Partagez | 
 

 We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Bien installé à Ikebukuro
Bien installé à Ikebukuro


avatar

Messages : 38
Emploi : Photographe
Localisation : Dans un placard à balais



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]   Mar 12 Juil - 22:34


J’me baladais sur l’avenue, le cœur ouvert à l’inconnu

Lorsqu’Hallelujah sortit des studios de l’entreprise pour laquelle elle travaillait, la pluie se mit à tomber. A croire que c’était son jour de chance. Ironiquement parlant, en toute évidence. En temps ordinaire, Halley adorait la pluie. Parfois, elle passait la tête par la fenêtre juste pour le plaisir de laisser les gouttes vagabonder sur son visage. Mais sur ce coup-là, il ne lui arrivait que des trucs foireux depuis ce matin. Déjà, elle n’avait pas réussi à retrouver la blouse qu’elle convoitait de porter et s’était résignée à mettre un t-shirt avec un arc-en-ciel. L’avantage, avec son boulot, c’est qu’elle avait le droit de porter ce qu’elle voulait. Elle se mit en route en remontant le col de son imperméable bleu. Comme si cela allait changer quelque chose au fait qu’elle serait quand même trempée après une dizaine de minutes. Et dire que son parapluie l’avait laissé tomber juste avant de partir au travail. Franchement, cette journée allait avoir sa place dans le top dix des jours les plus merdiques.

Halley zigzaguait avec soin entre les flaques d’eau. Il ne fallait pas mouiller ses chaussures. Non pas qu’Hallelujah soit une de ces filles gnangnans qui ont peur de se salir mais c’était plus une question pratique. Il était tout à fait hors de question que ses pieds soient trempés. Déjà parce qu’elle n’aurait pas supporté de devoir marcher longtemps avec les pieds trempés et qu’ensuite, elle ne voulait pas abîmer les chaussures qu’elle avait mis un an à trouver. Des chaussures rouges. Le rouge était sa couleur du moment. Elle jeta un regard circulaire autour d’elle. Même sous la pluie, les rues d’Ikebukuro étaient aussi animées qu’une fourmilière. Les gens se hâtaient sur les trottoirs, se bousculant entre eux et se risquant même à échanger quelques paroles entre eux. Hallelujah aurait volontiers parlé à quelqu’un mais elle ne voyait aucun visage connu pour le moment. Bah, tant pis, elle se parlerait dans sa tête. Comme une folle.

Son portable vibra dans sa poche. Vous avez un nouveau message. Hallelujah haussa les épaules et continua sa route. Elle lirait son message en rentrant chez elle. Elle ne savait même pas où elle allait. Et le pire, c’est qu’elle aimait ça. Peut-être rencontrera-t-elle quelqu’un au bout du chemin. Comme dans les vieux films ou dans les chansons. Tiens, elle allait comment encore, cette chanson, celle que Zen écoutait en boucle ? « J’me baladais sur l’avenue, le cœur ouvert à l’inconnu ». Ouais voilà. Une chanson tout en français. Elle n’y connaissait pas grand-chose au français, mais Zen le lui avait un peu appris quand elle était petite. Maintenant, elle était tout juste capable de dire bonjour et de demander l’heure. Pour le reste, on s’en passait un peu. Et puis, elle n’avait jamais été en France, ni même en Belgique. Pourtant, ça avait l’air fun, la Belgique, avec la Grand’Place de Bruxelles, le carnaval de Binche et le reste. Que des trucs pas connus. Mais Hallelujah, qui rêvait de voyages jour et nuit, n’était pas prête de partir. Paresse, quand tu nous tiens.

Elle esquiva un groupe de lycéennes qui courraient en direction d’un abri. Franchement, aucun respect pour les autres ! Quand elle avait leur âge, elle faisait attention où elle allait. Non mais ho ! Hallelujah stoppa net et tant pis pour la pluie et ses cheveux. L’heure était grave : elle se mettait à parler comme les vieux ! Mais… Mais elle ne pouvait pas parler comme ça ! Elle n’avait que dix-neuf ans. Elle ne pouvait pas, elle devait se repren…

Elle se retrouva à terre, au milieu des flaques d’eau. Mais qui était l’abruti qui l’avait… C’est toujours à ce moment-là que l’on se rend compte que la personne qui nous a fait tomber est juste à côté de nous. Elle tourna la tête pour découvrir un lycéen – ou collégien ? Allez savoir, elle se souvenait plus des grades – juste à côté, tout aussi abasourdi qu’elle. Elle cligna des yeux avant de porter une main vers l’arrière de son crâne afin de le masser.

