhendait un peu ses réactions face au public. Enfin, il n’y avait pas de quoi s’en faire, tout se passerait bien. Il fallait que ça se passe bien s’il voulait décrocher cet emploi. Il avait confiance en son guide, ça ira pour lui… En attendant, la pression était toujours aussi présente. Ses bras lui faisaient mal et sa boule au ventre ne cessait de s’accentuer. Prenant une profonde inspiration, il se redressa dans le fauteuil, dos droit et membres ballant, Zuko ferma les yeux, se concentrant sur une pensée agréable. Non il n’essayait pas de prendre son envol comme Peter Pan, juste de s’efforcer à respirer uniquement par le ventre. Inspiration par le nez, expiration par la bouche pour faire le vide d’air. Il répéta cette opération jusqu’au premier bâillement. Car quand on bâille c’est signe qu’on se détend. Bien sûr c’était à la base un exercice pour la voix. M’enfin tant que l’effet rechercher en fut présent qu’importe.
Le jeune homme était tellement accaparé par sa tâche, qu’il n’entendit même pas que l’on frappait à sa porte, son esprit glissant doucement aux pays des songes. Logan redressa brusquement la tête, les oreilles au garde à vous et poussa un aboiement, qui sur le coup n’avait rien de très engageant. Ceci coupant apparemment l’envie à la personne de continuer à frapper. L’aveugle sortit de sa léthargie en bâillant à sans décrocher la mâchoire.
- « Qu’est-ce qu’il t’arrive la patate ? Demanda-t-il la voix quelque peu enfariné. Il y a quelqu’un c’est ça ? »
L’animal aboya une seconde fois pour signifier une réponse positive. Zuko se leva comme un pantin un peu rouillé et tâtonna jusqu’à la chaine hifi pour l’éteindre. Son guide se leva à son tour, passant très près de sa jambe pour que la main de l’homme se loge sur son dos, et l’accompagna vers la porte. Lorsqu’il ouvrit enfin l’entrée de sa loge, l’inconnu se trouvant de l’autre côté rangeait la main dans sa poche, alors qu’il s’apprêtait à frapper une nouvelle fois.
Shiro resta muet quelqu’un instant, avisant la personne se tenant en face de lui. Il était affublé d’un costume trois pièces très bon marché, qui avait pour seul avantage de scié à son physique. Si seulement il n’était pas recouvert des poils de cet animal qui le regardait d’un air amusé. Il se demanda d’ailleurs ce qu’un chien pouvait bien faire dans les loges. Ce quidam n’avait pas la carrure pour être un agent de sécurité, et jamais ses gens-là n’avaient bénéficié des loges réservées aux artistes. A moins que son ami ne soit atteint d’excentricités nouvelles qu’il peinait à comprendre. Enfin, qu’importe, autant demander, ça ne lui coûtait rien, il avait certainement dû se tromper. Le manager s’éclaircit la gorge pour se redonner de l’assurance et demanda sans préambule :
- « Je suis bien à loge du violoniste ? »
L’aveugle fut légèrement gêné quand il sentit le regard examinateur de l’homme se poser sur lui. Il avait deviné que son nouvel interlocuteur était un personnage de la gente masculine, grâce à son parfum qui n’avait rien de féminin et encore moins bon marché. Le genre de senteur qui avait le don d’agresser l’odorat du maitre et du chien. Logan qui d’ailleurs ne put se retenir d’éternuer.
- « Oui c’est bien moi. Répondit l’intéressé avec un large sourire. Vous devez être le manager de mademoiselle Akari. Ravis de vous rencontrer. » Dit-il d’une voix enjoué en tendant une main dans sa direction.
Shiro lui rendit sa poignée de main de façon polie. Au moins, malgré son apparence simpliste, la bonne éducation ne semblait pas l’avoir épargné.
- « Je présume que la demoiselle est arrivée ? »
- « Oui et elle désir vous rencontrer avant la représentation, cela va de soi. » Lui répondit l’homme avec un sourire, relâchant leur étreinte.
- « Je vous rejoins, juste le temps de prendre nos affaires. »
Zuko tourna les talons, sans doute un trop vite, car il manqua perdre l’équilibre, mais se rattrapa à un meuble situé à côté de l’entrée de justesse, en bafouillant une excuse. Shiro haussa un sourcil suivant le musicien du regard dans sa déambulation à travers la pièce. Il avait faussement l’attitude d’une personne ivre, or il ne sentait pas l’alcool. Sans était-il trop nerveux ? Espérons que Komuro sache ce qu’il faisait. Cependant, il y avait une autre chose qui l’intriguait : la façon dont ces deux-là se déplaçaient, toujours ensemble….
Le brun rangea doucement son violon dans l’étui, s’efforçant de contrôler le léger tremblement de ses mains. Tout se passera bien…. Du moins c’est ce qu’il souhaitait, bien qu’il n’ait pas l’air de réussir à s’en convaincre. Logan cola sa truffe contre sa jambe, lui mettant le bout de sa laisse dans la main et conservant l’autre en gueule, pour ne pas que son maitre ait à la chercher. Il avait toujours été fasciné par les capacités et les attentions de l’animal, bien qu’il ne fût pas un véritable chien d’aveugle. Et visiblement, son compagnon à poil ne cessera jamais de l’étonner. Le maitre prit tout de même le temps de le récompenser d’une friandise, qu’il conservait toujours – soigneusement emballé histoire d’éviter les mauvaises surprises – dans sa poche, avant de rejoindre le manager qui devait les regarder d’un drôle d’œil.

