AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Joyeuse festivité, ou comment faire des rencontres fortuites. (pv Yoru Kuragi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Blind me ~♪


Zuko Kurenai

Messages : 306
Age : 29
Emploi : Se cherche
Localisation : Sur Képax



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

Joyeuse festivité, ou comment faire des rencontres fortuites. (pv Yoru Kuragi) Vide
MessageSujet: Joyeuse festivité, ou comment faire des rencontres fortuites. (pv Yoru Kuragi)   Joyeuse festivité, ou comment faire des rencontres fortuites. (pv Yoru Kuragi) Icon_minitime1Ven 16 Sep - 14:17

Ah… le Tanabata. Zuko appréciait ce genre de festivité. C’était toujours une explosion de joie et de couleur. Mais aussi et surtout, les moments où son imagination prenait le plus d’ampleur. Or, cet enthousiasme n’était pas partagé par tout le monde. En effet, il pouvait sentir sous ses doigts les muscles de son compagnon se contracter, sa cage thoracique vibrer sous ses grognements nerveux, tandis que ses poils s’hérissaient sur son échine. Logan n’aimait pas vraiment le monde, les lieux où les personnes fourmillent par dizaine au mètre carré. Un peu paradoxal pour un chien d’aveugle, mais lorsque l’on vous marche sur les pattes, vous emporte la queue ou arrache les poils, sans daigner s’excuser auprès du maitre, cela n’est pas très engageant.

Et dire que s’il n’avait pas été maladroit, il n’aurait surement pas été au courant de cette fête. En effet, c’est en ramassant son courrier un matin que la pile de prospectus, qui commençait à s’amonceler dans la boite aux lettres, lui échappa malencontreusement des mains pour se rependre sur le sol. Ce fut sa charmante voisine, la petite vieille du cinquième au compagnon à poil aimable comme une porte de prison, qui le secouru alors qu’il tâtonnait pour tout ramasser. Isolée de ses frères, destiné à finir dans la poubelle sans être lu, la publicité trônait sous sa vue baissante. C’est avec une certaine nostalgie qu’elle lui fit la lecture du papier, un sourire radieux dans la voix quand elle lui dit :
- « Le Yukata est de mise pour ce genre d’évènement. »
Zuko lui avait rendu son sourire. Le sien était resté à Atami. Et si Mme Yaho savait qu’il n’avait même pas participé au Seijin no hi, elle lui aurait très certainement botté les fesses ! Quelle femme cette madame Yaho…

Il aurait pu ne pas être au courant… Logan grogna un peu plus fort lorsqu’un gamin, dont les règles de bonne conduite semblaient avoir été épargnées à son éducation, lui écrasa la patte un peu plus fort que les autres. Tournant la tête, il agrippa la manche de son maitre et la tira. Le jeune homme souri et lui flatta la tête pour le rassurer le poussant gentiment. A être collé comme ça il allait finir par le faire tomber. Il ne pouvait pas faire grand-chose pour son compagnon, il n’était pas assez vif pour choper ces malappris sans les voir.
Ils ne se trouvaient pas encore vraiment sur l’emplacement du rassemblement, mais l’air de la fête se faisait déjà sentir, la musique et les rires parvenant à leurs oreilles. L’homme n’était pas vêtu d’un Yukata, mais qu’importe, il ne devait surement pas être le seul. Enfin arrivé sur les lieux du Tanabata, l’ambiance était présente et chaude. De çà et là les étales des vendeurs s’alignaient comme une haie d’honneur, se mêlant aux forains et autres marchands de bonheur. Des lanternes de papier étaient suspendues un peu partout et s’étalaient comme une guirlande d’étoiles. Petits et grand s’amusaient et s’émerveillaient, tous paré de couleur dans leur costume traditionnel. La musique se mêlait aux éclats de joie, et on pouvait entendre dans le lointains des fusées sifflant vers le ciel, pour exploser dans la voute en crépitement étincelant, dans l’attente du grand feu d’artifice. Les enfants s’exclamaient «Tamaya !» à chaque détonation. Une myriade d’odeur flottaient dans l’atmosphère, allant de la poudre des feux à la subtile senteur du bœuf braisé, ou encore le doux parfum de la jeune fille passant par là. Non il ne regrettait pas d’être venu. Son esprit était ses yeux, et qu’est-ce que c’était beau.
A côté de lui, il entendit une petite fille s’arrêter. Il devina qu’elle mit ses mains en porte au loin, car à l’envoi d’une fusée sa voix fluette porta :
- « TAMAYA ! »
- « Yoko vient par ici, il y a ton jeu favori ! »
S’exclama sa mère un peu plus loin.
L’enfant donna une caresse à l’animal avant de partir rejoindre sa génitrice. Il avait senti sa main frôler la sienne et ne put s’empêcher de sourire. Elle lui rappelait un peu sa petite sœur. Elle qui ne pouvait se retenir de crier Tamaya à chaque fois qu’un soleil perçait la nuit. Ce qui donnait souvent au bout de quelques minutes, et surtout lors du bouquet final, un bloubiboulgua de mot ressemblant de loin à « Taya, tamama, tamya, aya ». Même si elle était une vraie peste, ça lui manquait un peu… en un sens. Le garçon secoua la tête pour se sortir cette idée de la tête. Allons bon, il ne fallait pas oublier qu’il s’était promis d’acheter un shisa à Mme Yaho, qui en faisait collection. Bien qu’il ignorait s’ils en vendaient sur place, et surtout qu’il serait bien compliqué pour lui de les trouver. Du moins, c’était sans compter sur son compagnon à poil qui ne pouvait s’éviter d’aboyer à chaque fois qu’il en apercevait un. Zuko ne savait ce qu’il pouvait bien avoir contre eux, sans doute que leur tête ne lui revenait pas. Le jeune homme se pencha à son oreille et lui dit :
- « Logan, cherche le shisa. »
C’était le mot magique, il savait qu’à chaque fois qu’il disait ça, le chien allait gratter à la porte de la vieille dame. Gros râleur qu’il était, au moins il sortait plus vite. Sale bête. Or à cet instant, il espérait tout de même que l’animal ne soit pas assez stupide pour faire demi-tour et l’entrainer jusqu’à l’appartement. Au contraire, relevant tête et oreille, il se mit à regarder partout à la recherche de ces étranges bestioles.
Marchant lentement, l’homme se laissait conduire par son guide, se laissant transporter par la fête et les conversations s’étendant en une cacophonie, pourtant supportable.
- « Maman ! Maman ! Regarde ce que j’ai gagné au jeu ! »
- « Cette figurine est vraiment trop choux. »
- « T’as vu comment ça à l’air trop bon ! »