« Aïe. »

Elle dégagea la main de ses cheveux avant de la regarder. Au moins, ça ne saignait pas. Halelujah se remit debout. Heureusement, la pluie n’avait pas anéanti son imper’. Elle regarda le garçon avant de lui tendre une main, s’armant de son plus fidèle sourire.

« Rien de casser ? »

~ ~ ~ ~

Ouais, bon, il est pas terrible, mais je suis pas spécialement douée pour le commencement des RPs, désolée. J'essaierai de faire mieux la preochaine fois. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Bien installé à Ikebukuro
Bien installé à Ikebukuro


avatar

Messages : 35
Emploi : Sans emploi/ Lycéen



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]   Mer 13 Juil - 14:41

Si tu veux l'arc-en-ciel, tu dois supporter la pluie.
Dolly Parton


N'avez-vous jamais remarquez? C'est toujours quand l'humeur n'y est pas, que notre journée ne sait pas tout à fait passé comme prévu ou qu'une révélation qui nous chagrine particulièrement vient d'éclater que le ciel se met à pleurer. La pluie est souvent assimilée aux larmes après tous les deux semble de la même constitution, non? Le contraire est aussi possible, voir le mauvais temps peut entrainer une dégradation dans notre humeur; ont peu s'en énerver ou bien soupirer nonchalamment. Enfin il y a des cas à part qui aime la pluie ou ont des esprits tellement positifs que rien ne les dérange, après tout ce ne sont que quelques gouttes d'eau, une petite douche ne peut pas faire de mal. Et pour Mikado? Eh bien on peut dire que la pluie ne le dérange pas, même si elle le déprime un peu, en effet elle arrive souvent au moment où il voulait aller faire un tour en ville ou ce genre de choses. Malheureusement les tours en ville tout seul...c'est assez différent d'avec Masaomi, plus silencieux, moins amusant, il se lasse assez facilement et retourne chez lui en très peu de temps. Cependant, Mikado a fait quelques efforts, il lui arrive de parler à des inconnus pour les aider, le plus souvent des personnes de son âge, car oui Mikado ne va pas non plus se laisser embarquer par un individu louche.

Le jeune adolescent avait vu son ennui revenir au grand galop, il ne se passait plus rien à Ikebukuro, juste Orihara-san et Heiwajima-san qui venait à se battre, comme d'habitude, Celty-san qui devait avoir une "course" à faire, comme d'habitude, l'homme Russe sur le trottoir qui essaye de vendre ses sushis, comme d'habitude, mais rien n'avait changé, tout était exactement pareil que quand Masaomi était là. Mais justement, où était le problème? Il ne devrait pas soupirer toutes les dix minutes si tout est aussi actif qu'avant? Non...ce n'est pas vrai. Sonohara-san depuis quand elle aussi silencieuse? Est-ce lui qui délire sérieusement où était-ce le blond qui mettait l'ambiance au sein du groupe? Et maintenant qu'il est parti il a l'impression que leur lien se dégrade...Heureusement qu'Aoba-kun était là...il était tombé au moment opportun...Le brun eu un petit sourire à cette pensée, même s'il n'oubliera pas comment s'est déroulé leur première rencontre...étrange. M'enfin passons, il ne va pas abandonner aussi vite! La prochaine fois...eh bien il...fera une sortie avec Sonohara-san et Aoba_kun! Oui c'est une très bonne idée ça, cela rapprochera ses amis! D'ailleurs...il se demande si la jeune fille apprécie son nouvel ami...et si elle le prenait comme...une sorte de remplacement de Kida-kun par lui? Mikado frémit en y pensant. Il ne ferait jamais ça! On ne peut pas remplacer un ami et puis il n'est pas aussi superficiel! Peut-être que si le blond était encore là il s'entendrait à merveille avec lui. Ainsi notre chef des Dollars imaginait déjà tous ses amis rire aux éclats dans la plus parfaite harmonie sous un air de "Happy Together ♫". Haha il ne fallait pas trop rêver non plus...Le brun regarda un instant son portable..."eux" aussi il ne bougeait pas tellement ses derniers temps...enfin...il avait entendu des rumeurs comme quoi certains membres des Dollars s'amuseraient à faire du remue ménage dans tout Ikebukuro...il y aurait même des incendies...cela l'inquiète effectivement...mais il ne sait pas trop quoi faire pour arranger les choses.