Sur le chemin, l’un comme l’autre demeurèrent silencieux, « comptant les mouches qu’ils entendaient voler », bien qu’une question brûlait les lèvres de Shiro.
- « Vous êtes vraiment aveugle ? » Finit-il par demander, ses mots dépassant sa pensée lui faisant regretter son manque de tact.
Zuko eu un rire gêné auquel son interlocuteur s’excusa immédiatement. Mais l’homme ne lui en voulait pas, on lui posait souvent cette question.
- « Ma fois oui… Mais ne vous excusez pas, on me pose souvent la question, à cause de mes yeux. » Confirma-t-il avec un sourire.
Le manager se frappa le front sans un bruit, jetant un coup d’œil à l’animal qui trottinait à côté de son maître. Où Komuro avait-il la tête pour engager des musiciens handicapés ? Il se le demandait parfois… Le silence retomba dans le couloir qui semblait interminable pour notre aveugle. Le mutisme de son accompagnateur du moment en disait long sur sa pensée. Il ne devait pas prendre le gérant au sérieux pour lui avoir fourni un violoniste aveugle…
Arrivé devant la loge de la chanteuse, Shiro gonfla les joues d’exaspération, préparant le regard du « je te l’avais bien dit » et frappa à la porte.
- « Miss Tsuki ! Nous revoici ! S’exclama-t-il de nouveau fière de sa rime. Je ramène notre ami violoniste ! » Dit-il en entrant.
Sans prendre la peine de présenter les personnes se trouvant dans la pièce, il prit la jeune femme à part et parla bas de façon à ce que l’on ne l’entende pas.
- « Je me demande si Komuro c’est ce qu’il fait car, vois-tu ?, notre violoniste ici présent est aveugle. Si son charmant toutou ne se met pas à hurler à la mort durant le concert, tu ne pourras pas me blâmer que je ne t’avais pas prévenus des risques que tu encourais à vouloir t’exempter de l’équipe ! Sur ce, je vais quand même faire les présentations. »

Le manager fit demi-tour, affichant un large sourire comme si de rien n’était et dit une voix enjouée :
- « Et bien je vous présente donc notre merveilleuse Tsukimi Akari avec qui vous allez avoir l’honneur de jouer ce soir. Accompagné de son amie Billie Eastman, pianiste mais également habilleuse. Il marqua une pause. Pour ce soir du moins… » Acheva-t-il pour lui-même.
- « Je suis Zuko Kurenai, violoniste et futur nouvel employé de l’Ikebukokoro. Et celui qui se cache derrière… c’est mon honorable guide Logan. » Enchaina le jeune homme à la suite, car le manager ne connaissait pas son nom.
Il appuya tout de même bien sur le nom de l’animal, car celui-ci commençait à le saucissonner avec sa laisse, semblant être apeuré par quelque chose ou quelqu’un. Se dépêtrant de cet enroulage, il s’avança vers Billie, car il la sentait bien plus proche de l’entrée que la chanteuse à cet instant.
- « Enchanté ! » Acheva-t-il avec entrain en lui tendant une main sûr.
Ce qui était moi sûr, était bien évidemment la distance qui les séparait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com/


Losing My Religion, I Work with Satan
Losing My Religion, I Work with Satan


avatar

Messages : 653
Age : 22
Emploi : Lycéenne photographe, stalkeuse du Shizaya 8D
Localisation : Ikebukuro!



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)   Mer 8 Fév - 13:25

Spoiler:
 

___« Le hasard n'existe pas. » Est-ce bien vrai ? Billie ne s'attendait pas à revoir un inconnu, non loin de là. Encore moins un inconnu aveugle. Mais bon, revenons aux deux jeunes filles.

___La jeune pianiste entra entièrement dans la loge de son amie et lui adressa son plus beau sourire.

-Billie-chan! Oh qu'est-ce que je suis contente de te voir!
-Moi aussi, je suis heureuse de te voir, Tsuki-chan !

___Elle s'approcha d'elle et la prit dans ses bras. Vu leurs différences de tailles et leurs cheveux blonds, on aurait pu croire qu'elles étaient soeurs. Elle nota que la chanteuse n'était pas encore prête et que son manager l'avait plus ou moins remarqué.