Bien que par endroit, le ton montait :
- « Mais fait attention tu vas tout renverser ! »
- « Arrête de m’agacer, tu me marche sur les pieds bon sang ! »

Le garçon ne put s’empêcher de rigoler. Comme quoi, Logan n’était pas le seul à se faire marcher dessus. Enfin, pour lui aussi le ton n’allait pas tarder à monter. S’arrêtant net, sans crier gare, son maitre le percuta et manqua tomber à la renverse. Chance pour lui, une charmante jeune femme l’empêcha, sans le vouloir, de rencontrer le sol. Zuko se confondit en excuse, mais l’inconnue lui pardonna, un large sourire dans la voix. Après tout, un jour de fête on ne va pas se bouffer le nez pour ça, et il ne sera ni le premier, ni le dernier à lui rentrer dedans. Lui rendant son sourire, il eut à peine le temps de lui souhaiter une bonne soirée, que son chien l’entraina un peu plus loin. Il accéléra même le pas, se faufilant entre les gens, un peu comme une revanche de ceux l’ayant piétiné sans faire attention à sa présence. L’homme lui, avait du mal à suivre, faisant presque le drapeau au bout de la laisse qu’il tirait vainement. Logan n’aimait pas le monde, il tacherait de s’en souvenir pour corriger ça au centre. Ah… sale bête. Il tenta de l’appeler, ma sa voix fut couverte par l’explosion de pétard, qu’un groupe de jeune pas très malin avait lancé par terre pour s’amuser. Le chien bondit de surprise et se mis à courir. Allons bon, quelle mouche l’avait piqué ? Jamais il n’avait fait ça. L’aveugle ne pouvait se permettre de lâcher la laisse, auquel cas, il serait fichu. Parce que si son compagnon était guidé par le peur, il pouvait se brosser pour le retrouver.
- « Logan bon sang ! Pardooooon ! » S’exclama le jeune homme en passant à toute blinde entre les gens.
L’animal finit enfin par s’arrêter quelques mètres plus loin des pétarades, d’où on pouvait entendre des éclats de voix s’élever à l’intention des jeunes. Zuko n’eut pas le temps de s’arrêter aussi brusquement. L’élan le projetas une nouvelle fois contre quelqu’un, mais ce coup-ci beaucoup plus violement.
- « Tout va bien messieurs ? » S’inquiéta une voix grave, qui devait appartenir au vendeur de l’étale devant lequel ils étaient arrêtés.
Un homme « d’importance » sans doute, à en juger par son timbre. Logan se mis à aboyer sans raison apparente. Son maitre, agacé, tira d’un coup sec sur la laisse, étranglant son jappement dans la gorge et calmant ses ardeurs.
- « Non de non ! Ça suffit ! » S’exclama le brun sans s’énerver. « Il y a bien d’autre façon de faire des rencontres que de m’envoyer valser dans les inconnus. Andouille de cabot. » Le réprimanda-t-il en prenant une grosse voix.
Il se tourna ensuite vers la personne qu’il avait percuté et se frotta l’arrière du crâne, visiblement gêné.
- « Je suis vraiment désolé, je ne sais pas ce qui lui a pris. J’espère que je ne vous ais pas fait mal ? » S’excusa-t-il.
En réalité, il ne savait même pas s’il s’adressa à la personne, à une autre qui ne devait rien comprendre à l’affaire, au poteau de l’étale, ou bien tout simplement au vide. Enfin, la réponse de l’inconnu le lui dira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oileain-haewen.forumactif.com/
 

Joyeuse festivité, ou comment faire des rencontres fortuites. (pv Yoru Kuragi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Minami Ikebukuro Park
 :: Festival du Tanabata :: Zuko Kurenai x Yoru Kuragi
-