*Bon c'est pas tout ça, mais je devrais peut-être sortir d'ici, l'intensité de la pluie ne diminue pas et je commence à avoir froid à attendre. De plus, je vais gêner les personnes qui voudront accéder à ce magasin.* pensa-t-il alors qu'il commença à courir dans les flaques d'eaux qui commençaient peu à peu à se former. Serrant son sac en bandoulière contre lui tout en marchant il remarqua un peu tard que le sol était très glissant et en plus de ne pas avoir vu cette jeune fille qui venait de s'être arrêté en plein milieu du chemin il eu "l'immense chance" de glisser et ainsi retomber en arrière sur ses fesses assez lourdement.

-UAAAHHHH!!

BAM. Ou plutôt Splosh? Enfin vous l'aurez compris, Mikado Ryugamine était à présent tremper tout comme l'inconnue face à lui qui semblait plus que surprise de se retrouver à terre -pas étonnant vous allez dire-. La douleur était bien là, mais à cet instant il se souciait davantage de la personne qu'il avait fait tomber que de lui-même. Vraiment quel maladroit, c'est sa faute si cette jeune femme...enfin elle semble plus âgée que lui, quelle honte vraiment...il en rougit...faire tomber quelqu'un...en plus avec de joli vêtement, à cause de lui elle était dans un état déplorable. Alors que monsieur l'empoté allait se relever se fut elle la première qui le fit en tendant sa main vers lui en lui souriant. Le jeune adolescent ne put s'empêcher de rougir et bafouiller puis détourner les yeux, déglutir puis la regarder et prendre enfin sa main se relevant a avec son aide.

-V-vraiment désolé!!!

Il inclina le haut de son corps au maximum et de manière répétée pour montrer qu'il était vraiment confus.

-Je...j'ai glissé et..je..je vous ai percuté! Veuillez m'excuser! V-vous allez bien?

Eh oui, Mikado restait Mikado, mais que voulez-vous il ne le fait pas exprès...au moins le côté positif est qu'il aura fait une nouvelle connaissance...Quelle connaissance quand on y pense! Un arc-en-ciel...c'est magnifique, cela égaille un peu sa journée morose. Elle allait avoir froid maintenant...il se devait de faire quelque chose! C'est ainsi qu'il sortit un autre anorak qu'il avait en réserve dans son sac et lui tendis timidement.

-Te-tenez c'est...c'est pour m'excusez..vous allez avoir froid si vous restez ainsi. Vous pouvez le garder je vous en fais cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Bien installé à Ikebukuro
Bien installé à Ikebukuro


avatar

Messages : 38
Emploi : Photographe
Localisation : Dans un placard à balais



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]   Jeu 14 Juil - 15:32


Je n'ai pas peur de mourir. J'ai peur de ne pas avoir assez vécu.