-Tu arrives pile à l'heure! Je ne vais pas tarder à sortir, je finis de me préparer, je dois rencontrer le violoniste! Tu viens avec moi?
-Avec plaisir ! Je me demande bien qui est ce violoniste.

___L'adolescente voulait vraiment savoir avec qui elle allait collaborer pour la musique. Elle avait entendu que Miss Tsukki avait refusé d'avoir la troupe musicale pour ce soir. Elle allait devoir donner tout ce qu'elle avait et savait. Finalement, la chanteuse demanda à son manager d'emmener le violoniste, ici. Après la rime un peu calamiteuse de Shiro-san et que ce dernier ne soit plus là, elle put enfin avoir une vrai conversation de fille.

-Tsuki-chan ! Tu n'es pas encore prête ? Et pourquoi tu n'as aucune styliste ? Quelle chance que j'ai emmené cette robe pour toi, ajouta la blondinette en lui tendant la housse qui contenant ledite vêtement. Logan sera ravi de te voir en couverture demain avec une de ses créations. Elles te vont toutes très bien de toutes façons.

___Après de nombreux essayages, Shiro-san, le manager revint avec le violoniste. Et évidemment, ce violoniste n'était autre que l'homme aveugle avec son chien qu'elle avait vu plus tôt ce matin. Hasard ou destin ? Qui sait ? Elle le reconnut tout de suite ainsi que le chien. Pendant qu'elle détaillait le nouveau venu, elle entendit la conversation, un peu à part, entre la chanteuse et le manager.

-Je me demande si Komuro c’est ce qu’il fait car, vois-tu ?, notre violoniste ici présent est aveugle. Si son charmant toutou ne se met pas à hurler à la mort durant le concert, tu ne pourras pas me blâmer que je ne t’avais pas prévenus des risques que tu encourais à vouloir t’exempter de l’équipe ! Sur ce, je vais quand même faire les présentations.

___Ainsi, il était vraiment aveugle. Mais quand même. Être aveugle devait être difficile quelque fois. Pour les tâches quotidiennes comme s'habiller, chercher les clés de son appartement, manger, etc... Mais être aveugle devait aussi améliorer son imagination. Au lieu de se baser sur sa vision, il pouvait imaginer le monde comme bon lui semblait. D'ailleurs il pouvait imaginer les deux jeunes filles comme il le voulait.
Le manager se retourna enfin, brisant le fil des pensées de la jeune russe.

-Et bien je vous présente donc notre merveilleuse Tsukimi Akari avec qui vous allez avoir l’honneur de jouer ce soir. Accompagnée de son amie Billie Eastman, pianiste mais également habilleuse. Il fit une pause avant de terminer. Pour ce soir du moins…

___Le violoniste aveugle se présenta aussitôt.

-Je suis Zuko Kurenai, violoniste et futur nouvel employé de l’Ikebukokoro. Et celui qui se cache derrière… c’est mon honorable guide Logan.

___La jeune américaine se retint de rire en entendant le prénom du chien de Zuko. Il portait le même prénom que son cousin-couturier, Logan R. Elligson. Elle jeta un coup d'oeil complice à son amieTsukki avant de reprendre son sérieux en voyant le jeune homme se diriger -ou essayer du moins- vers elle.

-Enchanté !

___Il lui tendit la main, le sourire aux lèvres. Seulement, il n'avait pas évaluer la distance. Sans oublier le boîte de chaussures qui traînait ici et là. L'adolescente se précipita vers lui alors qu'il allait s'emmêler les pieds avec.

-En-Enchantée ! Bégaya-t-elle en posant sa main sur son épaule pour l'empêcher d'avancer davantage.

___Zuko était plus grand qu'elle. En fait presque tout son entourage était plus grand et plus vieux qu'elle.

___Billie lui serra la main poliment. Par curiosité, elle le regarda droit dans les yeux avant d'ajouter :

-J'espère que nous allons bien nous entendre ce soir.

___La jeune fille se retourna vers son Tsukimi et lui proposa :

-Puisque nous sommes tous là, pourquoi ne pas discuter du spectacle de ce soir ? Il nous reste une heure tout au plus pour nous préparer musicalement.

___Elle s'éloigna enfin de Zuko pour se diriger vers son sac à main et d'en tirer des feuilles de partition et de paroles. Elle s'était décidé à ramener « I'll teach you » pour le concert de ce soir. A ses yeux, il n'y a avait que son aînée pour pouvoir interprété cette musique ce soir.



Ce que le monde ne devrait pas savoir!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetsdreams.forumgratuit.org/










MessageSujet: Re: Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Work or not work ? That is not the question... (PV Tsukimi & Billie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Rues d'Ikebukuro
 :: Clubs et boîtes de nuit
-