Chaque jour nous réserve une nouvelle aventure. On peut ainsi obtenir une promotion au boulot, se casser la jambe, trouver le collier que l’on avait perdu, se faire larguer ou encore rencontrer quelqu’un de totalement inconnu. Appelez cela comme vous le voulez : le sort, le destin, le hasard ou encore le cheval. Tous ces noms se rejoignent de toute manière. Halley ne croyait pas en le hasard. Le hasard n’existe pas. Combien de fois avait-elle répété cette phrase dans sa tête à chaque fois que quelque chose lui arrivait ? Une centaine de fois. Un millier de fois. Voire même un million. C’est donc par un après-midi pluvieux qu’Hallelujah se retrouva sur le trottoir, étirant largement ses lèvres, la main tendue, pour aider la personne qui l’avait fait tomber quelques minutes auparavant. Le garçon se tenant en face d’elle se mit subitement à rougir. Oh, comme c’était mignon ! C’est vrai qu’à cet âge-là, on rougit souvent… Ah ! Elle se remettait à parler comme une vieille ! Il bafouilla un truc avec le rouge aux joues. Truc qu’Halley ne comprit pas tellement il parlait bas. Quelle petite chose fragile et sans défense… Ouais, non. Si ça tombe, c’est un gros pervers qui voulait juste attirer l’attention d’une jeune personne perdue dans ses pensées. Eh bah oui ! Que d’imagination, Hallelujah, nous sommes fiers de toi ! Non, mais plus sérieusement. Le garçon détourna les yeux, avala sa salive et osa enfin braquer ses yeux vers elle. Elle tira en arrière pour l’aider à se remettre. Il ne fallait pas qu’il tombe malade sinon il aurait raté les cours.

« V-vraiment désolé !!! »

Hallelujah eut un mouvement de recul. Bah le voilà qui faisait des courbettes pour s’excuser. Ce que c’était mignon, les lycéens. Il fallait toujours qu’ils exagèrent. Enfin… Elle aurait fait pareil si c’était elle qui avait renversé quelqu’un. Il continua de s’incliner maladroitement devant elle, de manière à lui faire comprendre qu’il était vraiment gêné.

« Je...j'ai glissé et..je..je vous ai percuté! Veuillez m'excuser! V-vous allez bien? »

Ah ! Une explication logique ! Bah, c’était la faute de la pluie. Vilaine pluie ! Hallelujah cligna des yeux avant de reprendre son sourire colgate.

« Oui, oui, ça va. Mais cesse de t’excuser, ce n’est pas ta faute. »

Halley passa une main dans ses cheveux, signe qu’elle était légèrement embarrassée.

« Et puis, c’est un peu de ma faute aussi, je n’aurai pas du rester au milieu du chemin. »

Elle se mit à gratter nerveusement sa joue, comme elle le faisait quand la situation était gênante. Ouais, c’était quand même un peu de sa faute. On ne reste pas au milieu du chemin à ne rien faire quand il y a beaucoup de monde. Mais Hallelujah, avec son esprit rebelle à deux balles et son intelligence à moitié sous-développée, ne faisait jamais rien comme les autres. Si elle voulait bloquer le passage, elle bloquerait le passage.

Lorsqu’Halley reposa ses yeux sur le garçon, elle le vit fouiller avec ardeur dans son sac. Qu’est-ce qu’il cherchait encore ? C’est quand il lui tendit un blouson qu’elle comprit. Dix minutes en retard, mais bon. Ses yeux volèrent du manteau au garçon, du garçon au manteau qu’il portait sur lui. Hallelujah fronça les sourcils.

« Te-tenez c'est...c'est pour m'excuser... Vous allez avoir froid si vous restez ainsi. Vous pouvez le garder, je vous en fais cadeau. »

Ah.

« Mais… T’en as pas besoin toi ? Parce que bon, faudrait pas non plus que t’attrape la crève. »

C’est vrai que ce serait malin ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Bien installé à Ikebukuro
Bien installé à Ikebukuro


avatar

Messages : 35
Emploi : Sans emploi/ Lycéen



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]   Dim 17 Juil - 16:22



Dans le bonheur d'autrui, je cherche mon bonheur.
Pierre Corneille


A qui la faute? Souvent nous ne faisons que reporter la responsabilité d'une erreur sur l'autre en usant de la culpabilisation, victimisation, persécution et bien d'autres moyens de manipulation sans que nous nous en rendions forcement compte. Assumer une maladresse en particulier si elle est grave est un fardeau que l'on ne souhaite pas porter alors qu'il n'est plus facile de rejeter celle-ci sur autrui et c'est ainsi qu'on arrive à sauvegarder son bien-être. Soyons honnêtes avec nous-mêmes, cela nous est arrivé au moins une fois de ne pas vouloir "s'autodétruire" avec le regret et la culpabilité, après tout nous souffrons déjà assez comme ça dans notre implacable destin alors...Certaines autres personnes, eux, ne supportant pas ce qu'ils sont ou ce qu'ils font répercutent la faute sur leurs parents, amis... "C'est à cause d'eux que je suis ainsi!" ou "Il n'a pas le droit d'être heureux alors qu'il est comme moi et que moi je ne le suis pas!", cela finit par devenir une haine inconsciente et par la suite on en oublie que l'être humain possède la raison et qu'il peut toujours choisir. Ce ne sont pas seulement les autres qui "détruisent", nous nous "anéantissons" aussi nous-mêmes par nos propres réflexions "Je ne suis pas assez bien pour lui, il ne m'aime pas, je suis nul" au final on finit par se croire soi-même et on fonce dans l'iceberg coulant tel le Titanic.

Ce qu'il faut retenir de cela c'est que la faute vient des deux côtés et puis ce n'est pas tellement qui a commis la faute qui importe, c'est d'essayer de ne plus la commettre et c'est plus difficile qu'il n'y parait. Certain philosophes, eux, croient plus au destin et ne se concentre que sur les choses qui dépendent d'eux, ont-ils raison à votre avis? Est-ce que vous pouvez faire quelque chose pour votre mari qui est parti en voiture depuis deux bonnes heures alors que votre inquiétude grandit et que vous imaginez le pire? Non, vous n'y pouvez rien, cela ne dépend pas de vous, ainsi, le jugement des autres ne dépend pas non plus de vous, même si vous pouvez influencer vos jugements, le résultat n'en est pas moins indépendant.
Mikado était une de ces personnes rare qui mettait généralement toute la responsabilité sur lui quitte à en souffrir, c'est pour cela qu'il pardonnait presque tout et n'arrivait pas à en vouloir à quelqu'un; ainsi le départ de Masaomi le chagrinait, mais il jugeait que cela était de sa faute s'il était parti; il aurait dû comprendre plus tôt...il n'avait même pas été capable d'aider son meilleur ami...il avait fallu que cela soit Celty-san qui le renseigne sur ce qu'il se passait.

Le brun semblait avoir mis mal à l'aise cette demoiselle sans s'en rendre compte...peut-être n'était pas habitué à trop de politesse? C'est vrai que le petit Ryugamine peut en surprendre plus d'un avec son excès de respect -quoique il vaut mieux avoir trop de respect que pas assez, non?- mais peu à peu en le connaissant on s'y habitue et le garçon devient moins formelle. La jeune femme sembla mettre du temps à réaliser que l'adolescent lui tendait bel et bien un anorak, mais elle paraissait plus se soucier de lui que d'elle-même. Mais c'est aussi par sa phrase qu'il se rendit compte que, tête en l'air qu'il est, il avait oublié d'abaisser la capuche du sien, ce qu'il fit aussitôt en riant d'un air un peu bêta.

-Arigatô gozaimasu! Je pensais l'avoir mis. J'en ai déjà un sur moi, ne vous inquiéter pas.

Il lui souriait amicalement et referma l'anorak de couleur transparent qu'il portait, comme pour lui prouver ce qu'il avançait. Mais, c'est vrai que même s'il n'en avait eu qu'un, cela ne l'aurait pas dérangé de le prêter à quelqu'un dans le besoin. Il aime faire plaisir aux autres alors apporter un peu de sourire en plus ne ferait qu'ensoleillé également sa journée pluvieuse. Les dollars...un arc-en-ciel...tient! Cela aurait été une bonne idée de donner la couleur de l'arc-en-ciel à son groupe! Haha non peu-être que cela n'aurait pas plus et puis il voyait mal des milliers de personnes s'habiller de toutes les couleurs inimaginables. Et maintenant qu'allait-il donc faire? Devait-il se présenter? Non cela ne se fait pas...enfin il n'en sait rien...mais il ne veut pas paraitre bizarre, il va lui donner cet anorak et chacun repartira de son côté et la vie continuera. Peut-être qu'un jour leur route se recroiserons...qui sait? Peut-être que cette femme est membre des Dollars et qu'ils se retrouveront plus tôt qu'ils ne le pensent, ou alors vont-ils faire plus ample connaissance et faire un bout de chemin ensemble? Comment ça Mikado se torture l'esprit? Ma-mais pas du tout!...Bon d'accord un peu...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Bien installé à Ikebukuro
Bien installé à Ikebukuro


avatar

Messages : 38
Emploi : Photographe
Localisation : Dans un placard à balais



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

MessageSujet: Re: We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]   Ven 22 Juil - 17:59


Tu sais, avec toi, je pourrais vraiment devenir quelqu'un de bien.

Le froid et Hallelujah, c’était une longue histoire d’amour. Mais un amour à sens unique. Parce que s le froid tendait ses bras en rigolant comme un abruti, montrant son affection sans limite à Halley, celle-ci ne cessait de le repousser. Elle n’aimait pas le froid. Elle ne l’aimait absolument pas parce qu’elle était frileuse et qu’un simple courant d’air arrivait à la frigorifier. Et là, elle était trempée. Alors, elle avait froid. Sauf qu’Hallelujah avait la mauvaise habitude de s’habiller légèrement, ce qui accentuait le manque de chaleur. Comme quoi jour les durs ne donnaient rien de bon. Juste un rhume par moi dans le cas d’Hallelujah.

Un sourire passa sur les lèvres de la jeune femme quand le garçon se mit à rire bêtement en abaissant la capuche de son blouson. Elle ne voyait absolument pas ce que la situation avait de drôle mais elle n’avait pas envie de chercher des noises ou de se vexer inutilement. Et même, pour dire vrai, Halley aussi rigolait souvent toute seule, même quand il n’y avait absolument rien. Il suffisait qu’elle voit une couleur quelconque et que cette couleur lui rappelle quelque chose pour qu’elle rigole. De même pour les chansons. Certaines arrivaient à la faire pleurer. Un trop plein d’émotions qu’elle ne cherchait pas à comprendre.

« Arigatô gozaimasu! Je pensais l'avoir mis. J'en ai déjà un sur moi, ne vous inquiétez pas. »

Comme preuve, le garçon referma la fermeture éclair de son blouson tout en lui souriant. Sourire qu’Hallelujah lui rendit en prenant son manteau. Elle fourra son imper’ trempé dans son sac avant d’enfiler le manteau. Comment arrivait-elle à fourrer un manteau dans son sac ? Facile. Quand on a un sac énorme avec seulement deux ou trois petites choses dedans. Petites choses qui revenaient à un livre, du maquillage, un flacon de vernis rouge, son portable, un appareil photo, des mouchoirs, son portefeuille, un bic et autres broutilles. Alors, je vous repose la question : comment arrivait-elle à fourrer un manteau dans son sac ? En appuyant bien, il y a moyen que ça rentre… Esprit bordélique en action.

« Bah… Merci dans ce cas. »

Elle jeta un regard aux environs avant de sentir une goutte sur son nez.
Ah. Elle avait oublié la pluie qui tombait. Et si ça continuait comme ça, elle aurait besoin d’un troisième manteau. Elle passa une main au travers de ses mèches noires et mouillées. Un ange passe. Bon, qu’est-ce qu’il fallait faire, maintenant ? Au point où ils en sont…

« Moi, c’est Hallelujah. »

La présentation : mesure de secours. Pour ne pas laisser de blanc dans la conversation. Rien de plus dérangeant qu’un blanc. La pluie, comme pour arranger ironiquement les choses, se mit à redoubler. Hallelujah regarda autour d’elle avant d’apercevoir un café, au coin. Pourquoi pas ?

« Je t’emmène boire un truc ? En attendant que la pluie se calme ? »

Quoi ? Non, il n’y a aucune intention malhonnête là-dessous. Et puis, s’il ne voulait pas, tant pis. Ils repartiraient chacun de leur côté. Hallelujah chez ses parents et lui… Où bon lui semble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur










MessageSujet: Re: We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We're singing in the raiiiiin ♪ [Mikado Ryugamine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Rues d'Ikebukuro
-